Tous les dimanches, depuis des années, on vous invite à nous envoyer vos photos, dessins, images ou vidéos de Strasbourg pour alimenter notre rubrique « La Claque ». Et il y a quelques temps, on a reçu dans notre boîte mail plusieurs photos de Mathilde, strasbourgeoise depuis 11 ans. On a trouvé ses images tellement cool qu’on s’est dit qu’il fallait vous en faire profiter aussi. 

« Je suis Mathilde, 29 ans et photographe à mon compte depuis quelques mois. J’ai emménagé à Strasbourg il y a 11 ans, initialement pour faire mes études. Après quelques années à faire le tour des L1 des différentes filières de la fac, je suis finalement tombée sur un appareil photo un peu par hasard, il y a 4 ans. 

C’est rapidement devenu une passion, assez chronophage, et de fil en aiguille j’ai finalement décidé d’en faire mon métier. J’aime principalement faire du concert, mais je propose aussi des reportages de mariage ou des shooting portrait pour mon autoentreprise.

En photo, comme dans la vie, je dirai que je suis un peu touche-à-tout et j’aime beaucoup tester des trucs. Donc dès que j’ai un moment, j’en profite pour me promener avec mon appareil et essayer des nouvelles techniques ou pour shooter des sujets que je ne connais pas trop.

Là pour cette série, j’avais envie de proposer un point de vue un peu différent de Strasbourg. J’expérimente par mal les expositions multiples en ce moment, et j’aimais bien l’idée de simplement « retourner » la ville. L’idée était de montrer que Strasbourg est belle dans tous les sens, sous toutes ses coutures. La double exposition permettait d’apporter un peu de peps et d’originalité à ces lieux qu’on connaît bien et qu’on voit souvent en photo (la place Kleber, la petite France etc …) en jouant sur les symétries. C’est aussi un petit clin d’oeil aux nuits Strasbourgeoises arrosées, notamment grâce au côté flou et déstructuré des clichés.

J’aime bien me dire qu’on peut shooter un sujet de mille façons différentes tant qu’on arrive à se renouveler, c’est un bon exercice et ça boost la créativité. Donc je compte bien enchaîner avec une autre série sur Strasbourg prochainement, en faisant évoluer le concept. »


Strasbourg, t’es renversante.

De bas en haut, d’est en ouest, de jour, de nuit et au petit matin. T’es belle.

On te retourne tous les week-end mais l’envers te va à ravir. Parfois je te vois floue. Flash back de tes nuits arrosées de pluie et de bières.

Quand je vais acheter mes clopes et que je passe à la poste, je fais pas toujours gaffe, mais tu rayonnes.

Tes artères sont bouchées en décembre. Ton coeur bat trop fort en été, au rythme de ta musique de rue et des apéros sur tes quais. Pourtant t’as l’air en forme. Vivante.

Strasbourg, t’es parfois morose aussi. Quand tu pleures pendant des jours, que tu nous trempes de tes larmes de pluie. Mais t’as du charme ma grande, même quand t’es grise et humide.

Strasbourg, je t’aime



Sa page Facebook :
https://www.facebook.com/mathildecybulskiphoto

Son Insta :
https://www.instagram.com/mathildecybulski/

Son Flickr :
https://www.flickr.com/photos/[email protected]/

Coraline LAFON

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here