A tous ceux qui disent que la musique c’était mieux avant, allez voir Deluxe en concert, vous n’en ressortirez pas indemnes. Bien plus qu’un concert, le groupe de moustachus offre un véritable show de 2 heures, du groove, de la funk, une énergie débordante, des instruments en live, et la voix exceptionnelle de LilyBoy : Deluxe fout littéralement le feu. On a rarement vu un concert aussi complet, aussi décoiffant, une folie pure qui contamine le public. A l’occasion de leur passage à la Laiterie, nous avons rencontré le groupe pour une interview déconnante à prendre au second degré.

Vous avez sorti cet été un nouvel album intitulé « Boys and Girl », de quoi parle-t-il et comment a-t-il été construit?

Deluxe : Il a été construit brique par brique, bloc par bloc. Il parle de nos histoires, de nos aventures, de nos hématomes d’amour. 2018 ça a été une année de douleurs de cœur. Dans ses 12 titres on parle d’amour, de vie, de hauts, de bas, de travers.

Pourquoi avoir choisi de chanter en anglais et pas en français?

LiliBoy : On est tous des fans de funk et de hip-hop, et même si aujourd’hui, ça se démocratise en français, c’est juste à l’image de ce qu’on a écouté le plus en grandissant. Puis c’est aussi ma langue maternelle, je parle en anglais avec ma mère, donc c’est parfois plus facile d’exprimer le fond de nos petits cœurs en anglais.

Vous avez fait de nombreuses collaborations notamment avec Nemir ou Oxmo Puccino. Comment ça s’est passé et pourquoi eux?

Deluxe : C’est grâce à la tournée, c’est en faisant plein de festivals qu’on a rencontré certains de nos artistes préférés. On les adore.

Donc Oxmo Puccino et Nemir ce sont les collabs idéales pour vous?

Deluxe : C’est des frères oui. C’est un honneur de pouvoir les avoir sur l’album, faut remettre les choses dans le contexte déjà. Oxmo Puccino on l’a tous écouté quand on était ados, c’est un vrai rêve de gosse. Il y avait une chanson qui était culte pendant nos vacances en 2008, « 365 jours. »

LiliBoy : Moi, aujourd’hui parfois quand je l’écoute, je pleure.

Quelles sont vos influences? Elles différent beaucoup entre vous six?

Deluxe : Oui et non. On aime tous de tout. On a tendance à se retrouver sur le hip-hop et la soul. On aime bien quand ça frappe lourd.

Pierre : En vrai si tu veux savoir ce qu’on écoute, il y a une playlist qui est sur Spotify et qui s’appelle « Deluxe Moustache. »

Deluxe : Mais oui ! Il est trop fort ! Pépé président! Pépé président !! Cette playlist a été fabriqué par Kaya ici présent. Kaya président!! Kaya président!!!

Kaya : Mais à l’écoute de mes comparses.

Deluxe : Les comparses, présidents, les comparses, présidents!

Deluxe c’est de la musique qui déborde d’énergie mais c’est aussi des costumes sur scène. D’où vient cette idée?

Deluxe : Ils sont là, tu les as vus ? T’as remarqué l’odeur en rentrant dans la loge? Ils sentent très mauvais.

LiliBoy : Tous les 6 ça va faire dix ans qu’on est ensemble. Et tous les cinq, quinze, voire 17 ans. Si tu retraces les images de notre histoire, tu remarqueras qu’avant on était super mal habillés, et progressivement on s’est dit : « Mais punaise quitte à être sur scène, autant briller de mille feux et enfiler des vêtements de lumière ». Ça nous permet d’enfiler un peu une armure et de partir à la guerre, avec la passion et la ferveur. T’as déjà vu un concert de Deluxe?

Non.

Kilo : Si j’avais eu un micro je l’aurais posé comme ça, ça aurait fait bling et je serais sorti de la salle. Mais je n’ai pas de micro. Je suis dépité.

LiliBoy : Dans les « Dessous de la Moustache », c’est des reportages qu’on a fait sur nous-mêmes et où on s’est rencontrés nous-mêmes. C’est très mégalo, mais intéressant. Un de nous avait dit : « Quand on va en concert c’est la guerre ! C’est une bonne guerre mais c’est la guerre ! ». Et nos costumes c’est une armure. On fait la guerre avec les gens, pas contre les gens.

Kilo : Tu nous suis sur Insta? Y a un gars qui vient de nous laisser un commentaire et je vais te le lire parce que franchement ça fait chaud au cœur :  » Les gars j’étais à Reims avant-hier, je tenais à vous dire merci, je suis habitué à des concerts. Pour avoir fait Patrice, Nas, Damian Marley ou encore du Macklemore, je n’ai jamais pris une aussi grosse claque, vendez vos places plus cher. 2 h de spectacle comme ça, au prix de la place c’est pas normal. » Je n’arrête pas de le dire au groupe, si ça ne tenait qu’à moi on vendrait la place 200 balles.

On va dire à tout le monde d’aller voir Deluxe très, très vite avant que les billets passent à 200 balles.

Kilo : Mais non, on le fera jamais. Tu sais quoi, c’est une discussion qu’on a très souvent. On aime que tout le monde puisse venir.

Vous considérez que sur un concert le visuel est aussi important que l’auditif ?

Deluxe : Complètement. C’est un show complet. Il y a la musique, les lumières, les costumes, les chorégraphies… L’année prochaine quand on sera bien rodés, il y aura même l’odeur, ce sera vraiment un spectacle sensoriel, complet pour tous les orifices.

Et les moustaches ?

Kaya : C’était une idée de merde.

LiliBoy : Encore une fois si tu retraces la vie du groupe, au moment où ils n’avaient pas encore la vraie moustache assumée, on était tous vraiment plus moches. On s’est embellis avec cette moustache alors maintenant on ne peut plus la lâcher.

Du coup, on ne peut pas rejoindre le groupe Deluxe si on a pas de moustache?

Kilo : Non. D’ailleurs à la fin du concert, on dit :  » Si ça t’a plu, reviens moustachu ! »

LiliBoy : Depuis toujours on me demande où est ma moustache, regarde je les porte aux oreilles moi, mes moustaches. Donc nous les petites demoiselles et les grandes dames, on a enfin une moustache adaptée, esthétique, classe, légère, ergonomique.

Vous avez réalisé la bande originale du film « Profs » et plusieurs de vos titres ont également été utilisés pour des BO telles que celle de « Fast and Furious » ou « Ange et Gabrielle ». Si vous pouviez choisir un réalisateur pour lequel voudriez-vous composer une BO ?

Deluxe: Je ne devrais pas le dire, mais avant que tu entres dans la loge, j’étais sur mon ordi, je te jure que Steven Spielberg m’a envoyé un message pour me dire qu’il veut vraiment qu’on fasse la musique de « ET 2 » parce qu’ET revient, il avait oublié ses clopes en repartant la première fois. (rires). Plus sérieusement, on aimerait Quentin Tarantino, ou Scorsese. Christopher Nolan, mais on vise un peu trop haut.

Un film qui vous a marqué récemment?

Deluxe : Joker !!! Et Parasites aussi.

LiliBoy : The Favourite. Pour moi c’était le meilleur de l’année.

Si vous pouviez organiser votre propre festival?

Deluxe : Tu met le doigt pile dedans ! Il y a un festival dans les tuyaux, dans la région d’Aix, Marseille. Le thème ce sera : « Dans les Tuyaux ». Ce serait une première édition assez simple et bon enfant, avec Deluxe qui viendrait jouer en invité. Puis Henri Dès. Après si ça prend, on pourra faire plein de choses.

Vous avez un rituel avant d’entrer sur scène?

Kaya : On peut te le faire.

Deluxe : Non mais arrête, on a pas les bassines, on a pas l’eau froide.

Une anecdote marquante sur cette tournée?

Deluxe : Il y a le toupet de Pépé qui est tombé à un moment sur le solo de saxo. En fait Pépé porte un toupet sur la tête, et pendant le concert on passe sous une porte, son toupet s’y est accroché et il est arrivé en plein solo sans rien remarquer.

Si vous pouviez donner un titre de musique à ce que vous vivez actuellement?

Pépé : Moi ce serait « Je suis malade » de Serge Lama.

LiliBoy : « Sur l’oreiller une larme » de Joyce Jonathan.

Kilo : Mais arrêtez c’est une trop bonne question, on pourrait trouver un trop bon titre de morceau.

Kaya : « I can’t go back » c’est un morceau qu’on écoute souvent en ce moment. Ça pourrait signifier : « Je ne veux pas retourner à ce que j’étais avant d’avoir une moustache. Je ne veux pas retourner en arrière, je kiffe ma vie. »

Kilo : J’en ai une. Joe Dassin : « Si tu n’existais pas. »

Pietre : Renaud : « Toujours debout. »

Kaya : « Born Ready. « 

On peut vous souhaiter quoi pour ce soir?

Deluxe : Que tu viennes voir tout le concert en entier.

Bah si ce que dit le mec sur Instagram est juste, ça devrait le faire.

Deluxe : Non, mais à coup sûr c’est encore un drogué, ou un mec de sa famille.

Vous étiez déjà à Strasbourg?

Deluxe : Oui, on était déjà là en 2015 et on a eu un jour OFF durant lequel on a eu le privilège de visiter le centre-ville historique. On a mangé une énorme choucroute, on a bu du vin blanc. Et on a tellement bu, qu’en fait on ne se souvient pas.

Si vous pouviez emmener quelque chose de Strasbourg chez vous?

Deluxe : La choucroute, le vin blanc, les bretzels, une grosse saucisse.

Pépé : Moi si je devais emmener quelque chose ce serait le cameraman.

Votre emblème à vous c’est la moustache. Chez Pokaa on a un emblème aussi qu’on offre à tous les artistes qu’on rencontre.

Deluxe: C’est des bretzels ? Génial ! Emma Présidente! Emma Présidente !

>> Propos recueillis par Emma Schneider <<

Un grand merci à Deluxe , à la Laiterie et à David Levêque à la vidéo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here