Hier, une jeune Strasbourgeoise publiait un message sur le groupe Facebook Étudiants de Strasbourg pour partager la mauvaise expérience qu’elle venait de traverser : le conducteur Uber qu’elle avait commandé avec ses amis en retour de soirée aurait entamé des attouchements une fois seule avec elle dans la voiture. La publication a fait réagir le groupe Facebook et une autre jeune femme a reconnu le profil du conducteur, qui 2 ans plus tôt aurait déjà commis sur elle le même type d’attouchements. C’était en 2017 et la société Uber aurait déjà été avertie à ce moment-là. Il semblerait que rien n’ait été fait et que ce dernier circule toujours dans les rues de Strasbourg. Les jeunes femmes devraient porter plainte contre lui cette semaine. Dans le même temps depuis juillet à Paris, Uber a lancé une campagne de sensibilisation de ses chauffeurs pour aider les femmes en situation d’harcèlement ou agression de rue.

Uber déjà prévenu en 2017

« J’ai commandé un Uber pour rentrer d’une soirée vers 3h du matin.
J’étais la dernière à être déposée. Le conducteur m’a proposé de monter à l’avant : naïve, gentille et ne voulant pas vexer, j’ai accepté.
Il m’a pris la main, m’a touché la cuisse. Quand je lui ai demandé sèchement d’arrêter, il m’a dit « ha je pensais que vous étiez plus bourrée que ça ». Suite à ça, j’ai envoyé des messages à Uber. Les ai appelés.
Lors de cet appel, ils m’ont promis que ce chauffeur se ferait virer »

En 2017, une première course s’était déjà mal terminée pour une cliente strasbourgeoise. Aucune main courante n’avait été déposée au commissariat mais Uber avait été contacté et prévenu par la jeune femme. Sans suite probante.

Captures d’écran de la discussion entre Uber et la première jeune femme en 2017

Un autre cas en 2019

Publiée sur Facebook, une situation similaire serait arrivée il y a peu avec le même chauffeur, finalement toujours en circulation. Le première plainte ayant seulement été déposée hier après-midi, il est possible que d’autres cas d’attouchements soient arrivés depuis que ce conducteur circule. Si c’est votre cas, merci de contacter le commissariat de Police de Strasbourg.

3 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here