Emmanuel Macron a annoncé la semaine dernière la mise en place d’un pass sanitaire, dans l’optique de rouvrir bars, restaurants et lieux culturels. Si l’idée est lancée, les contours du dispositif restent à préciser et posent un certain nombre de questions techniques et juridiques.


Depuis le 29 octobre dernier, de nombreux établissements ont le rideau baissé, à Strasbourg comme ailleurs. Des bars, des restaurants, des cinémas, théâtres et salles de concerts. La mise en place d’un second confinement laissait espérer une réouverture de ces établissements mi-janvier. Mais l’épidémie n’a pas ralenti autant qu’espéré. Au contraire, les contaminations sont vite reparties à la hausse et le gouvernement a choisi d’avancer l’heure du couvre-feu. Les alertes se sont ensuite succédé dans certains départements, amenant à des couvre-feux partiels les week-ends. Et si l’idée d’un troisième confinement général est pour le moment écartée, elle reste une option envisagée en cas de nouvelle flambée épidémique.

Dans ce contexte, difficile d’envisager une date à laquelle il sera de nouveau possible de boire une bière en terrasse ou d’aller voir un concert après le boulot. Jeudi 25 février toutefois, Emmanuel Macron a laissé entrevoir un espoir en la matière. S’exprimant à la sortie d’un conseil européen – une réunion des 26 chefs d’États de l’Union européenne le Président a annoncé la mise en place d’un pass sanitaire qui permettrait de rouvrir restaurants et lieux culturels.

© Bastien Pietronave / Pokaa


Pass sanitaire vs passeport vaccinal, de quoi parlet-on?

Ce dispositif est encore à préciser. Mais l’hypothèse de travail la plus évoquée pour le moment est celle d’un QR code à scanner pour pouvoir entrer au restaurant ou dans une salle de spectacle. Il pourrait être couplé à l’application TousAntiCovid.

Ce pass sanitaire « ne sera pas uniquement lié à la vaccination » a insisté Emmanuel Macron, réfutant la mise en place d’un passeport vaccinal, régulièrement évoqué dans le débat public depuis le début de la campagne de vaccination. “Si on arrive à rouvrir certains lieux, nous ne saurions conditionner leur accès à une vaccination, alors même que nous n’aurions même pas ouvert la vaccination aux plus jeunes”, a-t-il justifié. Le dispositif pourrait donc intégrer un test négatif au cours des dernières 48 à 72h, ou encore une attestation de non présentation de symptômes.

Cette mesure est donc à distinguer du passeport vaccinal actuellement envisagé par l’Union européenne. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a en effet annoncé lundi que ses services allaient présenter en mars une proposition législative pour coordonner a la création d’un passeport vaccinal au niveau européen. Ce dispositif devrait permettre aux ressortissants des États membres de voyager d’un pays à l’autre cet été. Il prendrait en compte la vaccination, mais là aussi, la Commission européenne réfléchit à intégrer d’autres données, telles qu’un test négatif, ou la présence d’anticorps indiquant que la personne serait naturellement immunisée contre le virus.

Le premier concert post-confinement de France à la Laiterie © Grégory Massat


« Il y a urgence à rouvrir »

Pour le directeur de l’Union des métiers et industries de l’hôtellerie du Bas-Rhin (Umih 67), ce pass sanitaire est une bonne mesure. « Nous sommes favorables à toute modalité qui nous permettrait d’ouvrir en protégeant nos salariés, nos clients et nous-même », explique Christophe Weber, qui reste toutefois circonspect quant à son application. « La question reste de savoir comment ce pass vaccinal va se mettre en place, pour l’instant on ne connaît pas encore les contours de cette mesure. »

Les QR codes seraient-ils à flasher à l’entrée du restaurant pour un service ou sur les tables en elle-même ? Si une personne s’avère positive au Covid quelques jours plus tard, le restaurant fermerait-il et tous les clients du service seraient-ils déclarés cas contact ou seulement ceux des tables alentours ? Que faire si une personne n’a pas de Smartphone ou s’oppose à cette mesure ? Le bistrotier peut-il alors être condamné pour refus de vente ? Comment les restaurateurs peuvent-ils s’assurer de l’identité du client par rapport aux données indiquées par le QR code alors qu’ils n’ont pas le droit de demander à voir ses papiers d’identité hors vente d’alcool à une personne qu’ils suspectent d’être mineur ou vérification d’identité pour paiement en chèque ou carte bleue ? Autant de questions soulevée par ce dispositif et que Christian Weber abordera avec les services de l’État cette semaine au cours d’une réunion de travail. « Il nous faut des garanties concernant la mise en place de ce pass, conclue le directeur de l’Umih. Mais il est certain que c’est une solution bien meilleure que de rester fermée. « 

« Il y a urgence à rouvrir, insiste de son côté Franck Meunier, à la tête d’une dizaine d’établissements strasbourgeois. À la catastrophe sanitaire s’ajoute actuellement une catastrophe sociale. Il y a des dépressions, des gens qui n’en peuvent plus de ne pas pouvoir rouvrir. Je ne dis pas que la mise en place de ce pass va être facile, mais c’est un bon compromis pour tout le monde.« 

Reste qu’aucune date n’a encore été avancée pour le lancement de ce pass sanitaire et la réouverture des bars et établissements culturels. Mais Emmanuel Macron a prévenu : la mise en œuvre d’un tel instrument « va poser beaucoup de questions techniques, de respect des données individuelles, d’organisation de nos libertés » et, pour cela, « il faut (la) préparer dès maintenant techniquement, politiquement, juridiquement. »

© Samuel Compion / Pokaa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here