Petit à petit, on se rapproche de la fin de cette sixième semaine de confinement. Bientôt, il ne nous en restera plus que deux, à vivre entre nos quatre murs, puisque très peu ont la chance d’avoir un jardin ou un balcon. On n’est pas tous égaux face à l’isolement et l’enfermement et nombreuses sont les personnes qui ne sont pas dans leur assiette et n’en ressortiront pas comme avant. Afin de comprendre les effets du confinement sur les liens sociaux et les solidarités, une équipe de chercheurs du CNRS réalisent une grande enquête nationale. En outre, une autre enquête est également lancée par le CNRS, sur un autre sujet, plus local cette fois-ci. On vous en dit plus.

Quels sont les effets du confinement ?

Répondre à cette question va être la tâche de l’équipe de chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Notamment sur ses effets sur la solidarité et les liens sociaux. La créativité des premiers moments a pu, dans certains cas, laisser place à des idées plus sombres ou au réveil d’angoisses profondes qu’on pensait enfouies. Et cela a pu ou peut toujours avoir des effets sur notre rapport à l’autre. 

© Mathilde Piaud

Mais pour pouvoir répondre à cette question, les chercheurs ont besoin de votre aide. Et celle-ci passe par répondre à un questionnaire, disponible en suivant ce lien. Les réponses sont bien entendu anonymes et confidentielles, alors que le tout prend environ vingt minutes, soit la durée d’un épisode de Brooklyn Nine Nine.

Par ailleurs, cette enquête a une volonté d’exhaustivité. Ils recherchent ainsi des personnes qui n’ont généralement pas le profil habituel pour répondre à des enquêtes, soit des personnes isolées, des seniors, des inactifs ou encore des jeunes adultes ayant abandonné les études et des agriculteurs. En somme : que des profils d’habitude invisibles dans ce genre d’enquête et surtout le type de personnes qui sont les plus fragiles en ces temps de confinement et de crise du coronavirus. Alors si vous connaissez des personnes dans ce cas, n’hésitez pas à les contacter !

Une autre étude du CNRS sur la propagation du coronavirus dans le Haut-Rhin

Ce n’est un secret pour personne : l’Alsace a été particulièrement touchée par l’épidémie de coronavirus. Et si aujourd’hui les hôpitaux de la région semblent doucement reprendre le dessus, cela a été rendu en partie possible grâce à la solidarité transfrontalière, nationale et surtout grâce au travail du personnel soignant. Alors que l’on s’approche petit à petit d’un déconfinement progressif, le CNRS lance une autre enquête. Avec un but : comprendre comment l’épidémie s’est propagée dans le Haut-Rhin, depuis le 1er janvier.

Des particules virales du SARS-CoV2 sortent d’une cellule infectée. Cette image a été obtenue grâce à un microscope électronique. ©Photo courtesy the National Institute of Allergy and Infectious Diseases

Cette étude, menée de concert par le CNRS et l’Université Clermont-Auvergne rentre dans une thématique chère à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : l’histoire du virus, sa transmission et son diagnostic. Le point de départ sera le désormais célèbre rassemblement de la Porte ouverte chrétienne, qui s’était tenu à Mulhouse du 17 au 21 février. L’enquête vise ainsi de la description de la propagation du virus et d’analyser la ou les manières dont il a pu se transmettre. Dans le but de préparer le déconfinement le mieux possible.

Ce sont ainsi une enquête et une étude qui sont menées par le CNRS. Dans le but de mieux comprendre le confinement et de préparer le déconfinement en analysant le virus. En attendant les réponses, ainsi que les annonces du gouvernement et des pouvoirs publics quant au déconfinement, prenez soin de vous !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here