Tout ce grand chamboulement que vous suivez depuis quelque temps sur la saga masquée n’est malheureusement pas qu’un coup d’épée dans l’eau : alors que les indicateurs ne sont pas au beau fixe concernant la circulation du Coronavirus, toute l’Eurométropole repasse au rouge, une couleur qui nous avait quitté le 11 mai. On vous dit ce que ça signifie.

Un indicateur bien en rouge

Plus précisément, ce sont Strasbourg et l’Eurométropole qui repassent au rouge dans le cas du taux d’incidence sur la semaine du 24 au 30 août. Ce qui signifie qu’il y a plus de 50 cas positifs à la COVID-19 pour 100 000 habitants lors de la semaine dernière. Très exactement, le taux d’incidence est de 55,8. À l’échelle de l’Eurométropole, qui est de 500 000 habitants, on aurait donc aujourd’hui très exactement 279 personnes positives. Ces chiffres appellent donc à la vigilance, surtout qu’ils croissent de façon exponentielle.

Ce sont principalement les « jeunes », les moins de 40 ans, qui sont le plus touchés. Comme ils ne développent (en majeure partie) pas ou peu de symptômes, cela explique pourquoi les chiffres des hospitalisations et en réanimation sont encore bons. En effet, dans le Bas-Rhin, il y avait hier soir 88 personnes hospitalisées, donc 6 en réanimation.

Chiffres au mercredi 2 septembre 2020.
© Santé Publique France

La saga masquée

Ces chiffres qui peuvent légèrement inquiéter, mettent en lumière l’importance du masque et plus généralement du respect des gestes barrières pour contenir l’épidémie. Et le petit bout de tissu qui doit se porter sur le nez et pas en dessous n’a jamais autant été dans l’actualité que cette semaine. En effet, l’arrêté préfectoral décidé sans consultation préalable le 28 août dernier, et à la légalité un peu fallacieuse, qui rendait le masque obligatoire partout et tout le temps à Strasbourg et dans 12 autres communes de plus de 10 000 habitants dans le Bas-Rhin, doit désormais être retoqué, selon une décision du tribunal administratif.

© Samuel Compion pour Pokaa

En d’autres termes, Josiane Chevalier doit retravailler son arrêté. Cette fois-ci, elle décide de s’appuyer sur les différents maires des communes concernées, dont évidemment Jeanne Barseghian, qui s’était opposée à cette décision vendredi 28 août dernier. La préfète a désormais jusqu’à lundi 7 septembre pour retravailler l’arrêté, et s’il n’est pas jugé satisfaisant, il sera bonnement et simplement rendu nul. On a connu deadline moins stressante. Pour le moment cependant, l’arrêté reste applicable.

Strasbourg et l’Eurométropole repassent donc en rouge, nous rappelant aux durs moments du confinement. Une nouvelle de plus qui ne doit pas nous faire basculer dans la psychose, mais juste nous tenir éveillés au fait que l’on doit toujours faire attention, porter le masque et de respecter les gestes barrières. Prenez soin de vous en attendant.


Où me faire dépister gratuitement et sans ordonnance ?

Vous pouvez encore vous faire dépister place du Corbeau le 4 et le 5 septembre de 18h à 22h, comme on vous l’avait indiqué ici.

Pour les étudiants, ce sera sur les campus de l’Esplanade le 3 et 9 septembre de 10h à 16h, et sur celui d’Illkirch le 22 septembre de 11h à 15h, comme on vous le disait là.


1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here