Strasbourg compte un nombre incalculable de restaurants, et pourtant, nous finissons toujours par nous rendre au même endroit, manger la même chose, en prônant l’argument de la « valeur sûre », moi le premier. Et si on changeait nos habitudes ? Pourquoi ne pas mettre de côté nos a priori et nous laisser tenter par des mets inédits, originaux, plein de saveurs que l’on ne connaît pas ?

Nul besoin de chercher très loin pour trouver des plats insolites. Si en Asie on mange de la méduse, des criquets ou du pangolin (mauvaise blague), il ne faut pas oublier qu’en France, on s’envoie de la langue de bœuf ou des tripes. Comme pour quasiment tous les aliments du monde, quand c’est bien cuisiné, c’est bon ! Partant de cet adage, je vous propose de découvrir 10 plats insolites que vous pouvez déguster à Strasbourg. Laissez vous tenter, vous ne devriez pas être déçu !


1 – Le burger aux insectes du Labo

Situé dans la rue des Balayeurs, le Labo se présente comme une « zone d’expérience gustative unique ». Cinq burgers au menu, dont le Molitor, un burger aux insectes. Ce dernier est composé notamment de fromage blanc citronné, d’endive jaune et rouge, de copeaux de chiogga, de germes de poireaux, d’un ketchup de betteraves… Mais aussi, et surtout, à la place du traditionnel steak haché de bœuf, d’une galette à base de pommes de terre et d’insectes. « Des vers de farine », plus précisément. Appétissant ? Vous ne pensez pas si bien dire.

>> En savoir plus <<

Le burger aux insectes © Facebook du Labo

2 – La salade de méduse du Cosy

Un classique de la cuisine chinoise à Strasbourg, le Cosy est réputé pour ses plats traditionnels pleins de saveurs qui font voyager. Au menu, on trouve entre autres la fameuse salade de méduse, une spécialité vietnamienne pour le coup. Ne vous fiez pas aux apparences, c’est un plat léger et très bon pour la santé qui craque sous les dents.

>> En savoir plus <<

Une salade de méduse / © platvietnam.co

3 – Les Momos Tibétains du Tibet Gourmand

Dorjee est un cuisinier d’origine tibétaine qui a traversé le monde et vécu des aventures incroyables avant d’arriver en France. Il a ouvert en 2016 un petit restaurant de cuisine tibétaine dans la Grand’Rue, puis un nouveau restaurant à la petite France, le Tibet Gourmand. La spécialité ? Des momos, des raviolis fourrés à la viande ou aux légumes à base de farine de blé. Ils se dégustent soit à la vapeur, soit poêlés ou frits.

Dorjee les prépare chaque jour en deux étapes : d’abord chez lui de 6h à 9h du matin, puis dans son restaurant, en deuxième cuisson. La spécialité s’accompagne de thé tibétain au beurre rance, de thé au gingembre ou de Tsempa puis d’un dessert au miel, chocolat et fleur d’oranger.

>> En savoir plus <<

© Sergio G / Trip Advisor

4 – Du bœuf de Kobe au Cannibale

Kobe, Japon. Un nom fantasmé par les estomacs les plus carnés du monde entier. La viande de Kobe, goûtée par très peu mais connue de tous, a pourtant posé ses valises aussi à Strasbourg. Avec seulement 3 000 bêtes abattues par an et uniquement 20% d’export hors sol japonais, ce bœuf est très difficile à trouver dans nos régions, et ça, quelque soit la taille de votre portefeuille. En France, ce sont seulement 8 restaurants et 9 boucheries qui ont l’autorisation de commercialiser le Kobe et le restaurant Le Cannibale, situé plaine des Bouchers à Strasbourg, en fait partie ! Le Cannibale est actuellement le seul restaurant du Grand Est à détenir l’autorisation.

>> En savoir plus <<

© Bastien Pietronave pour Pokaa

5 – La tête de veau blanche de Chez Yvonne

Jacques Chirac s’est attablé à onze reprises Chez Yvonne à Strasbourg, pour déguster une tête de veau, une choucroute ou des escargots. Le plat dont plusieurs pays se dispute l’origine, est comme son nom l’indique préparé à partir de la tête d’un veau. Oui, bon…voilà.

>> En savoir plus <<

© Chez Yvonne

6 – Le poulpe de l’Insulaire

Situé dans la rue des Tonneliers, l’Insulaire propose une cuisine savoureuse et raffiné avec des influences de l’île Maurice, d’Asie et d’ailleurs. Un des plats phares de la carte est le poulpe sauté, avec ses chips et sa purée de panais assaisonnée aux agrumes exotiques… Ça fait danser les papilles.

>> En savoir plus <<

© Samuel Compion

7 – Le steak cuit au fer à repasser de Pierre Bois et Feu

Une adresse que tout bon viandard se doit de connaître. On y mange exclusivement de la viande de bœuf Salers, « la meilleure » – comme dirait le chef – simplement accompagnée de légumes de saison. Pas de fioriture, juste de beaux produits. De la viande brute, tendre et excellente, et une entrecôte cuite au fer à repasser, à même l’assiette, qui vaut le détour.

>> En savoir plus <<

© Pierre Bois et Feu

8 – La langue de boeuf du Calmos

Moins courant dans les cuisines aujourd’hui, la langue de bœuf était particulièrement appréciée dans l’Antiquité. Au Moyen-âge, elle était le met réservé aux seigneurs, oui monsieur, rien que ça ! Alors oui, il faut faire un petit effort pour se sortir l’image qu’on a dans la tête, mais il parait que c’est plutôt bon.

>> En savoir plus <<

La langue de boeuf du Calmos © Vivien Latuner

9 – Les pâtes flambées à la grappa de Casa Julia

Le restaurant italien situé à 15 minutes de Strasbourg, à Eschau, a fait pas mal parler de lui il y a 4 ans avec une vidéo de sa spécialité : « les carbonaras flambées dans leur roue de parmesan ». Pour 18,50 €, c’est un spectacle pour les yeux qui finira dans notre assiette.

>>En savoir plus<<

© casajulia.fr

10 – Les griffes de poulet ou le tendon de boeuf du restaurant/traiteur AMIS

Les pattes de poulet sont cuisinées dans plusieurs pays du monde, de l’Afrique à l’Asie en passant par l’Indonésie. Au restaurant traiteur AMIS, rue du Fossé des Tanneurs, on les sert laquées et aux fines herbes, mais elles peuvent également être préparé à la vapeur pour les faire gonfler, à l’étouffée ou mijotées dans une sauce aromatisée.

On trouve aussi dans ce petit restaurant des tripes ou du tendon de boeuf cuisinés avec plein d’épices. Envie de vous laisser tenter ? Vous pourriez être surpris.

>>En savoir plus<<

©Cooking With Morgane

1 commentaire

  1. Vous faites erreur pour le boeuf de kobe.
    D une part j ai ete au cannibale, certes ça date un peu et pour cause, mais c etait du boeuf wagyu, mais pas du boeuf de kobe.
    Intoxication alimentaire durant la nuit qui a suivi… À 80€ le morceau…
    Ensuite il y a 3 restaurants etoilés qui ont proposé du veritable boeuf de kobé, wagyu japonais fin 2019… Rien que pour l’Alsace, dont un qui peut en avoir n importe quand sur commande, et encore de nombreux autres en France

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here