Vendredi 4 décembre dernier, de nombreux Strasbourgeoises et Strasbourgeois se sont réveillés sous les coups de 7h du matin. Non pas pour prendre leurs céréales et aller au travail, mais à cause d’un tremblement de terre. Un beau séisme de magnitude 3,59 qui a contraint la préfète du Bas-Rhin à stopper les activités de Fonroche à Vendenheim par un arrêté préfectoral publié lundi 7 décembre. Elle a tenu hier, mercredi 9 décembre, un point presse afin de résumer la situation.

La saga de Fonroche, attention les secousses

Avant cela, opérons néanmoins un petit retour sur ce qu’il s’est passé vendredi 4 décembre dernier. Concrètement, aux alentours de 7h du matin, la terre a tremblé à Strasbourg. La conséquence d’un séisme de magnitude 3,59, immédiatement suivi d’un autre de magnitude 2,6. Quelques heures plus tard, aux alentours de 11h10, c’est un séisme de magnitude 2,8 qui s’est déclaré dans notre ville – est-ce qu’il avait son attestation, c’est une autre question.

Très vite, les trois projets de géothermie de Fonroche ont été dans le viseur. La cause ? Les différents forages exercés à Vendenheim avaient déjà fait trembler la terre en novembre 2019, le séisme ayant été considéré comme « induit » par l’activité géothermique. Enfin, l’Alsace a connu une dizaine de tremblements de terre peu violents mais induits également par de l’activité géothermique.

Les trois secousses ressenties à Strasbourg vendredi 4 décembre. © Capture d’écran RéNaSS

C’est quoi la géothermie en fait ?

Très concrètement, la réponse tient dans le nom de la pratique. En gros, la géothermie, c’est utiliser la chaleur du sol de la Terre pour produire une énergie gratuite, non polluante et renouvelable. On peut chauffer des bâtiments, produire de l’eau chaude et même de l’électricité.

Les avantages peuvent être nombreux, notamment du point de vue écologique, et le site de Vendenheim incarnait l’un des projets les plus emblématiques et ambitieux de France concernant la géothermie. Mais après ce qu’il s’est passé vendredi 4 décembre, des décisions s’imposaient.

Fonctionnement de la géothermie. © Wikimedia Commons – Domaine public

L’arrêt définitif des travaux du site Fonroche de Vendenheim

L’opposition en avait déjà fait une question d’actualité lors du dernier conseil municipal du 16 novembre dernier et les inquiétudes grandissaient dans les communes avoisinantes de Vendenheim. Le séisme du 4 décembre fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. À travers un arrête préfectoral, la préfète du Bas-Rhin a ainsi fait part de sa décision d’arrêter définitivement l’exploitation du site de Vendenheim.

Une décision qu’elle justifie dans un communiqué de presse par un projet GEOVEN de Vendenheim « implanté dans une zone urbanisée » et qui « n’offre plus les garanties de sécurité indispensables et doit donc être stoppé. »

Par ailleurs, il est important de rappeler que le site de Vendenheim, s’il est à forage profond, ce qui demande des examens supplémentaires, n’est pas le seul site de géothermie en Alsace : les forages de Soultz-sous-Forêts et Rittershoffen, sont opérés par l’Électricité de Strasbourg et fonctionnent depuis plusieurs années sans qu’il y ait de problèmes.

Ce qui a été précisé lors de la conférence de presse du mercredi 9 décembre

Dans le communiqué de presse ci-dessus, la préfète du Bas-Rhin indiquait qu’un comité de suivi allait être présidé à 16h30 aujourd’hui. Deux heures plus tard, une conférence de presse a été organisée pour faire le point sur la situation.

« Protéger la population »

« On n’est pas là pour faire le procès de la géothermie. Mais la secousse de vendredi n’était pas acceptable et ce site ne connaîtra plus d’exploitation. » Josiane Chevalier débute la conférence de presse pour préciser à nouveau les choses après le séisme du 4 décembre. Tout d’abord, l’arrêt définitif a été réalisé « en sécurité, avec un principe de protection de la population et de la transparence« . Une décision motivée par le fait de « ne pas laisser la population dans une situation d’angoisse permanente. Je ne souhaitais pas que la situation se prolonge.« , assure la préfète.

Le calendrier de la mise à l’arrêt

Cette dernière précise : « Ce n’est pas une exploitation qu’on peut arrêter brutalement. » En effet, l’exploitation de Fonroche à Vendenheim va suivre un calendrier qui pourra s’étaler de « trois semaines à un peu plus d’un mois, selon comment les choses se passent. », selon Hervé Vanlaer, directeur de la DREAL Grand Est.

Justement, cette dernière va mener une enquête administrative, avec quatre inspecteurs, pour comprendre les raisons de ce séisme, dont les résultats seront connus à la fin du mois de décembre. En outre, un conseil d’experts sera mis en place à l’échelle nationale pour conseiller au mieux la préfète dans ses prises de décisions futures. Pour le moment cependant, aucune information sur sa composition, la préfète ayant éludé la question.

Tous les projets de géothermie autour de Strasbourg suspendus

Dans le même temps, les autres projets en cours de géothermie aux alentours de Strasbourg – au nombre de trois – sont tout bonnement suspendus : ceux d’Eckbolsheim, de Hurtigheim et d’Illkirch se voient donc mis à l’arrêt, avant même d’avoir débuté.

Cette décision est motivée par la prise de conscience que, selon Hervé Vanlaer, « la compréhension du contexte géologique sur la géothermie n’est pas satisfaisante. L’activité pourra sans doute redémarrer mais il faut tirer les leçons et mieux comprendre ce qui a dû conduire à cet événement du 4 décembre pour ensuite relancer. » Enfin, rien n’est encore défini par rapport à ce que l’on fera du puits du site de Vendenheim, et notamment si on va oui ou non le boucher.

Ce qui ressort de ce point presse est le fait que les connaissances sur la géothermie en Alsace ne sont aujourd’hui apparemment pas suffisantes pour lancer des projets de grande ampleur comme celui de Vendenheim. Le site est désormais à l’arrêt et va le rester, jusqu’à ce qu’il soit complètement éteint. Seulement à ce stade reprendront les réflexions sur cette façon de produire de l’énergie et de la chaleur. Une chose est sûre : la géothermie a tous les ingrédients pour être la saga de 2021. Et ce n’est peut-être pas la dernière secousse que l’on a ressentie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here