Ce n’est une surprise pour personne, mais les personnes mal et non voyantes n’ont pas accès à de nombreuses activités. Entre accès et accessibilité, la frontière peut être large. Si ce postulat est vrai pour le domaine du sport, c’est vrai également pour celui de l’art. Mais nos Strasbourgeois ont du talent, et Régis Kern, passionné d’informatique et de 3D, a eu une idée géniale :  donner du relief à des œuvres de maîtres, en utilisant une imprimante 3D. Dans le but de permettre aux personnes mal et non voyantes de « voir » les tableaux, en les touchant du bout des doigts. Une sorte de braille pour peintures.

Note de l’auteur : Merci à Régis Kern pour les photos et ses précisions sur son travail.

Une idée d’un passionné très impliqué

Le plus souvent, ce genre d’innovations ne vient pas de nulle part ; il faut non seulement les compétences, mais également une connaissance du terrain, une implantation pour en connaître les enjeux. Régis Kern est, comme dit ci-dessus, un passionné d’informatique et de 3D, mais il est aussi transcripteur professionnel, c’est-à-dire qu’il adapte des documents pédagogiques, administratifs, culturels ou touristiques pour les personnes déficientes visuelles ou atteintes de troubles « dys » (dyslexie, dyspraxie, dysphasie etc) de façon à les rendre accessibles. Ses premières réalisations ont été exposées à St’Art, grande foire d’art contemporain à Strasbourg, durant les éditions de 2017 et 2018, au profit de l’association l’Art au-delà du regard, qui promeut l’accès à l’art de personnes mal voyantes.

Désormais, il fait de même avec des tableaux de maîtres ; grâce à une imprimante 3D, Régis Kern joue sur les reliefs, les épaisseurs et les contours, tout en essayant toujours de respecter l’essence de l’œuvre.
Sa technique consiste à retracer, redessiner les contours, les éléments essentiels d’une œuvre à l’aide de logiciels de dessins. Il les met ensuite en relief à l’aide de logiciels de conception 3D. Tout cela pour donner vie à des tableaux « tactiles » pour des personnes en situation de handicap visuel, qui se retrouvent désormais incluses dans le monde de la peinture, un art purement visuel.

Cela nécessite une analyse très détaillée de l’œuvre afin de déterminer ce qu’il sera important de mettre en relief. Une part de réinterprétation est nécessaire, les éléments trop détaillés ou trop fins étant difficiles à ressentir et à percevoir tactilement. Et désormais, des artistes comme Ernst, Picasso, Van Gogh et Rouault sont accessibles pour des personnes qui n’auraient sans doute jamais imaginé un jour être au contact de la peinture.

Un grand défi à relever

Mais vous l’aurez deviné, il faut un accompagnement pour les personnes en situation de handicap visuel, de manière à leur faire apprécier ces peintures en relief. Cela demande un accompagnement, et donc forcément du temps, pour d’abord appréhender l’œuvre dans sa globalité, pour ensuite en déceler ses subtilités. Ce travail doit se faire en étroite collaboration avec un historien de l’art ou un médiateur culturel, avec un accompagnement humain (éventuellement audio) lors d’une exposition afin de guider le visiteur.

L’expérience n’en est qu’à ses débuts et le chemin à parcourir reste donc immense. L’art n’est pas grand-chose sans son contexte, et sentir le relief d’une œuvre ne permet pas de la comprendre dans son entièreté. Mais dans tout cela, l’association L’art au-delà du regard a déjà permis de franchir quelques pas dans l’accessibilité de l’art à des personnes en situation de handicap visuel. Avec ce genre d’associations et des initiatives telles que celle de Régis Kern, on va clairement dans la bonne direction.

Crédit @kern-transcription.fr

Parfois, les actes se substituent aux mots. Et ceux de Régis se passent de commentaires, même si je pourrais le couvrir d’éloges. Merci d’utiliser ses compétences pour rendre accessibles la culture aux personnes mal et non voyantes. Merci.

Si vous souhaitez en savoir plus sur Régis Kern, voici le lien de son site. Et pour l’association L’art au-delà du regard, voici leur page Facebook.

Crédit @L’art au-delà du regard

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here