On vous en parlait il y a un peu moins d’un mois et désormais voilà, les Internationaux de tennis sont là. Ce tournoi féminin installé au pied du Conseil de l’Europe a vu défiler des joueuses de talents depuis plus de 30 ans sans discontinuité. Pourtant, en 8 années à Strasbourg, je n’y avait jamais mis les pieds. C’est chose faite désormais.

J’ai joué au tennis par le passé, pas longtemps, pas très assidûment, j’avais 8 ans, mais oui j’ai joué pendant 3 ans. 3 années à fouler le court mais pas d’accroches assez marquées pour davantage m’impliquer. Pas de petit tennis du dimanche pour moi, pas non plus de rendez-vous Roland Garros à la télé accompagné d’un petit pastis bien tassé.

Pourtant, j’ai franchi la porte des Internationaux de Tennis

En jouant mon rôle d’addict à la curiosité auto-proclamé, je ne pouvais pas rester plus d’années à Strasbourg en continuant d’ignorer cet évènement bien intégré dans le calendrier. Invité, je me suis enfin sorti les doigts et j’y suis allé. Malgré une météo capricieuse (il pleuvait pas mal), j’ai pu découvrir une partie des univers de cet évènement qui ne se limite plus seulement à des raquettes, des filets et des « haaannn ».

Des performances sportives, du réseautage et une ambiance

Aux Internationaux, on découvre une multitude de personnes qui se croisent et se rencontrent, le tout, avec des volontés et des vocations différentes.

• Il y a ceux qui sont là pour le sport, dans sa vision la plus pure. Les joueuses, leurs entraîneurs, familles, amis, les organisateurs du tournoi et les tennis-ophiles inconditionnels qui ne manqueraient pour rien au monde la venue de tant de talents à côté de chez eux. Ils sont le premier public de cet évènement.
• Développants une passion sportive parfois sur le tard, pas mal de monde se déplace aussi pour profiter du cadre des Internationaux. Professionnels ou particuliers, ils viennent pour se retrouver, échanger et profiter avec légèreté des évènements sportifs mais aussi des infrastructures présentes sur place et favorisants les rencontres (salles privatisables, etc).
• Les derniers viennent pour l’ambiance. Ce mélange de sport de haut niveau, avec ses tensions et ses émotions fortes, mêlé à cet univers de rassemblement professionnel précédemment cité. Le tout, souvent avec des journées ensoleillées et au pied des institutions européennes.

Et du coup, c’était comment cette première journée (du reste de ta vie) ?

Pluvieux, mais aussi curieux. Je suis passé à travers tous les univers, du réseautage ou les gens se retrouvent plus ou moins chaque année, en passant par l’ambiance et surtout l’effort sportif.
Je n’avais jamais assisté à des tournois avec ce niveau de tennis. C’est assez fou. Même si on ne bite rien au tennis, la tension et le dépassement de soi que diffuse les joueuses est réellement captivant. C’est une histoire de confrontation entre deux volontés qui s’opposent pour savoir laquelle était la plus amène de triompher.
D’un jeu à l’autre, les expressions changent, les visages se crispent ou se décrispent. On assiste à du désespoir suivi d’espoir, et inversement. C’est assez puissant. En sortant, on se dit que la prochaine fois, avant de venir, on prendra le temps de se replonger dans ce sport, histoire de mieux saisir les efforts.

Bref, j’ai découvert les Internationaux de Tennis pour la première fois. Ce fut intéressant et je ne regrette pas. Si l’expérience et la découverte vous tente, ne tardez pas trop, c’est jusqu’au 27 mai (et désormais il fait beau). Pour les plus curieux, je vous laisse les liens en fin d’article ☼

Photographies – Vivien Latuner

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here