Tout le monde a déjà lu, vu ou ne serait-ce qu’entendu parler de la série Game of Thrones (Le Trône de fer en VF). Son scénario retors, ses batailles épiques, sa violence jubilatoire et ses intrigues à la mords-moi-le-nœud. Bien, bien, bien. Maintenant blasphémons un peu : le monde de Games of Thrones est-il vraiment si dingue et novateur que ça ? L’écrivain George R. R. Martin, qui est à l’initiative de la série romanesque adaptée à l’écran, a-t-il vraiment une imagination sans borne et un sens de la cruauté si décapant qu’on veut bien le dire ? Il suffit pourtant de tourner les pages du grand livre de l’Histoire de l’Alsace pour s’apercevoir qu’en matière d’événements qui déboîtent et d’intrigues ubuesques, notre région n’a décidément rien à envier au pays de Westeros. Pour vous le prouver, on vous embarque pour une série de l’été aussi sanglante qu’apprenante (car on a bien écouté les conseils du ministre de l’Éducation) ! [attention risque de spoilers]

Aujourd’hui : épisode 8/8 : quand les Dames blanches alsaciennes sont aussi flippantes que les Marcheurs blancs

Impossible de ne pas terminer cette série de l’été sans parler des fameux Marcheurs blancs, méchants parmi les méchants, ennemis de tous les ennemis réunis. Vous me direz : « alors là, ça m’étonnerait qu’on en trouve des résonances dans l’histoire alsacienne ! » Alors, oui, c’est vrai, il y a peu de traces dans nos vignobles de chevaliers de glace fantomatiques et amateurs de nouveaux-nés. Par contre, si je vous dis : fantôme, nuit froide, peur bleue, mort imminente… vous me répondrez : Dame blanche bien sûr ! Eh oui, bien que moins flippantes – a priori – que les Marcheurs blancs, les Dames blanches n’en sont pas moins dangereuses dans les faits. Aujourd’hui encore, maints accidents de voiture dans un quelconque virage de la région semblent liés à l’une d’entre elles. Et ce n’est pas les histoires à leur sujet qui manquent dans notre passé…

Léon Benett, Dame blanche au sommet d’une tour, 1892 (source: Wikipédia)

Énormément de légendes alsaciennes font en effet allusion à la Dame blanche. On dit que cette femme-fantôme hante les ruines des châteaux ou les étangs, les rivières, les lavoirs – tout ce qui a trait à l’eau. Ce n’est pas une fée, pas un être fantastique donc, mais bien une personne humaine… défunte. D’où son côté vraiment flippant. Il semblerait qu’elle doive expier une faute (tel que l’avarice ou l’infanticide) ou qu’elle se refuse à mourir pour de bon à cause d’une attente désespérée (d’un amant bien souvent). Ses tourments la condamnent à errer entre le monde des morts et celui des vivants. Mais elle n’est pas forcément là pour effrayer le passant ; souvent elle pleure et se lamente. Parfois elle demande aussi à être sauvée. Car elle est souvent prisonnière. Mais de quoi ? Difficile à dire… Elle promet parfois des trésors en échange de votre aide ; mais attention à qui se laisserait prendre au piège ! Il n’est pas dit qu’il gardera toute sa raison.

La plupart du temps, si on veut avoir une « chance » de les croiser, c’est du côté des ruines des châteaux de la région qu’il faut se balader – lorsque la lune est voilée de préférence. Disons un mot par exemple de la Dame blanche du château de Hohenbourg, situé à la frontière nord de la région. On dit que la nuit, on voit descendre des ruines du château une dame, pieds nus et toute de blanc vêtue, qui vient pleurer près de la source du Maïdenbrunne. Elle attend à tout jamais son amant tué par son père qui refusait leur union. Autre exemple : au château de Hohenstein (près du Nideck), on raconte que la nuit, une jeune femme voilée de blanc pleure, assise sur un rocher au bord du précipice. Mais cette fois, c’est son trésor qu’elle réclame ! L’avarice est aussi à l’origine des tourments de la Dame blanche qui hante les ruines du château de Grafenstein à Saverne. Chaque vendredi, celle-ci est transformée en un vilain crapaud tenant dans sa bouche une clé en or. Son seul salut possible : qu’un homme l’embrasse, récupère la clé et s’empare de son trésor vilement amassé de son vivant. Autant dire qu’elle risque d’attendre encore quelques siècles. Citons aussi les Dames blanches qui hantent les château de Schwarzenbourg (près de Munster) ou de Reichenstein à Riquewihr. Mais on pourrait encore en lister des dizaines tellement ces légendes abondent dans notre région.

Châteaux de Reichenstein, du Hohenbourg, de Hohenstein et de de Greifenstein (source: Wikipédia)

Rappelons toutefois que leur mémoire remonte à plus ancien encore que l’époque chrétienne. On dit même que ces apparitions de femmes vêtues d’un long voile blanc pourraient remonter au temps des Celtes, lorsque ceux-ci peuplaient les montagnes vosgiennes. Avouez que la crainte de voir descendre des coteaux des hordes de fantômes venus du plus profond des forêts et du plus loin des âges rappelle furieusement la crainte suscitée par les Marcheurs blancs déboulant des contrées du Nord. D’où le fameux Mur… qui nous ramène au premier épisode et permet de boucler cette série de l’été.

On rapporte d’ailleurs que, souvent, les Dames blanches poussent des cris à vous en glacer le sang… tiens, tiens. Game of Thrones Vs Histoire de l’Alsace : même combat ?


Bibliographie pour la série en entier :
JORDAN Benoît, Histoire de Strasbourg, éditions Jean-Paul Gisserot, 2006
MEYER Philippe, Histoire de l’Alsace, Perrin, 2008
KAEPPELIN Rodolphe, Histoire de l’Alsace, La Geste, 2019
WAAG François, Histoire d’Alsace ; le point de vue alsacien, Oran embanner, 2012
KREMPPER Michel, Dictionnaire des légendes d’Alsace, Mulhousienne d’édition, 2018
LAZZARINI Nicole & ROCHUT Jean-Noël, Légendes et contes d’Alsace, éditions Ouest-France, 2018
MECHIN Christophe, Petit dictionnaire des légendes d’Alsace, Oriande éditions, 2004
FISCHER Marie-Thérèse & DIVERS, Cette histoire qui a fait l’Alsace (les 8 premiers tomes), éditions du Signe, 2009-2011
Le site des musées de Strasbourg
https://gameofthrones.fandom.com/
https://www.lagardedenuit.com/
+ Articles parus dans divers magasines (comme Géo Magazine) ou encore reportages télévisés, notamment de France télévision.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here