Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Strasbourg-Vietnam à vélo : le voyage de 15 000km d’un couple strasbourgeois un peu fou

8k Lectures
Publicité

Florian et Coraline sont deux Strasbourgeois au projet un peu fou : parcourir en un an 15 000 km sur leur bécane pour rejoindre le Vietnam depuis Strasbourg. Alors qu’ils se trouvent en ce moment en Turquie pour une petite pause bien méritée dans leur périple, on est allé prendre des nouvelles de ces globe-trotters, à leur 100e jour de voyage.

Rejoindre le Vietnam à vélo depuis Strasbourg, ça paraît difficilement imaginable. Pourtant, c’est le défi que se sont lancé Florian et Coraline. Le couple de Strasbourgeois a en effet décidé de prendre de voyager à vélo pendant un an et sur près de 15 000km. Florian n’en est pas à son premier coup d’essai : l’an dernier, il avait voyagé sur 1 600km entre Lauterbourg et la pointe de Corsen dans le Finistère.

Publicité

Un nouveau défi, cette fois-ci à deux, comme l’explique Florian : « C’est quelque chose qu’on a en tête depuis quelques années. Ça a mijoté pendant un ou deux ans et là on s’est dit que c’était le moment. On a pu mettre de côté, niveau professionnel on a les moyens de le faire, moi je suis en pause professionnelle et Coco va être embauchée au retour. Donc on n’a pas beaucoup de contraintes ».

1. Strasbourg Départ – Blandine Videau (1)
Coraline et Florian. © Blandine Videau - Document remis

100 jours de voyage, 10 pays visités, 4 734km parcourus

Lorsqu’on discute au téléphone avec Florian et Coraline le 22 août, nos deux aventuriers se trouvent à Trabzon, en Turquie. Depuis leur départ le 14 mai dernier, ils ont déjà parcouru 4 734km en, hasard du calendrier, 100 jours tout pile.

Depuis leur départ de Strasbourg, ils sont passés par pas moins de 10 pays. Si traverser le pont des Deux-Rives pour rejoindre l’Allemagne n’a pas provoqué de grande émotion, la suite du voyage a été plus dépaysant : Autriche, un bref crochet par l’Italie, Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie, Bulgarie, un bref passage en Grèce et Turquie.

3. Autriche – Coraline Saussay
Sommet en Autriche. © Coraline Saussay - Document remis

Si le défi peut faire peur à plus d’un(e), Coraline et Florian l’assurent : « Ça reste accessible. On peut se lancer dans un truc comme ça ». Coraline n’avait pas réellement fait de préparation physique avant le voyage.

Pourtant, au 100e jour de voyage, malgré les premières douleurs, son corps s’est vite habitué : « J’ai très rapidement eu des douleurs au niveau des mains, des fourmillements au niveau des doigts, ça a pris un peu de temps à se régler et les genoux sont très sensibles. Mais le corps s’y fait et s’y habitue, ça fait partie du tableau et ça devient petit à petit plus facile ».

5. Croatie – Coraline Saussay
© Coraline Saussay - Document remis

Florian abonde : « Au bout de trois mois de vélo, globalement ça va, on n’a pas de grosses galères, on encaisse mieux et on se permet régulièrement de se faire une journée de pause, pour de la logistique mais aussi pour reposer le corps de temps à autre. On n’est pas depuis 100 jours consécutifs sur le vélo ; tous les 10/15 jours, on s’accorde deux/trois jours de pause. C’est juste de la composition de tous les jours. Il ne faut pas être athlète de haut niveau pour le faire ».

Déjà des souvenirs plein la tête

Forcément, avec déjà tous ces kilomètres au compteur, les souvenirs commencent à s’empiler dans la tête de nos Strasbourgeois. Pour les deux, le passage en Bosnie-Herzégovine a été marquant, autant au niveau du paysage que de l’expérience à vélo. Coraline raconte : « Lorsque l’on est arrivé en Bosnie-Herzégovine, le paysage a vraiment changé. On s’est retrouvé face à des montagnes verdoyantes et abruptes, qui tombaient à pic dans une rivière qui longeait une seule route ».

Niveau infrastructures, c’était quelque peu chaotique : « Pour la montagne, on passait par une quantité de tunnels et ce n’était pas des infrastructures comme en France : pas de lumière, une route défoncée, l’eau qui nous coulaient dessus, les voitures qui te frôlent… »

À ces souvenirs, Florian ajoute la petite claque qu’il a eu sur les paysages de Croatie, notamment ceux des îles. Mais à force de discuter, les deux aventuriers se rappellent d’un moment en Turquie, qui leur a mis des étoiles dans les yeux.

Coraline débute : « La Turquie a vraiment été un tournant, on avait hâte d’y aller et on n’a pas été déçus. L’accueil dans les petits villages a été super bienveillant ». Et un jour, ils ont pu assister à un un lever de soleil, durant lequel une centaine de montgolfières se sont envolées en même temps, en Cappadoce. Un moment magique.

Une routine et une organisation, saupoudrée d’une adaptation permanente

Et justement, même s’il est possible de faire un tel voyage, cela demande une rigueur et une organisation importante. Coraline explique : « On se lève vers 6h, en même temps que le soleil, on décolle vers 8h et on roule entre 6 et 7h de vélo par jour. On s’arrête au gré de ce que l’on voit, des rencontres ».

Souvent, lorsqu’ils passent à vélo, ils deviennent les attractions de la journée : « On passe énormément dans les campagnes, on est un peu l’attraction de là où on passe, notamment en Turquie. Les gens sont toujours curieux ».

12. Serbie – Florian Bernard
Arrêt en Serbie. © Florian Bernard - Document remis

Un tel voyage demande également de savoir s’adapter. Avec les grosses chaleurs, ils ont par exemple dû décaler leur pause déjeuner. Et comme ils avancent vers l’est, ils doivent s’arrêter plus tôt, avant le coucher du soleil : « Maintenant à 17h30 il faut qu’on s’arrête parce qu’à 19h30 il fait nuit noire ».

Le couple dort ainsi beaucoup dehors, que ce soit au bord de lac, dans les montagne ou dans les plaines. Comme l’explique Florian : « On ne sait pas quand on se lève le matin où l’on finira le soir ». Mais généralement, fourbu(e)s par leur journée, ils s’endorment très vite une fois 20h30 passés.

14. Turquie – Florian Bernard
Coucher de soleil en Turquie. © Florian Bernard - Document remis

Une suite du voyage qui risque d’être animée

Alors qu’ils se trouvaient encore à Trabzon, on a parlé de la suite du voyage, qui risque d’être animée. Pour cause : la traversée de certains pays aux situation géopolitiques tendues. La liste : d’abord la Géorgie, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Kirghizistan, l’Inde et Népal. Ils vont d’ailleurs survoler l’Azerbaïdjan en avion, puisque le pays a ses frontières terrestres fermées. Comme l’avoue Coraline : « On va essayer de composer au mieux avec ce qui s’ouvre à nous ».

Cette adaptation permanente les oblige à ne jamais trop prévoir en avance. Et s’ils restent confiants, Florian avoue tout de même une petite crainte : « J’ai une appréhension de traverser les pays moins fournis en infrastructures vélo ». Il détaille : « Une fois passée l’Autriche, tu sens que la culture du vélo n’est pas présente au même titre qu’en Allemagne et en France. Pas de pistes cyclables, tu passes sur des routes départementales ou voie rapide quand t’as pas le choix ».

18. Turquie – Coraline Saussay
Sommet en Turquie. © Coraline Saussay - Document remis

De leur propre aveu, la suite reste donc incertaine. Mais si tout va bien, ils devraient passer par le Bangladesh, le Bhoutan, le Laos, le Cambodge, la Thaïlande et l’arrivée au Vietnam. Et ça n’empêche pas les deux Strasbourgeois(es) d’être impatient(e)s pour la suite. Pour Florian : « J’attends l’arrivée sur la chaîne de l’Himalaya, on risque de prendre une claque visuelle et physique de dingue. Mais aussi les pays de l’Asie orientale, pour moi c’est une énorme jungle et j’ai hâte de les découvrir ».

Coraline elle a toujours été attirée par la partie Asie du Sud-Est : « J’ai bien hâte de voir ce que ça nous réserve, même si ça sonnera aussi un peu la fin de l’aventure ». Une conclusion qui n’est pas encore écrite, nos deux aventuriers n’ayant pas de vol retour de réservé. Néanmoins, ils ont tout de même une date butoir : « On a un mariage début juin à Strasbourg donc on aimerait rentrer avant ». En attendant, ils ont encore de sacrées aventures à vivre. Et si vous souhaitez suivre leur épopée, c’est sur leur compte Instagram que ça se passe.

15. Turquie – Coraline Saussay
Deux bécanes déjà prêtes pour la suite de l'aventure. © Coraline Saussay - Document remis

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Sport"

À la une

Strasbourg-Vietnam à vélo : le voyage de 15 000km d’un couple strasbourgeois un peu fou

Commentaires (1)

  1. Je ne comprends pas comment ces gens obtiennent une telle visibilité. Ils ne sont ni fous ni spéciaux, des européens qui vont en Asie à vélo il y en des milliers et des milliers!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Sport”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !