75. C’est le nombre de jours qui séparent le reconfinement du 30 octobre à aujourd’hui. Autant de jours, donc, qui ont vu les volets de nos bars et restaurants strasbourgeois baissés. Après moult promesses et perspectives de réouvertures, presque trois mois plus tard, l’avenir reste toujours aussi incertain pour le milieu de la restauration qui ne devrait rouvrir ses portes que vers mi-février… Au mieux. Pourtant, malgré ces perspectives peu réjouissantes, des idées commencent doucement à germer pour remédier à la situation. Par exemple, la ville de Paris propose désormais aux restaurateurs de la capitale d’investir des centaines de stands mis à leur disposition sur une cinquantaine de marchés, dans le cadre d’une opération appelée Place aux restos. Une idée à reproduire à Strasbourg ?


Le concept

Place aux restos, c’est une initiative de METRO France, l’UMIH, le GNI et la CGAD. Ensemble, ils souhaitent proposer « aux maires de France de mettre à disposition des places sur leurs marchés locaux aux restaurateurs de leurs communes ». L’objectif ? « démultiplier la visibilité et l’accessibilité de l’offre de restauration », comme l’explique la lettre ouverte des organisateur sur le site du GNI. Ils poursuivent en expliquant « qu’avec plus de 10 000 marchés alimentaires recensés en France, c’est autant de lieux où les restaurateurs indépendants pourront s’installer pour proposer des plats à emporter auprès des concitoyens ». Un projet qui a d’ores et déjà été adopté par la ville de Paris. Alors pourquoi pas à Strasbourg ?

© Mathilde Piaud / Pokaa

Place aux restos à Strasbourg ?

Sur le papier, l’idée fait forcément saliver ! Entre le boulot et les courses, il suffirait de faire un petit détour par la place Broglie, la place d’Austerlitz ou par l’un des nombreux marchés de Strasbourg pour choper un plat du jour de son restaurateur préféré.

Mais comment mettre ça en place ? Car bien sûr, certaines contraintes persistent : comment gérer et optimiser le mieux possible le flux de personnes pour éviter à la fois les mouvements de foule et les effets de stagnation devant les stands ? Comment éviter que les gens se déplacent en mangeant, donc sans masques, problématique déjà décortiquée lors du marché de Noël ? Autre contrainte : la place. Comment rajouter des espaces et des stands sur des marchés strasbourgeois déjà bien saturés et contraints par des distances sanitaires ? Faudrait-il laisser les marchés alimentaires certains jours de la semaine et installer un marché de restaurateurs sur les mêmes emplacements les autres jours ?

En tout cas, on ne peut pas nier que le projet est plus que séduisant, et qu’il mérite sans doute d’être discuté en conseil municipal. Affaire à suivre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here