Alors que ce mercredi était voté l’imposant budget de l’Eurométropole pour l’année 2021, certains sujets évoqués ont éveillé notre attention. Si l’Agence du climat nouvellement entérinée aura pour but d’accompagner Strasbourgeoises, Strasbourgeois et les autres communes vers une transformation en profondeur du territoire, on a également pu parler sport. Au menu : la SIG Arena et la réhabilitation du Rhénus pour donner une antre de qualité, et plus responsable écologiquement, à notre équipe de basket. On fait le point sur ce gros projet.

Un projet majeur qui a connu de nombreux rebonds

La rénovation et l’extension du Rhénus, qui deviendra la SIG Arena avant un probable naming, a longtemps ressemblé à un serpent de mer pour les différentes municipalités strasbourgeoises. Les travaux de la nouvelle salle de basket de la SIG auraient dû à la base débuter en juin 2019, voire à l’automne, mais comme souvent, cela a prit du retard. Le 14 février dernier, c’était un mauvais cadeau de Saint-Valentin qui était offert au club strasbourgeois, puisque le contrôle de légalité de la préfecture du Bas-Rhin a rétorqué les délibérations qui avaient eu lieu en novembre.

Résultat ? En mars 2021, les travaux n’ont toujours pas débuté, après de nombreux rebonds – cocasse pour un projet de basket. Pourtant, le Rhénus doit impérativement être rénové, comme l’a dit Pia Imbs lors d’une conférence de presse organisée le mardi 23 mars : « Le Rhenus est aujourd’hui une passoire énergétique. On veut en faire un bâtiment multifonctions et le renouveler au niveau thermique. » Au-delà de ça, le projet se veut très ambitieux, comme le rappelle Vincent Debes, vice-président de l’Eurométropole en charge des sports et maire de Hoenheim : « On veut passer de 6 200 à 8 000 places et, peut-être un jour, si la situation financière du club le veut, 10 000 places. »

© Nicolas Kaspar pour Pokaa


Un soutien des collectivités pour aboutir au projet

Le conseil eurométropolitain qui s’est tenu le lendemain de la conférence de presse n’était pas majeur pour le développement du projet, mais il a tout de même servi à réaffirmer le soutien de l’Eurométropole. Comme le rappelle Vincent Debes lors de la conférence de presse du mardi 23 mars dernier, « ce dossier n’était pas passé en délibération pour cause du différentiel entre la Ville et l’Eurometropole. Les 700 000 euros de subvention n’ont donc pas été versés. » Ce qu’il s’est donc passé lors du conseil de l’Eurométropole est juste une régularisation. Point important : les deux autres partenaires (la Région et la Collectivité européenne d’Alsace) ont déjà délibéré. Selon le vice-président aux sports, c’est un « signe fort qu’on envoie à la SIG pour engager les travaux ensemble. »

Votée à l’unanimité, la délibération ne concerne pas uniquement la subvention de 700 000 euros. Elle lance des pistes pour que, dans les prochaines semaines, un Comité technique réunissant toutes les parties prenantes publiques et privées commence à se réunir pour élaborer un nouveau cahier des charges et avancer ensemble sur ce projet. Comme le souligne Vincent Debes : « Il faut fixer un cahier de charges bien précis pour donner une lisibilité, mettre noir sur blanc les besoins respectifs pour qu’on gagne du temps. C’est le lancement qui est important. » Ce cahier des charges aura pour objectif de :

  • S’assurer des conditions préalables à l’engagement du projet (études économiques, validation des autorisations et signatures des documents nécessaires)
  • Consolider la gestion technique et commerciale du projet (modèle économique et programmation commerciale)
  • Garantir l’ambition environnementale du projet et de son insertion dans le quartier
  • Valider les conditions d’intervention des banques et du nommage (naming, ndlr)
  • Finaliser les engagements réciproques du porteur de projet et des partenaires publics

En gros, des éléments pour définir « comment la SIG Arena va travailler avec nous sur la maîtrise d’ouvrage et nous rapporter un modèle économique revu et adapté, dans le but de repartir sur la rénovation du bâtiment tant espéré », comme l’ajoute Vincent Debes.

Vincent Debès. Capture d’écran du conseil eurométropolitain du 24 mars 2021


Une opportunité pour développer le sport strasbourgeois

Il faut dire que le projet de la SIG Arena est une belle opportunité pour l’Eurométropole de développer un véritable pôle sportif au niveau du Wacken.  Avec la piscine, le Tennis Club de Strasbourg, le kayak et les nombreux autres terrains de sport (et notamment le bike-polo), les occasions de développer la pratique sportive des Strasbourgeoises et des Strasbourgeois, comme celle des autres communes de l’Eurométropole, ne manquent pas.

Même si cela reste une ébauche de projet, il semblerait bien que l’idée trotte dans la tête de Vincent Debes. Qui a déclaré en conférence de presse que « Le but c’est que la SIG Arena serve une utilisation davantage destinée à la population de proximité, au-delà des simples entraînements et matchs. » Par exemple pour mieux mettre en valeur les pratiques du sport féminin et du handisport. Pour les premières, le Rhénus accueillera les poules de l’Euro 2021 avec la France, plus des quarts de finale. Pour la seconde, Vincent Debes annonce « un tournoi handisport plus développé que jamais aux IS. » On a hâte de voir.

 

Aux alentours de 2024, on devrait aboutir à une toute nouvelle SIG Arena, moins passoire thermique et plus inclusive dans les pratiques du sport, en coordination avec ce qu’il se fait autour. L’Eurométropole soutient donc le projet et on attend désormais des avancées concrètes du projet, pour que la SIG puisse briller en France et en Europe, mais que son antre permette également une démocratisation plus importante du sport. De beaux objectifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here