Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Innovation : un éditeur alsacien expérimente la réalité augmentée dans ses livres

723 Lectures
Publicité
Publicité

On a souvent dit que l’imprimé et le digital ne faisaient pas bon ménage. Que le second allait tuer le premier, renvoyant les livres à la broyeuse à papier. Mais il faut savoir parfois tordre le cou aux idées reçues. Car, au-delà d’une animosité réciproque pas toujours justifiée, l’un et l’autre peuvent aussi devenir des alliés. C’est ce que prouve l’édition ces jours-ci du livre À nos héros du quotidien, merci ! chez un éditeur local qui, en plus de reverser la moitié du prix du livre à la Fondation de France, l’a enrichi avec de la réalité augmentée grâce à l’aide d’une entreprise strasbourgeoise. Un projet 100% alsacien !

© Marine Pade

Si une grande majorité des entreprises ont dû réduire la voilure, voire stopper complètement leur activité durant le confinement, il nous est aussi apparu que la culture, elle, ne s’arrêtait jamais et qu’elle nous était plus que jamais nécessaire. Elle a même joué un rôle de liant social entre les individus par-delà la barrière de l’isolement. C’est ainsi que, malgré les difficultés, les éditions du Signe viennent de publier un petit livre (par son format) de près de 200 pages, composé de textes écrits par une trentaine de personnalités différentes afin de saluer le travail des héros du quotidien pendant la pandémie. Et ce pour la modique somme de 2€. Les deux particularités de celui-ci : il est à vocation caritative et il bénéficie de la réalité augmentée.

La réalité augmentée, quésaco ?

La réalité augmentée (ou RA pour les intimes) est une technologie qui permet d’intégrer des éléments virtuels au sein d’un environnement réel. Ça peut paraître flou dit comme ça mais tout le monde voit de quoi il en retourne. Si je vous dis « Pokémon Go »… c’est bon vous voyez ! Ce jeu mobile qui a fait fureur il y a quelque temps faisait en effet apparaître les petites créatures du jeu dans l’environnement réel du joueur, dans un arbre, sur un banc ou sous la table de la cuisine, grâce à la RA.

En fait le principe est de combiner le virtuel et le réel, en général grâce à une application pour Smartphone. C’est un peu le principe qui avait présidé à la mise en place des QR codes sans que ceux-ci ne franchissent jamais le pas d’une utilisation systématique et massive (car en plus d’être un peu moches et pas très pratiques, ils ne renvoient généralement qu’à une page web). La RA va plus loin, elle est plus immersive et est encore plus simple à utiliser.

© Florian Crouvezier / Pokaa

Le problème est qu’elle reste à ce jour encore marginale car difficile à mettre en place pour quelqu’un qui n’est pas un expert en digital. Mais il semble que ce temps soit révolu. C’est en tout cas le pari que fait la société basée à Strasbourg : Jolifish.

L’entreprise Jolifish Europe et sa plateforme wow.ink

Jolifish Europe (il existe une branche canadienne) est une entreprise installée à Strasbourg qui se définit comme un studio de développement de projets. Menée par le duo que forment Michael Bechler et Olivier Bloch, elle a pour but de développer des sites web et des applications mobiles pour le compte d’entreprises et de collectivités.

Récemment, elle s’est notamment donné pour ambition de démocratiser et surtout de simplifier l’usage de la réalité augmentée. Le postulat de base était, entre autre, « comment ajouter facilement de la réalité augmentée dans un livre ? ». Pour cela, elle a lancé la plateforme wow.ink qui a été conçue pour répondre aux besoins de professionnels désireux d’utiliser la RA dans leurs produits en leur mettant à disposition un logiciel en ligne. Ce logiciel permet en quelques clics de transformer n’importe quel visuel en un contenu augmenté. Plus besoin de connaissances techniques, l’utilisation en est très simple et le processus est très rapide : quelques minutes suffisent pour ajouter une couche digitale à n’importe quel support imprimé.

wow.ink permet en fait de lever la barrière de la difficulté technique qui existait jusqu’alors. Il suffit de télécharger l’image que l’application devra reconnaître par la suite (une couverture de livre, un logo…) et d’y associer un contenu digital (vidéo, photo panoramique, objet 3D…). Une fois cette étape enregistrée, l’application installée sur n’importe quel Smartphone reconnaîtra le visuel et superposera automatiquement en réalité augmentée le contenu digital choisi. En bonus, elle enregistre les actions de chaque utilisateur afin d’obtenir des statistiques d’utilisation (quel élément est le plus visualisé, etc.) L’avantage, contrairement aux QR codes, est que du contenu peut être ajouté a posteriori et qu’il peut aussi être réactualisé ou changé régulièrement.

© wow.ink/Jolifish Europe

La RA peut alors être utile pour du packaging, des catalogues, mais aussi pour des panneaux de musée, des livrets de voyages et même, pourquoi pas des CV.

Pour ce qui est de wow.ink ; la plateforme a déjà été utilisée par exemple pour « augmenter » des affiches des Jardins des papillons à Hunawihr ou sur l’étiquette de certaines bouteilles de vin permettant ainsi au vigneron de raconter l’histoire du vin que vous tenez dans vos mains grâce à une vidéo qui démarre lorsqu’on passe la bouteille devant l’appareil photo de son Smartphone.

Mais il semble que ce soit surtout le monde de l’édition qui fut le plus réceptif aux possibilités qu’offre la RA. Celle-ci permettrait en effet de renouveler l’expérience de la lecture et de ne pas cantonner le digital au format du livre numérique (Ebook). On a ainsi vu naître des livres de recettes en RA mais aussi des livres scolaires, et surtout beaucoup de livres jeunesse, comme ceux de la collection « Histoires animées » qui existe depuis 2016 chez Albin Michel. La RA permet alors d’animer les personnages ou les décors en 3D ou de produire une action entre le lecteur et ce qu’il lit grâce à l’écran tactile. Pour donner un exemple précis : wow.ink permet à ceux qui ont le livre Margot la goutte d’eau (éditions Les Heures bleues) dans les mains de le voir lu par son autrice Émilie Demers en même temps qu’ils tournent les pages.

À nos héros du quotidien, merci !

Mais le livre qui fait l’actualité en ce moment est tout autre. Et s’il est bien doté de la réalité augmentée, il est aussi ancré dans la réalité tout court, celle du moment, celle de la lutte contre le COVID 19. À nos héros du quotidien, merci ! est un livre de témoignages qui s’est astreint à un but très simple et très noble : saluer le travail de ceux qui furent (et sont encore) en première ligne depuis le début de l’épidémie. Il s’agit de célébrer l’altruisme, la solidarité et l’espoir en l’avenir grâce à un panel d’histoires sensibles et engagées qui ont permis de mélanger et de réunir des gens d’horizons différents.

« On va enfin les regarder, ces invisibles ! » (Gilbert Montagné)

Ce n’est pas un hasard si ce projet est né en Alsace dans une région qui a énormément souffert de la pandémie. C’est grâce à un éditeur basé à Eckbolsheim, les éditions du Signe qu’a été mis sur pied en un temps record, 15 jours, et dans des conditions particulières, ce livre caritatif tiré à 100 000 exemplaires.

Caritatif car sur le 2€ que coûte le livre, 1€ est reversé à la Fondation de France. Autant vous dire que personne ne fait de bénéfices dessus, ni l’éditeur, ni les auteurs, ni les transporteurs, ni les distributeurs.

« L’attention qu’elle offre aux mourants lui interdit les gestes d’amour pour les vivants. » (Laura Kuntz)

Christian Riehl, le directeur des éditions du Signe et sa collaboratrice Isabelle Lasser, accompagnés par l’auteur et doctorant en transmédia Martial Debriffe, ont fait fonctionner leur réseau pour réunir 34 auteurs, en grande partie alsaciens, mais pas que. Parmi eux, on retrouve sans surprise des auteurs maisons comme Laure Kutz, Alexia Stumpf, Katia Valère, Jean-Claude Bourret, Gérard Cardonne, Stephan Caso, Francis Hirn, Sylvie de Mathuisieulx et d’autres auteurs bien connus dans le Grand Est (Gilles Laporte, Elise Fisher), mais aussi des personnalités locales (comme Brigitte Klinkert, la présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, Pierre et Cathy Meyer, les patrons du Royal Palace à Kirrwiller ou Jean-Jacques Better, le président des hôteliers-restaurateurs du Haut-Rhin, lui-même rescapé du Covid), des stars du showbiz (Gilbert Montagné qui ouvre le bal ou Patrick Sébastien qui le ferme), des sportifs (Amandine Henry, la capitaine de l’équipe féminine de foot et le rugbyman Mathieu Bastareaud) et d’autres encore tel le le médecin et chirurgien Jacques Marescaux.

© Marine Pade

Une image illustre chaque texte mais surtout la RA fait son apparition à une dizaine d’endroits afin d‘ajouter du contenu complémentaire : clips, messages ou reportages vidéo. Cela commence dès la couverture. Si, après avoir téléchargé l’application des éditions du Signe, vous passez l’appareil photo de son Smartphone dessus, vous pourrez voir le clip de la chanson « Et demain » qui regroupe 350 stars afin de relayer l’appel aux dons de la Fondation des hôpitaux de Paris et de France. Plus loin dans le livre, on peut aussi consulter une vidéo dans laquelle la diététicienne-nutritionniste Sophie Janvier nous donne des conseils pour garder une alimentation saine pendant le confinement (en accompagnement du texte de Josiane Arnold, directrice de supermarché) ou une autre dans laquelle Eric Borner qui, afin d’animer son texte, nous propose quelques tours de main magiques.

« Que chacun chez soi ne veut pas dire chacun pour soi. » (Gérard Cardonne)

Pour Martial Debriffe: « La réalité augmentée est une façon d’aller au-delà du livre papier tout en continuant de le faire vivre. » Il explique qu’« ainsi le livre ne perd jamais son actualité, que c’est une façon de le rendre pérenne. Pour ce livre, tester la réalité augmentée nous permettait d’ajouter des éléments supplémentaires sur les textes, des éléments éclectiques dont on peut toujours changer le contenu si on le souhaite. »

Il est intéressant de constater que c’est une maison d’édition « ancienne » qui se soit mise à la pointe de la transition digitale. Comme quoi, il faut encore une fois dépasser les préjugés ! D’ailleurs, il est dit que tous les ouvrages à paraître chez les éditions du Signe bénéficieront de la réalité augmentée.

Étant un produit en pleine croissance et en voie de démocratisation, on va entendre de plus en plus parler de la réalité augmentée. Elle semble en tout cas prendre doucement ses marques dans le monde de l’édition. On peut bien sûr déplorer le fait que le livre papier pouvait jusqu’alors être considéré comme un espace protégé des écrans ou encore se demander si la RA n’est pas le dernier gadget à la mode. Un seul conseil : testez par vous-même. Une chose est sûre, elle permet en tout cas l’édition de ce genre de livre qui offre une expérience complémentaire à la lecture grâce à l’ajout de contenus ludiques ou informatifs. Comme souvent, il s’agira certainement de trouver un point d’équilibre. Peut-être que l’intégration du digital permettra, au-delà du paradoxe apparent, de conserver le format papier? Peut-elle permettra-t-elle au livre d’acquérir de nouveaux lecteurs? Peut-être révolutionnera-t-elle la façon de lire ? L’avenir nous le dira !

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Coronavirus"

À la une

Innovation : un éditeur alsacien expérimente la réalité augmentée dans ses livres

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Coronavirus”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !