Depuis le début de leur mandat, la Ville et l’Eurométropole ont amorcé un grand chamboulement des mobilités sur le territoire. Plan Piéton, tram passant par l’avenue des Vosges, ou encore les futures politiques de stationnement, nos collectivités ont de l’ambition en la matière. Néanmoins, il restait un grand oublié : le train. Oubli réparé avec la mise en place du Réseau Express Métropolitain européen (REME), dès la fin d’année 2022. On vous en dit plus.

« Cette délibération est une étape majeure de la révolution des mobilités ». Alain Jund, vice-président de l’Eurométropole chargé des mobilités, ne prend pas quatre chemins pour définir ce nouveau projet. Présenté le 2 février lors d’une conférence de presse préalable au conseil eurométropolitain, ce dernier rentre dans les « projets de transformation pour notre territoire » selon Pia Imbs. La présidente de l’Eurométropole ajoute ensuite que c’est un « devoir d’investir pour les habitants du territoire ».

© Tamara Leroy / Pokaa


Des trains toutes les 30mn entre 5h du matin et 22h et toutes les 15mn en période de pointe

Si l’on voulait brièvement résumer ce REME, on pourrait dire qu’il ressemble au système du RER parisien. Ainsi, le territoire de l’Eurométropole bénéficiera désormais de trains toutes les 30mn entre 5h du matin et 22h et toutes les 15mn en période de pointe. Un véritable développement du train sur le territoire, qui devrait arriver dès le mois de décembre prochain. Soit dans à peine 10 mois. On a hâte. Tout comme probablement les communes concernées.

Et justement, quelles seront les gardes desservies par ce nouveau REME ? On y retrouvera celles de Vendenheim, Fegersheim, Graffenstaden, Geispolsheim, Mundolsheim, Roethig, et Entzheim. Par ailleurs, comme le développe Alain Jund, l’offre agrandie de trains ne s’effectuera pas seulement sur le territoire eurométropolitain. En effet, les gares de Haguenau, Saverne, Molsheim et Sélestat bénéficieront également d’une offre de cadencement des trains bien supérieure à celle de rigueur aujourd’hui. Soit en tout 11 gares.

© Tamara Leroy / Pokaa


« Une grande première au niveau national »… quelque peu contestée

Ce REME représente un consensus rare entre l’Eurométropole et la Région. À tel point que, avant même d’être présentée devant le conseil eurométropolitain, cette délibération avait en effet déjà été adoptée à l’unanimité à la région Grand Est. Incarnant ainsi « une grande première au niveau national », selon les mots d’Alain Jund. Dès lors, il n’est pas étonnant de voir que, lors du conseil eurométropolitain du 4 février, l’approbation du protocole d’accord entre la Région Grand Est et l’Eurométropole de Strasbourg pour le financement du premier saut d’offre ferroviaire du REME à horizon fin 2022 a été votée à la quasi unanimité. Les chiffres sont clairs : 90 voix pour et une seule abstention.

Néanmoins, lorsque l’on remarque que les débats ont quand même duré plus d’une heure, on se dit que l’adoption de la délibération n’a pas été aussi sereine que prévue. Et la principale dissension à l’unanimité est venue de la seule abstention du vote, par la voix de Michèle Kannengieser. En effet, lors des débats, la maire de la Wantzenau a attaqué l’un des points de discorde du projet : l’abandon de la liaison ferroviaire vers Lauterbourg, qu’elle juge comme « une mauvaise nouvelle pour la Wantzenau et un aveuglement vis-à-vis du potentiel économique de la bande rhénane ». Par ailleurs, il faut également savoir que Schiltigheim, Bischheim et Hoenheim se retrouvent également laissées pour compte, pour le moment, par le projet du REME. Un projet qui compte tout de même lancer l’Eurométropole sur la voix du progrès, et des changements de mobilité.

© Coraline Lafon

3 COMMENTAIRES

    • Bonjour,

      On va mettre ça sur le compte du lundi. L’erreur a été corrigée, merci de votre retour 🙂
      Par ailleurs, j’en profite pour vous faire remarquer que c’est « Pokaa » et non « Poka ».

      Bonne journée à vous,
      Nicolas Kaspar

  1. Donc ils ne passent pas par Bischheim et Hoenheim, deux villes qui ont déjà été totalement exclues du tracé du tram Nord de Strasbourg!?
    Bon sang, le tram passant par Schiltigheim va nous compliquer l’accès à la gare de Strasbourg et on risque de voir nos lignes de bus être supprimées, ils auraient pu nous inclure dans ces nouvelles lignes de train!
    J’aimerais comprendre pourquoi on est mis de côté encore une fois. Il y en a assez!
    Le résultat, c’est qu’on va devoir reprendre plus la voiture pour nos déplacements.

    Si nous nous retrouvons à devoir perdre 1h à devoir faire un détour par Strasbourg à chaque trajet en train ou en bus, personnellement je ne pourrais plus prendre les transports en commun et je suis certaine que je ne serais pas la seule.

    .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here