Cher lecteur, si tu es passé du côté du boulevard de Nancy ces derniers temps, tu as dû remarquer que la rue est sens dessus dessous. La cause : les travaux pour l’extension du tram’ entre le Faubourg National et Koenigshoffen. Eh bien sache qu’au beau milieu de la rue, là où passeront bientôt les futurs rails, vient d’être mis à jour une partie de l’ancien mur d’enceinte de la ville. Alors si tu veux impressionner la personne assise sur le siège passager lorsque tu attendras désespérément que le bouchon se déglue pour enfin passer au feu vert du carrefour, lis ce qui va suivre…

Source : Archéologie Alsace, page Facebook

C’était il y a quelques semaines. Alors qu’Archéologie Alsace menait des fouilles préventives au niveau du boulevard de Nancy, l’établissement public a donc mis au jour des restes du vieux rempart de la ville.

Ce n’était pas une réelle surprise car le diagnostic archéologique effectué il y a un an (qui est obligatoire et correspond à la première phase des fouilles préventives) « avait permis, en sondant quelques parties du boulevard, de déterminer la nature des vestiges enfouis. » explique Lucie Jeanneret, la responsable de l’intervention archéologique. « À cette occasion, une partie du mur avait déjà été dégagée en surface. En croisant ces informations avec les plans anciens de la ville, nous savions donc déjà que plusieurs murs de l’enceinte se trouvaient bien conservés sous la route actuelle. »

Plan de l’enceinte de Strasbourg en 1576 sur lequel est dessinée la Porte Blanche (Weissthurm)
Dessin de la Porte Blanche en 1855

En guise de boulevard, un chemin de ronde !

Car oui Strasbourg a longtemps été une ville fortifiée, et ce à différentes époques (en témoigne par exemple la rue du Rempart ou le parc de la Citadelle). L’enceinte en question trouve ses origines à l’époque médiévale mais il semble que ce tronçon en particulier, qui a été dégagé sur une longueur de 16 mètres, soit un peu plus récent (XVIe voire même XVIIe siècle). Était-ce alors une simple modification ultérieure ou une vraie extension vers ce secteur qui selon les siècles fut parfois à l’intérieur, parfois à l’extérieur de la ville ? Difficile de savoir pour le moment. Mais Lucie Jeanneret se montre confiante : « Pour la datation, nous en saurons plus très rapidement. Les bois qui servaient de fondation ont été prélevés et nous les avons confiés à un dendrochronologue : à partir du nombre et de la dimension des cernes de ces bois, il pourra dater l’abattage de ces arbres et donc répondre à cette question. Nous attendons ! »

D’ailleurs pourquoi parle-t-on de pieux de bois alors qu’il est question d’un mur? Parce qu’en fait cette zone située autour de la Porte Blanche (qui tient donc son nom de cette époque fortifiée) était marécageuse. Le rempart avait donc été construit sur des pieux afin de garantir sa stabilité. C’était une technique courante dans les siècles passés (on en a retrouvé sous les fondations de la cathédrale de Strasbourg ou sous celles de la place Stanislas à Nancy par exemple).

Le mur en lui-même est constitué de blocs de grès rose pour sa partie basse, surmontés d’une partie en briques qui, à l’époque, devait s’élever sur plus d’une dizaine de mètres de hauteur. Sur les blocs de grès, on aperçoit très distinctement des chiffres romains qui sont en fait des marques afin de faciliter leur pose.

Le mur faisait deux mètres de largeur en moyenne. Et il n’était pas enfoui bien loin ; seulement à une cinquantaine de centimètres sous le bitume actuel. Par contre, il a fallu creuser jusqu’à 4 mètres 50 de profondeur pour mettre à jour sa base.

Source : Archéologie Alsace, page Facebook

Cette enceinte a été démolie à la fin du XIXe siècle afin de permettre l’extension de la ville et la construction des boulevards qu’on connaît aujourd’hui. Il faut bien se rendre compte que sous la période allemande, Strasbourg a triplé sa superficie, surtout grâce à la construction de la Neustadt mais pas que. Une partie de l’enceinte médiévale avait d’ailleurs déjà été mise à jour il y a quelques années au niveau du boulevard du président Wilson lors de la construction du parking Gare-Wodli. Pour les plus curieux, allez jeter un œil du côté de l’Apart’HOTEL qui s’y trouve. En cherchant un peu vous verrez qu’un bout du rempart a été conservé… à côté d’une piscine souterraine !

gauche : partie de l’enceinte découverte lors des travaux du parking Gare-Wodli (photo : Y. Henigfeld, 2007) / droite : vestige encore visible aujourd’hui sous l’Apart’HOTEL

De l’élévation vers le ciel… au gisement sous terre

Cela étant dit, arrive maintenant la question que tout le monde se pose : qu’est-ce qu’on va en faire de ce bout de mur ? Il est pile là où il ne faut pas ! Eh bien, comme l’aménagement prévu (à savoir un local technique) ne peut garantir la conservation des vestiges détectés, Archéologie Alsace a établi une analyse complète (avec photos, dessins, relevés, etc.) avant qu’il ne soit finalement démonté. « La partie supérieure, en briques, ne peut pas être récupérée, en revanche les blocs de fondation, en grès, avec des chiffres gravés, ont été conservés par l’Eurométropole. Leur destination est en pleine discussion. Le reste du mur, qui n’a pas été fouillé, reste sous la route actuelle » précise Lucie Jeanneret. Cette solution peut faire débat mais aux yeux des archéologues et des services publics, elle semble être celle qui permet au mieux de concilier l’augmentation du savoir archéologique et les nécessités urbanistiques et économiques. Un rapport de fouilles sera par la suite dévoilé publiquement et consultable en ligne au plus tard en avril 2021.

Le chantier au début novembre 2018 (le mur n’est désormais plus visible)

Il faut savoir que si l’archéologie préventive est encore assez récente (elle fut initiée à la fin des années 70), 90% des découvertes archéologiques en France sont réalisées dans ce cadre, contribuant chaque jour de manière significative à une meilleure connaissance du passé.


FLORIAN CROUVEZIER

> Son blog rempli d’histoires et d’Histoire <

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here