Du 21 au 31 mars, les « Rencontres De l’Illustration », dont la quatrième édition est dédiée à la mémoire de Tomi Ungerer, mettront à l’honneur Blutch ! Exposée dans cinq lieux de la ville, l’œuvre de ce strasbourgeois, considéré comme l’un des dessinateurs les plus doués de sa génération, fera ainsi le pont entre le satiriste alsacien et la nouvelle génération qu’ils ont inspiré tous les deux.

Pendant dix jours, Strasbourg verra la vie en Blutch. « Le Petit Christian » Hincker, du nom des deux albums dans lesquels il revient sur son enfance en Alsace, a en effet accepté d’être le parrain des Rencontres de l’illustration 2019. L’association organisatrice Central Vapeur en rêvait depuis plusieurs années, sans jamais réussir à aligner l’agenda de ce festival, qui associe expositions dans les musées et les cafés, rencontres dans les bibliothèques et les écoles, et salon des indépendants, avec l’emploi du temps de l’artiste foisonnant !

Planche de La beauté (2008), Blutch

C’est chose faite pour cette quatrième édition, durant laquelle l’enfant du pays, né à Strasbourg en 1967 et formé à l’École des arts décoratifs – aujourd’hui la Haute École des arts du Rhin, s’offrira au public dans pas moins de cinq lieux de la cité, et quels lieux… Le Grand Prix de la ville d’Angoulême en 2009 exposera ainsi son amour du cinéma à l’Aubette 1928 (planches de « Pour en finir avec le cinéma »), son travail d’affichiste – il a notamment signé les affiches des trois derniers films d’Alain Resnais, se montrera au Musée Tomi Ungerer, son enfance en terres alsaciennes à la Médiathèque Malraux (planches du « Petit Christian » et « Mais où est Kiki ? »), mais aussi sa correspondance dessinée avec Anne-Margot Ramstein – dont les formes colorées répondent à merveille au noir et blanc vigoureux de Blutch, au Shadok. Au MAMCS, ce sont des planches issues de sept de ses ouvrages (dont « La volupté » et « La beauté », dans lesquels il s’affirme en couleurs), qui seront associées aux œuvres qu’il a sélectionnées lui-même dans les fonds des musées strasbourgeois. Une autre correspondance, avec Max Klinger ou encore Gustave Doré cette fois…

Peur(s) du noir (2008), extrait du segment réalisé par Blutch

Repéré par Fluide Glacial, révélé par (À suivre) et adoubé par Charlie Hebdo, l’ambassadeur de la nouvelle bande-dessinée promet, par sa présence exceptionnelle, un accueil enthousiaste à cette quatrième édition des Rencontres de l’illustration, dont la programmation est à la hauteur du parrainage. Rétrospective Ungerer aux cinémas Star, iconographie californienne au CEAAC mais encore soirée à la croisée du crayon et du son au KALT, le « Festival Central Vapeur 9 », noyau dur des Rencontres, a mis la gomme. Idéal pour sortir de sa case, comme l’inclassable Blutch.

***

Rencontres de l’illustration Strasbourg, 4e édition
Du 21 au 31 mars 2019
Retrouvez tout le programme ici

Sans titre (projet de couverture pour Variations, 2017), Blutch

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here