Héé oh Calmos, on ouvre les yeux et on prend son temps…  Trois ans…. trois ans que le Bistrot Margot faisait un long et gros dodo. Aujourd’hui ce petit resto à deux étages situé au cœur de grand rue change style, de peau, de proprio ET de cuisto ! La Hache, le Square Delicatessen, Tzatzi, East Canteen et la Corde à Linge ont désormais un nouveau frérot tout mignon. Il est beau, il est tout chaud et super bien placé, son petit nom c’est Calmos. Ce bistrot français ouvert il y trois semaines mélange l’esprit industriel d’un café moderne avec une cuisine brute de type brasserie, en revisitant les classiques des bons vieux bistrot de potos. Tout cela dans un univers frais et lumineux inspiré du cinéma de Bertrand Blier et de l’époque industrielle. On est passé devant le resto un jour d’hiver où il faisait 25 degrés (ciao les banquises) et on avait envie de vous en dévoiler quelques secrets.

Le lieu et l’ambiance 

En voyant ce nouveau restaurant à 360 degrés qui donne directement sur trois rues, les visiteurs et les curieux se pressent naturellement vers les vitres pour jeter un coup d’oeil étonné à l’intérieur. « Oh c’est quoi ? C’est beauuu, c’est nouveau..? » Et oui M’dame, elle est belle cette lumière n’est ce pas ? Ouvert sur l’extérieur, Calmos dispose de 70 places à l’intérieur et de tout autant de sièges sur les trois terrasses dont il disposera très bientôt, une partie étant déjà dressée.

Ouvert en continu, les clients peuvent venir manger toute la journée ou siroter un cocktail en pleine rue ou en toute discrétion. Bien installés à l’étage sur de confortables banquettes molletonnées. De haut en bas la décoration a été particulièrement soignée, avec un gros clin d’oeil aux banquets et en particulier au cinéma de Bertrand Blier. D’ailleurs c’est bien du film Calmos réalisé en 1976  dont les architectes et designers (V8 et l’atelier Poste 4) se sont en partie inspirés. Et au niveau des détails et de la déco on peut dire qu’ils se sont chauffés ! Jusqu’à insérer 13 000 fiches en papier dans les murs pour créer les silhouette de Jean-Pierre Marielle et du très regretté Jean Rochefort.

Chez Calmos plusieurs atmosphères très différentes se dégagent. A l’extérieur ou à l’intérieur, en haut ou en bas, sous une lumière naturelle ou assis dans un boudoir à sous une lumière tamisée, chaque visiteur trouvera chaussure à son petit pied cabossé. L’équipe, jeune et souriante accueille tout le monde avec le même sourire en s’adaptant aux différentes humeurs de ses clients. Des clients qui viendront donc chercher un peu de fraîcheur et de convivialité au rez-de chaussé et davantage d’intimité au premier.

La cuisine

Calmos propose une cuisine maison préparée avec des produits frais et de saison. La carte évoluera d’ailleurs en fonction des températures et du calendrier. Les plats de brasserie servis sans chichis sont proposés dans une belle vaisselle artisanale, sur une table où l’on a envie de tout toucher (pas touche à ton voisin), on est loin de les dresser avec des serviettes en papier.

Joues ou langues de boeuf, poitrine de cochon ou Parmentier de boudin noir correspondent à ce que Calmos veut proposer : une cuisine familiale, brute et à partager. Comme quand ta grand mère te prépare un bon petit plat généreux et qu’elle est fière de le présenter dans un beau service en argent qu’elle fait frénétiquement briller. Chez Calmos l’argent a été remplacé par des assiettes en terre cuite artisanales et des casseroles encore chaudes que l’on pose sur la table. (Je vous conseille de ne pas y toucher) Des casseroles et des assiettes dont le Chef Luc Breitenbucher a voulu garder l’authenticité, avec des plats historiques simples, frais et subtilement revisité. Mais assez parlé il est l’heure de becter grailler manger.

A la carte

  • Une belle sélection de cocktails crées pour le lieu, composés d’alcools « anciens » (8,50 €)
    • Green boots (Absinthe, jus de citron, concombre, eau fraîche)
    • Chartreusito (Chartreuse, citron vert, menthe, Perrier)
    • Spritz impérial (Liqueur de mandarine impériale, jus de citron, Prosecco, Perrier)
    • Et bien d’autres encore…
  • Une sélection de bières Fischer (entre 3,40 € et 3,90 € 25cl)
  • Les entrées 
    • Poireaux braisés, vinaigrette au cidre (6,00 €)
    • Saumon façon gravlax, crème de raifort (9,50 €)
    • Feuilleté de mousseline de volaille, escargot en persillade (10,50 €)
  • Les plats de type brasserie
    • Joue de boeuf façon brasseur (14,00 €)
    • Tajine d’épaule d’agneau confite aux fruits secs (18,00 €)
    • Langue de boeuf grillées sauce charcutière (15,00 €)
  • Les plats végé 
    • Assiette de légumes rotis sauce yaourt et graine de moutarde (12,50 €)
    • Risotto crémeux de courge aux herbes, tuile de parmesan (13,50 €)
  • Les desserts (7,50 €)
    • Crème brulée à la vanille
    • Ile flottante
    • Profiterole vanille chocolat
  • Le menu déjeuner (plat de la carte au choix, du lundi au vendredi)
    • Plat seul (12,00 €)
    • Entrée + plat ou plat + dessert (17,00 €)
    • Entrée + plat + dessert (22,00 €)

Et vous, vous avez remarqué cette nouveauté ? 


Calmos Strasbourg

69 Grand’Rue
67000 Strasbourg
03 67 68 03 30

Ouvert tous les jours de midi à minuit (cuisine en continue)

>> La page Facebook du restaurant <<

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here