Depuis quelques temps, les indicateurs épidémiologiques se dégradent en France, et un peu dans le Bas-Rhin, même si la situation reste très stable. Néanmoins, avant la rentrée, il faut montrer que l’on agit pour tenter de contrecarrer le retour de l’épidémie. Alors il a été décidé ce matin de rendre le port du masque en extérieur obligatoire dans toutes les communes du Bas-Rhin dépassant des 10 000 habitants, et ce à partir de demain !

Un port du masque obligatoire pour les piétons, partout et tout le temps

On pensait que ce serait impossible alors ils l’ont fait. Ce vendredi 28 août au matin, Pia Imbs, présidente de l’Eurométropole a lâché une annonce qui risque de faire parler : le port du masque en extérieur sera désormais obligatoire à Strasbourg et dans les communes du Bas-Rhin dépassant les 10 000 habitants, à partir du samedi 29 août. Ce sera la préfète du Bas-Rhin, Josiane Chevalier, qui va signer un arrêté dans ce sens.

La règle est simple pour le port du masque en extérieur pour les piétons : tout le temps, partout dans l’espace public et pour tout le monde. Avec en seule exception une dérogation pour les cyclistes, trottinettes et coureurs. Cette décision est assez éloignée de la volonté de pédagogie prônée par Jeanne Barseghian, qui a d’ailleurs indiqué son opposition à une telle interdiction générale, et Alain Jund, mais ils vont devoir redoubler de pédagogie pour expliquer cette annonce aux Strasbourgeoises et Strasbourgeois.

Qu’est-ce que cette annonce signifie ? Probablement que l’on va devoir continuer à vivre avec le virus pendant de longs mois, et que le respect des gestes barrières et du port du masque vont vite devenir nos nouvelles habitudes de vie.

Une saga des masques qui fait du bruit

Une décision qui a par ailleurs troublé tous les élus du conseil de l’Eurométropole, notamment par le côté brusque de la décision. Pia Imbs a néanmoins annoncé vouloir de la « nuance » dans l’arrêté lui-même, probablement pour se concentrer sur les zones les plus denses, quartiers et communes, et donc les plus à risques.

Et justement, comme l’on pouvait s’y attendre après une décision d’une telle ampleur et si peu expliquée, on a quelque peu rétropédalé du côté des autorités. En effet, alors que c’était l’ensemble de l’Eurométropole qui était visée par l’arrêté, désormais, le port du masque ne sera plus qu’obligatoire dans les communes de plus de 10 000 habitants… du Bas-Rhin ! On ne sait plus où donner de la tête et la saga des masques sauce choucroute n’est de loin pas terminée…

Strasbourg et 12 autres communes concernées

Dès lors, le port du masque en extérieur est rendu obligatoire dans 13 communes au total dans le Bas-Rhin, toutes avec plus de 10 000 habitants. Dans l’Eurométropole, sont concernées les communes de Strasbourg, Schiltigheim, Illkirch-Graffenstaden, Lingolsheim, Bischheim, Ostwald et Hoenheim. Dans le Bas-Rhin, les communes de Haguenau, Sélestat, Bischwiller, Obernai, Saverne, Erstein sont concernées.

© Capture d’écran du communiqué de presse de la préfecture

Selon le communiqué de la préfecture du Bas-Rhin, cet arrêté sera mis en application dès samedi matin à 8h, jusqu’au 30 septembre au moins. Le tout évidemment dans l’objectif de casser la transmission virale le plus possible, pour une rentrée moins stressante, surtout dans les communes les plus densément peuplées.

11 COMMENTAIRES

    • Bonjour,

      Merci pour votre message. Néanmoins, dans le temps que vous avez mis à commenter, et moi à vous répondre, la préfecture a finalement communiqué sur le sujet. Le titre de l’article des DNA, votre source, a d’ailleurs également changé entre temps, ce qui est normal dans le traitement d’une information, qui change au fur et à mesure du temps des décisions politiques. Le masque est désormais obligatoire dans 13 communes, et vous retrouvez donc ces informations au coeur de l’article. En fonction du changement de l’information, notre titre aurait également évolué, c’est logique.

      Les mots ont un sens, vous avez raison, et j’espère avoir répondu à votre interrogation, qui ressemblait à s’y méprendre à une accusation.

  1. Bonne chance pour faire appliquer cette décision (stupide) dans le quartier gare et ceux considérés comme « difficiles ». Déjà que l’on laisse alcooliques et drogués squatter les parcs et jardins….

  2. Comment être étonné que l’épidémie progresse quand on voit tous ces rassemblements autorisés qui réunissent des centaines ou des milliers de personne, alors que dans le même temps le gouvernement tire la sonnette d’alarme et impose le masque dans l’espace public ? D’un côté l’État favorise la contagion et de l’autre il fait semblant de lutter contre elle. Assurément les intérêts financiers l’emportent sur la santé des Français, et les masque n’y changeront rien.

  3. L’article 2 de l’arrêté dispose : « L’obligation du port du masque prévue au présent arrêté ne s’applique pas pour la pratique d’activités artistiques, physiques et sportives. » Donc, si mon activité physique est la marche et mon activité artistique le croquis urbain, je peux pour ces deux raisons me promener en ville tranquillement avec mon carnet, sans porter le masque.

  4. Qu’on m’explique, s’il vous plaît, il faut porter des masques. Ok, mais qui nous dit que les masques portés sont toujours efficaces (durée pour un chirurgical 4h)….. Si c’est pour faire porter des masques qui ne sont plus efficaces, elle est où la prévention ? Car, comme l’indiquait M. Damien Grosse qui va… PAYER LES MASQUES !!! Les masques ont un coût certain et les changer régulièrement ça a un coût.

  5. Quels sont ces « indicateurs de contrôle de l’épidémie »? Le nombre de décès? Le nombre d’hospitalisations?
    Ah… non… c’est les « positifs » au test PCR… (dont l’inventeur reconnait qu’il n’est pas fiable pour le COVID).
    Le monde d’après, c’est du délire à l’état pur.
    #HypnoseCollective

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here