Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité
meinau tifos supporters

Julien Stéphan n’est plus l’entraîneur du Racing Club de Strasbourg. À qui la faute ?

3.3k Lectures
Publicité

Après une nouvelle défaite face à Troyes et une élimination en Coupe de France face à Angers, Julien Stéphan n’est plus l’entraîneur du Racing Club de Strasbourg. Une nouvelle annoncée sur les réseaux aux alentours de midi ce 9 janvier, qui s’avère logique au vu des performances strasbourgeoises, mais qui interroge quant à la qualité des choix effectués par la direction depuis le début de la saison.

Il pouvait difficilement en être autrement. La mise à pied à titre conservatoire, comprendre le licenciement, de Julien Stéphan était devenue presque inévitable après les trois mauvais résultats du Racing pour recommencer sa saison. Il sera, pour le moment, remplacé par son adjoint Mathieu Le Scornet, coach lors de la seule victoire du Racing cette saison.

Publicité

Annoncée par le Racing un peu après 12h30, cette décision comporte tout de même un effet d’inattendu pour les supporters, tant le club a eu des opportunités plus adéquates pour la prendre. D’ailleurs, deux heures avant, le club annonçait la conférence de presse avant le match contre Lens avec Kévin Gameiro et… Julien Stéphan. Un nouvel exemple de communication ratée de la part du club, qui n’en est pas à son coup d’essai cette saison.

Une bonne décision ?

Maintenant, est-ce que la décision est la bonne ? En Ligue 1, et dans le football en général, virer l’entraîneur quand tout va mal est généralement une solution prisée : ça ne coûte pas trop cher, cela peut créer un électrochoc et re-mobiliser tout un groupe qui ne serait peut-être plus réceptif aux discours du coach.

Ce qui est sûr, c’est que le Racing avait besoin de changements. Ce lundi 9 janvier, on se retrouve 19ème du championnat avec seulement 11 points. Un total de points ridicule, mais pas encore rédhibitoire, qui demandait une réaction de la part d’une direction absolument léthargique en tous points depuis le début de saison. Et, comme souvent donc, c’est le coach qui a sauté.

Néanmoins, pas sûr que cette décision soit la bonne. Pourquoi dépenser de l’argent en indemnités de licenciement, alors que l’on pourrait en utiliser pour recruter des joueurs, dont le Racing manque cruellement ? Si le but était de licencier, pourquoi ne pas avoir viré Stéphan avant la trêve de la Coupe du Monde, pour laisser davantage de temps à l’équipe pour se préparer ?

meinau tifos supporters
meinau tifos supporters

Un raté de tout le monde

Cette décision marque d’un point final un début de saison 2022/2023 ponctué d’échecs majuscules. D’abord, les joueurs du Racing. Les recrues, pas au niveau. Les joueurs prolongés à grands frais l’an dernier ? Certains ne jouent pas, d’autres marchent complètement sur le terrain et se cachent au moment de prendre leurs responsabilités aux tirs-aux-buts face à Angers. On a aussi le droit à des joueurs hors de forme, qui ont déjà la tête ailleurs ou qui ont oublié ce que cela faisait de se battre pour les couleurs d’un club. Là-dedans, peu surnagent, excepté les jeunes, Matz Sels, Kevin Gameiro ou Dimitri Liénard.

Ensuite, la direction. Responsable d’un recrutement tout simplement catastrophique, où, contrairement à ce qu’on a pu lire dans l’Équipe, rien n’a été préparé à l’avance cette année. Une direction qui n’est que trop rarement intervenue pour prendre la parole et informer les supporters, même pour remettre en cause des décision aberrantes de la LFP concernant les horaires des matchs. Un mutisme qui interroge, surtout lorsque tout va mal.

Racing Strasbourg Auxerre match
Une équipe perdue. © Nicolas Kaspar/Pokaa

Enfin, Julien Stéphan lui-même, de loin pas exempt de tout reproche. Même s’il n’a jamais pu avoir les joueurs qu’il souhaitait cet été et qu’il a dû faire avec une préparation estivale désastreuse, il s’est trop longtemps entêté avec son système de 3-5-2 qui ne fonctionnait plus, au vu de la « qualité » de nos pistons. Certains choix ont également étonné : la mise au ban de Diarra au milieu de saison n’a par exemple jamais été expliquée, alors que le jeune milieu donnait plus satisfaction que d’autres sentinelles encore titulaires au Racing en ce moment.

Pour terminer, son passage au 4-4-2 a été trop tardif, et le mal a été fait. De plus, excellent entraîneur quand tout va bien, il n’a jamais donné l’impression de pouvoir se faire rebeller tout un groupe. Qui, peut-être, n’en est tout simplement pas capable non plus. Bref, une succession d’erreurs de la part de toute le monde, d’errements et d’absences de décisions qui donnent une impression très inquiétante : le Racing, de haut en bas, semble apathique et perdu.

Julien stéphan racing
Qu'elle semble loin cette période... © Racing Club de Strasbourg Alsace

Quelle suite ?

Alors maintenant que Stéphan est viré, quelle suite ? Ce qui est sûr, c’est que ce licenciement marque une nouvelle étape dans la vie du Racing. Déjà, c’est le premier licenciement depuis que le club est redevenu professionnel. Sous Marc Keller, seul François Keller, son frère, avait été écarté en 2014, alors que le club était en National.

Ensuite, Mathieu Le Scornet prend la succession du groupe pro, pour le moment par intérim. Pour la petite anecdote, c’est lui qui entraînait le Racing lors de la seule victoire du club cette saison, face à Anger, Julien Stéphan ayant le covid. Est-ce que l’on va chercher un nouvel entraîneur ? Si oui, qui ? Quelqu’un spécialisé en missions sauvetage ou plutôt quelqu’un qui connaît le club ?

Tifo Racing Club de Strasbourg 2
Il va falloir ne rien lâcher... © Nicolas Kaspar/Pokaa

Va-t-on recruter des joueurs ? Si oui, qui aimerait aller se mettre dans le bourbier dans lequel s’est enfoncé tout seul le Racing ? Est-ce que les joueurs, au-delà de leurs discours presque tous affreusement lisses, ont ce qu’il faut pour renverser la situation ? Premiers éléments de réponses face à Lens ce mercredi, dans une Meinau qui va être intéressante à écouter.

L’aventure Julien Stéphan s’arrête donc dans la grisaille et le crachin d’un début janvier strasbourgeois. Une fin triste pour un entraîneur qui a su nous faire rêver comme rarement ces dernières années, mais qui paye un recrutement raté sur tous les points et des choix parfois incompréhensibles d’oeil de supporters. Alors déjà, merci coach. Pour tout.

Une nouvelle ère s’ouvre désormais pour le Racing, et elle commence face à Lens mercredi soir. Dans toutes les incertitudes d’une course pour le maintien très mal engagée, il faudra néanmoins pousser nos joueurs, ceux qui se battent encore pour le maillot strasbourgeois, afin d’inverser la tendance. Parce que, alors que le Racing n’a jamais semblé aussi seul, il faudra être d’autant plus des milliers.

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Sport"

À la une

Julien Stéphan n’est plus l’entraîneur du Racing Club de Strasbourg. À qui la faute ?

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Sport”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !