Afin de s’évader du quotidien et de soutenir certaines de ses clientes artistes, Channatra, coiffeuse strasbourgeoise, a décidé de leur faire de la place dans son salon. À partir du mois de mai, chaque samedi, l’une d’entre elles y sera invitée pour réaliser des mini-spectacles… à regarder à travers la vitrine.


Sortir du ciseaux, boulot, dodo. Voilà l’objectif de Channatra, coiffeuse et gérante de deux salons de coiffure Hem&Vous à Strasbourg. Après des mois de fermeture des établissements culturels, l’artisan a décidé de faire venir le spectacle à elle. « C’est une période difficile, on est tous en train de mourir à petit feu, relate-t-elle. Avec le couvre-feu, tu travailles, tu fais tes courses, tu rentres et ça s’arrête là, c’est un peu « tristoune », même si on estime heureux de pouvoir travailler. »

Channatra a alors décidé, qu’à compter du 15 mai, elle fermerait l’un de ses salons le samedi après-midi, afin de laisser la place à des artistes locaux. Les passants pourront ainsi profiter de mini-spectacles d’une quinzaine de minutes, en passant devant la vitrine, 14 rue de la 1ère Armée.

© Mathilde Piaud pour Pokaa


« Remplir les cœurs »

« L’idée m’est venue un jour où je coiffais une cliente qui est danseuse, raconte Channatra. Je n’avais qu’une envie, c’était qu’elle se mette à danser. J’y ai repensé puis j’ai contacté plusieurs clientes qui sont artistes pour leur en parler. Le projet s’inspire un peu des vitrines d’Amsterdam : tu viens, tu es à l’extérieur de la boutique et tu peux profiter d’un miniconcert ou d’un mini-spectacle qui a lieu à l’intérieur. »

© Mathilde Piaud pour Pokaa

Concrètement, chaque samedi, les rendez-vous de coiffure se termineront à midi. À partir de 14h, une artiste ou un groupe (de moins de six personnes), s’installera dans la boutique et proposera une petite prestation toutes les 30 minutes et ce, jusqu’à 18h. « On sacrifie un après-midi de travail au salon mais, à défaut de remplir le portefeuille, on remplira les cœurs. Ça fait du bien aussi. »

C’est derrière la grande vitre et au milieu des fauteuils et miroirs que danseuses, chanteurs et musiciennes s’installeront pour partager leur passion, à l’heure où toutes les salles de spectacles ont fermé leurs portes.


Respect des mesures

Une organisation bien rodée, pour respecter au mieux toutes les mesures sanitaires et gouvernementales, assure Channatra. « On a cherché ce qu’on avait le droit de faire ou pas, on s’est cassé la tête pour respecter les règles. Il y a aussi le nom de la boutique qui est en jeu. Finalement, ce sera simplement une cliente en train de chanter plutôt que de se faire coiffer et elle sera seule dans la boutique », indique la coiffeuse.

Les passants, eux, resteront à l’extérieur. « Ils ont le droit de sortir et se promener, il font déjà du lèche-vitrine actuellement. Au lieu de regarder des mannequins et des vêtements, ils regarderont simplement des artistes. » La coiffeuse assure qu’elle s’adaptera si les mesures viennent à évoluer. « Mais c’est important d’avoir des projets. On veut garder le moral , la niaque et proposer la possibilité de faire autre chose que de bosser. »

© Mathilde Piaud pour Pokaa


Le programme

15 mai : Soul Motion, association de danse urbaine strasbourgeoise née en 2009. Cynthia, Farah et Coline proposeront un mélange de danses urbaines. À travers ses spectacles, elle unit les couleurs et les gens pour créer de l’euphorie.

22 mai : Mathilde Armengaud, professeur de harpe

29 mai : Léa Lonjon, jeune chanteuse de 23 ans. Fait de la musique qui l’inspire et qu’elle aime en reprenant des artistes tels que Alicia Keys, U2, Coldplay, Dua Lipa, The Driver Era, et en composant des chansons. (On t’en parlait d’ailleurs par ici).

5 juin : Florence Delange. Grande voyageuse, elle a enrichi son répertoire au fil de ses périples et a puisé son inspiration dans la musique du monde, ainsi que l’indie folk anglophone et hispanophone. Accompagnée de sa guitare et de sa shruti box, elle promet d’apporter un peu de douceur à ceux qui partageront ce moment musical avec elle.

12 juin : Miss Yella, une chanteuse. On retrouverait certainement dans son arbre généalogique une grand-tante du nom de Véronique Sanson et une cousine éloignée qui s’appellerait Aretha Franklin.

19 juin : Carolina De Lespinay, fait de la danse depuis son plus jeune âge et les cours de danse lui manquent

3 juillet : Diphtong composé de 4 chanteurs Mathilde Mertz (soprano), Laura Phelut (alto), Quentin O’keef (ténor) et Cédric Dosch (basse). De Poulenc à Queen, de Brel à Purcell, le quatuor vocal interprète un répertoire riche et varié.

>> La page Facebook de Hem & Vous pour suivre l’évènement <<
© Mathilde Piaud pour Pokaa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here