Cette année encore, la musique a rempli les ruelles de Strasbourg ce 21 Juin, signant le début de l’été. Plusieurs dizaines de milliers de Strasbourgeois ont envahi le centre-ville entre 18h et 1h du matin. Pour une fois, pas de pluie au programme, malgré les annonces angoissantes de MéteoFrance, mais un centre-ville à l’accès sécurisé et une foule impressionnante. On a essayé de se frayer un chemin pour montrer aux absents ou à ceux qui ont un petit trou de mémoire ce à quoi ça pouvait ressembler hier soir.

Aaaah la fête de la musique. Le seul jour ou la beuverie massive et le tapage nocturne est organisé et autorisé par la ville. Entre chaque coin de rue d’une centre-ville bunkerisé : des cinquantenaires jouant de reprises de Neil Young ou d’AC/DC. A chaque coin de rue, des odeurs de hotdogs, des flaques de Meteor renversées et la sirène des pompiers.  A chaque coin de rue, des instruments différents, des styles musicaux qui n’ont rien à voir, dans un gros gloubiboulga enchantant. A chaque coin de rue, que les artistes aient du talent ou non, une foule à perte de vue.

Couvre-feu à minuit trente pour les concerts

Pas de grosse nouveauté cette année, à part le Karaoké Arte place Kléber… sinon comme d’hab’, du hiphop à Malraux, une scène excentrée les pieds dans l’herbe au Campus, des jeunes talents s’essayant à la scène, des vieux briscards sortant leurs instruments pour la seule fois de l’année, de la chanson française, du rock, du rap, de l’électro sous toutes coutures et la fin des examens qui libère la folie de certains.

Impossible de tout voir, impossible de prendre le temps avec les connaissances qu’on recroise au détour d’un pogo involontaire, impossible de s’en tenir à son plan de soirée, impossible de ne pas perdre ses potes, impossible de passer un mauvais moment, sauf si on le fait exprès. Ou qu’on est agoraphobe. Mais dans ce cas, en général, on reste chez soi avec une tisane et netflix.

Quand tu galères à chercher tes potes
Team hotdog ou tarte flambée?
Certains choisissent l’option boiler room appart et en font profiter les passants
Le lendemain, la tête un peu comme ça

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here