Des spectacles en vitrine de salon de coiffure, en live sur YouTube, jusqu’aux expos à visiter après un don du sang au musée, ou encore les manifestations artistiques dans la rue… Vous pensiez avoir tout vu en détournements insolites ? Détrompez-vous. Après presque 6 mois de fermeture des musées et lieux culturels, à Strasbourg, la résistance artistique menée par les artistes continue et se fera aussi version drive-in ! C’est dans le très arty parking de la Petite France, situé sous le MAMCS, qu’on retrouve une installation comme on en voit rarement dans cet élément… Le retour du peintre, de Baptiste Filippi ; une exposition surprenante à découvrir jusqu’au 27 avril. Car rien de tel que votre voiture, pour faire le plein d’art !




Trouver sa place

Comme nombre de Strasbourgeois, je n’ai pour habitude de ne me déplacer qu’à vélo. Pas de permis, pas de bagnole, le biclou comme religion. C’est donc en roue-libre que je suis descendue hier soir dans l’antre d’un univers qui m’est plutôt inconnu : celui des parkings souterrains strasbourgeois.

Habituée de sa partie émergée – le Musée d’Art moderne et Contemporain de Strasbourg (MAMCS) fermé depuis presque 6 mois – je n’avais pourtant jamais mis les pieds dans les profondeurs du Parcus Centre-Historique Petite-France. Une découverte.

© Fanny Soriano / Pokaa
© Fanny Soriano / Pokaa


En décalage total, je surveillais les caméras, m’attendant à être sortie fissa, mon deux-roues et moi. Mais qu’est-ce que je foutais bien là ?

Vérifiant frénétiquement sur mon portable les infos trouvées sur Facebook, je cherchais désespérément… Ma place. Enfin, celle de l’expo, plutôt. Oui : de l’expo. Parce qu’en 2021, voilà le nouveau quotidien d’une curieuse d’art privée de culture… Se perdre au niveau -1 d’un parking, à 20 min du couvre-feu qui nous rappelle quotidiennement et inexorablement tous à la maison.

Alors plutôt que retomber dans le silence et l’absence, quand des artistes choisissent la résistance artistique, on fonce.

Une « sortie musée ». Ou presque.
© Fanny Soriano / Pokaa


C’est donc au milieu des caisses, que je furetais ça et là, accrochée à mon guidon d’infiltrée ; à la recherche des places 132-133-134-145-146-147. C’était précis, mais pour une néophyte comme moi, cela avait plus à voir avec un début de jeu d’escape dans un parking, que le début d’un parcours artistique.

Je zieutais au sol, cherchais les pancartes, et m’extasiais devant le décor moderne de ce parking nouvelle-génération. Jusqu’à la trouver : au loin, j’entrevois la Twingo défoncée et désossée que je traquais. Victoire.

© Fanny Soriano / Pokaa



De la tôle à la toile, de la casse au cocasse

Première surprise, la place est en partie occupée. Une caisse flambant neuve à la carrosserie qui reluit, s’est glissée entre les panneaux d’accrochage de l’expo. Pas de doute, si l’art s’y invite, le parking reste toutefois… un parking. Lui faisant face, la Twingo flinguée de l’artiste. Autre ambiance.

© Fanny Soriano / Pokaa
© Baptiste Filippi


L’artiste en question, c’est Baptiste Filippi qui a pris ses marques dès le 20 mars et jusqu’au 27 avril, aux places 132-133-134-145-146-147. Pour Le Retour du Peintre, son œuvre, il y a garé sa voiture et ses gravures. Prospectus, cadres, vitrine d’expo… Des galeries d’art aux galeries de parking, il n’y a aujourd’hui qu’un pas. Cocasse.

Il explique avoir acheté cette Twingo en 2014 après ses études à la HEAR – Haute-école des Arts du Rhin –, pour un boulot de photographe-souvenir au Royal Palace de Kirrwiller, qu’il a quitté en 2018.

Après la mort presque-annoncée de son véhicule, il décide de le transformer, après l’avoir emmené vers Dresde, pour une dernière échappée à toute blinde sur les autoroutes allemandes. Son destin se finit dans une résidence d’artiste là-bas où il la désosse, grave des bouts de carrosserie et les imprime pour une série d’estampes, à découvrir sur les panneaux de l’expo. « En hommage au slogan publicitaire de [s]a défunte voiture : « Twingo, à vous d’inventer la vie qui va avec » ».

Dans le cadre d’une rénovation en 2019 dudit Centre-Historique Petite-France, Baptiste Filippi se retrouve à participer à la pose de l’habillage signalétique : « Un sacré paquet de motifs peints à la main », écrit-il. En clin d’œil, cette exposition signe donc, en effet, Le retour du peintre.



Et c’est ainsi que, parquée au milieu de ses congénères, la Twingo revient en grande pompe, à son essence de voiture, pour nous permettre de faire… le plein d’art. Allez, circulez, y a quelque chose à voir !


Exposition Le Retour du Peintre
de Baptiste Filippi

Quand ?
Jusqu’au 27 avril
Horaires du parking : 24h/24, 7j/7
[L’événement Facebook]

Où ?
Parking Parcus Centre-Historique Petite-France
Rue de Molsheim, 67000 Strasbourg
Sur les places 132-133-134-145-146-147 (étage -1)


Fanny Soriano

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here