La modification de son prénom d’usage est enfin possible à l’université de Strasbourg. Un formulaire est d’ores et déjà disponible sur le site et aux secrétariats, et aucun justificatif n’est nécessaire. Une démarche simplifiée, à destination des étudiants et des étudiantes transgenres.


En avril 2019, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal a adressé une lettre aux Présidents d’universités et aux Directeurs et Chefs d’établissement d’enseignement supérieur, expliquant qu’il était possible et même recommandé de mettre en place une procédure pour le prénom d’usage à l’université. Depuis, certaines universités ont emboîté le pas, tandis que pour d’autres, la démarche n’est pas encore bien intégrée. À Strasbourg, dès 2019, le logiciel utilisé par les services de l’administration permettait de renseigner dans une case supplémentaire le prénom d’usage d’un étudiant ou d’une étudiante. Mais en l’absence d’un document officiel, difficile pour les étudiants et les personnels de l’université de savoir qu’une telle démarche est possible. Aujourd’hui, un formulaire dédié est enfin disponible sur le site de l’université et aux secrétariats des composantes.

Le but de ce formulaire, c’est d’officialiser la démarche, de légitimer la demande de la personne, avec un document officiel et tampon de l’université. Mais aussi d’avoir du matériel pour recommuniquer auprès de nos services de scolarité, qui ne sont pas toujours au courant de cette injonction ministérielle, donc c’est l’occasion de leur rappeler.” explique Ève Ballorain, chargée de projet à la Mission égalité-parité de l’université de Strasbourg.

© Samuel Compion / Pokaa


Aucun justificatif nécessaire et un changement faisable tout au long de l’année  

Tout étudiant qui le souhaite peut en faire la demande et aucun justificatif n’est demandé pour effectuer la démarche auprès de l’université. Une fois le formulaire rempli et le changement du prénom d’usage acté, plusieurs documents seront mis à jour. Le prénom d’usage sera remplacé sur la carte étudiante, sur la liste des inscrits, la liste d’appel et d’émargement, sur les procès-verbaux et de délibération, sur l’affichage des résultats d’examens, sur les listes électorales et les listes des candidats, mais aussi dans l’adresse électronique universitaire de l’étudiant concerné.

Cependant, certains documents comme les diplômes, les attestations de réussite, les relevés de notes, les certificats de scolarité ou encore les contrats doctoraux, ne pourront quant à eux, qu’être modifiés sous réserve d’un changement d’état-civil. Par ailleurs, si la mention “document à joindre au dossier d’inscription“ figure actuellement sur le formulaire, la demande peut néanmoins être faite tout au long de l’année.

© Capture d’écran du formulaire de changement du prénom d’usage à l’Université de Strasbourg


Un travail en collaboration avec l’Amical Radicale des Cafés Trans

Selon l’Amicale Radicale des Cafés Trans de Strasbourg, la prise en compte des personnes transgenres à l’université de Strasbourg varie beaucoup en fonction des composantes : “À la fac d’arts par exemple ça se passe très bien, et on a plus de problèmes en fac de médecine. C’est pas très unifié et soumis à l’arbitraire des personnes.” indique Hyacinthe*, membre du collectif. Mais elle espère que la mise en place de ce formulaire permettra justement d’unifier les conditions des personnes transgenres qui étudient à Strasbourg. C’est l’ARCTS elle-même, qui a pris contact avec la Mission égalité-parité de l’université de Strasbourg pour faire le point avec eux sur le prénom d’usage. Ses membres ont alors pu découvrir un formulaire construit sur des modèles préexistants, disponibles à l’université de Lyon 2 ou encore de Nantes. C’est d’ailleurs toujours cette version qui est disponible actuellement.

L’ARCTS a donc collaboré avec la Mission égalité-parité de l’université de Strasbourg, afin d’apporter quelques modifications et de pouvoir proposer prochainement une nouvelle version plus aboutie du formulaire. Un échange essentiel pour Hyacinthe, qui déplore néanmoins que l’amicale ait dû encore une fois, prendre les devants : “On trouve ça un peu dommage que le contact ait dû venir de notre part, et généralement dans nos activités, c’est souvent le cas. C’est nous qui devons être initiateurs et initiatrices du contact, sinon les gens ne se préoccupent pas de nous et sont souvent pas ou peu renseignés et font les choses sans nous.” Elle en est convaincue, Il y a des choses assez subtiles, qu’on ne peut que savoir si on a accès à des témoignages ou bien si on a le retour des personnes directement concernées. Donc au mieux, une personne non-concernée ne va pas atteindre pleinement son objectif, ou au pire, elle va être à côté de la plaque. Nos situations sont encore assez mal comprises quand même.

>> À lire ou relire : Transidentités : deux Strasbourgeois nous ont raconté leur transition

© Samuel Compion / Pokaa


Une nouvelle version à venir et un accès simplifié

Suite aux échanges entre l’ARCTS et la mission égalité-parité, une nouvelle version du formulaire devrait voir le jour. Mais les délais de validation d’une structure telle que l’université de Strasbourg étant plutôt longs, il faudra probablement patienter jusqu’à la rentrée prochaine selon Ève Ballorain. Par la suite, la chargée de projet espère que le formulaire pourra être automatiquement intégré dans le dossier d’inscription. Ainsi, chaque étudiant recevrait le document en début d’année et serait de ce fait informé de cette possibilité. Du côté de l’ARCTS, ses membres souhaiteraient que la procédure soit simplifiée au maximum : “Actuellement, les personnes concernées doivent donner ce formulaire au secrétariat et contacter le service informatique eux même pour que ce soit modifié. Nous, on aimerait que ce soit fait automatiquement.” précise Hyacinthe. 

Si cette nouvelle procédure constitue déjà un pas vers la prise en compte et le respect des étudiants.es transgenres à l’université de Strasbourg, l’ARCTS, qui travaille depuis 2018 à l’amélioration de l’accès aux soins et aux démarches pour les concernés.es, espère bien que d’autres évolutions suivront : On voudrait que les institutions prennent du temps pour former les personnes au contact des publics, c’est-à-dire les professeurs, les personnels administratifs, etc, qui doivent vraiment être sensibilisés à ce genre de questions.


Pour accéder au formulaire de changement de prénom d’usage, il faut se connecter à l’Environnement numérique et social de travail de l’Université de Strasbourg Ernest en cliquant sur ce lien.




*Le prénom a été modifié.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here