Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

La tête ailleurs : un shaker d’alcool et d’humanité avec « Drunk »

386 Lectures
Publicité
Publicité
Parce que novembre est un mois qui n’est pas toujours tendre et que le confinement ça peut vite être pesant, on s’est dit que chaque matin, on allait vous emmener un peu la tête ailleurs. Curiosité, bonne surprise, avancée scientifique, film, musique ou série… Un à un, les membres de l’équipe Pokaa vont vous partager ce qui, confinés comme vous, nous offre des capsules d’évasion dans un monde en pleine contamination. Bonne découverte et à demain !



Autant vous le dire d’entrée : le film a quitté les salles il y a peu, il vous faudra donc patienter encore quelques semaines avant de pouvoir prendre votre petite claque cinématographique. Mais laissez moi vous mettre l’eau à la bouche.

Tant de raisons me poussent à vous parler de ce dernier film du danois Thomas Vinterberg. D’abord son casting de luxe, avec un Mads Mikkelsen flamboyant de vie, ensuite sa photographie, son scénario, son angle, sa capacité à faire rire et pleurer dans un même plan séquence, ou encore sa bande originale qui ferait frissonner le plus grand des insensibles. Mais alors de quoi parle-t-on ?

Pour vous faire un petit pitch sans spoil, il s’agit de quatre amis professeurs en pleine crise de la quarantaine qui décident de mettre en pratique une théorie d’un psychologue norvégien, qui dit que l’homme aurait un déficit d’alcool dans le sang. Selon ladite théorie, en entretenant une très légère quantité d’alcool par litre de sang, l’Homme serait plus en forme, plus courageux, plus sociable, bref, plus heureux, sans ressentir les effets négatifs de l’alcool et de l’ébriété.

De manière très habile, Drunk aborde un problème récurrent au Danemark, pourtant pays modèle sur beaucoup de plans, sans faire l’apologie de l’alcoolisme. Bien que le film soit un drame profond, le réalisateur arrive à nous arracher des sourires, à nous envoyer de la douceur et de la tendresse en demie teinte, entre grandeur et décadence, et ça, c’est plutôt costaud.

Je pourrais vous parler de ce film, de ses références et de ses détails si longuement, mais je voudrais vous laisser la même chance que j’ai eu de le découvrir sans attentes. C’est simplement un long-métrage qui déborde d’humanité, un cocktail saisissant qui prend vos émotions par la main, et ne les lâche qu’au générique de fin. Quant à la scène finale, somptueuse, époustouflante, elle restera longtemps dans ma mémoire, dans les vôtres aussi, je l’espère.

Bien entendu, de manière totalement volontaire, je ne vous encourage pas à regarder la bande-annonce. Jamais d’ailleurs.

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

La tête ailleurs : un shaker d’alcool et d’humanité avec « Drunk »

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !