Le samedi 4 juillet était placé sous le signe du vert. Après le vert fluo de l’Ill dans la matinée, c’était l’intronisation de notre nouvelle Maire Jeanne Barseghian, lors du conseil municipal qui allait colorer la ville dans la soirée. Et puisque la politique strasbourgeoise a pris de sacrées couleurs pendant toute la campagne, on s’est dit qu’on allait vous faire un petit debrief de ce qu’il s’est passé ce week-end, pour vous présenter la nouvelle équipe qui dirigera Strasbourg pour ces six prochaines années !

The Final Countdown : une alliance Barseghian/Trautmann le jour du premier conseil municipal

Première information d’ampleur qui est tombée le samedi 4 juillet au matin : lors d’une conférence de presse partagée, Catherine Trautmann et Jeanne Barseghian ont acté la création d’un intergroupe majoritaire avec les sept élus socialistes de la liste #Faire Ensemble, menée par Catherine Trautmann, qui était arrivée troisième lors du second tour du 28 juin dernier. Résultat des tractations : un ou une élu socialiste sera adjoint, l’autre sera conseiller municipal délégué.

Le mariage a pris du temps, mais les mariées se sont dit oui ! © Vivien Latuner pour Pokaa

Sur les 65 conseillers municipaux, Jeanne Barseghian aura désormais une majorité de 54 sièges. Le tout a été décidé au regard de la crise qui frappe Strasbourg : à la fois économique, sanitaire, sociale et démocratique, elle appelle à l’humilité et à une gouvernance collégiale. Un joli geste de politique en commun, alors que les deux têtes de liste n’avaient pas su/pu s’allier avant le deuxième tour. Finalement, ce samedi 4 juillet, sous le soleil d’un matin d’été, les deux femmes se sont enfin dit oui.

Le conseil municipal : théâtre de la vie strasbourgeoise

Dans la touffeur d’un début de soirée estival à Strasbourg, Jeanne Barseghian a été intronisée Maire de Strasbourg, au sein du conseil municipal. Ce dernier n’était pas ouvert au public, mais le live de la ville a permis de tirer quelques enseignements pour les six ans à venir, et surtout de présenter la prochaine équipe municipale. Petite valse municipale en quatre temps.

L’élection de la Maire

Bon, évidemment, Jeanne Barseghian a été élue Maire de Strasbourg. Par 53 voix sur 65, en sachant que toute l’opposition, c’est-à-dire la liste menée par Alain Fontanel et Jean-Philippe Vetter possédant 11 conseillers municipaux, s’est abstenue. Il y a donc en plus un ou une élu.e de la majorité qui s’est abstenu. Peut-être que son doigt a ripé du boîtier. Les voies du conseil sont décidément impénétrables… Cette élection ne faisait évidemment pas de doutes, bien que dans quelques villes, les choses ne se passent pas comme prévu.

Premier discours de Jeanne Barseghian. © Capture d’écran du live de la ville de Strasbourg

Lors de son discours d’intronisation, notre nouvelle Maire a souhaité mettre en avant ses idées de gouvernance partagée, comme l’a montré son alliance avec Catherine Trautmann, mais aussi sur le fait d’ouvrir l’Eurométropole avec d’autres territoires, comme le Bade-Wurtemberg ou d’autres territoires alsaciens et européens. Tout en rappelant la crise protéiforme que connaît Strasbourg ; elle prend conscience de la très faible participation – 36,66 % – et souhaite se positionner comme une Maire pour tous les Strasbourgeoises et les Strasbourgeois.

Les interventions des têtes de liste

Avant de passer à l’élection des 19 adjoints qui formeront l’équipe municipale, une décision votée à 54 voix pour et 11 absentions – la personne s’étant abstenu ayant probablement compris comment son boîtier fonctionnait – les trois autres têtes de liste ont pu s’exprimer, après le premier discours de Jeanne Barseghian. Si Catherine Trautmann – qui a rappelé qu’ils seront des partenaires exigeants et qu’il faudrait prendre acte et conscience de la crise à venir – et Alain Fontanel – solennel et prêt à travailler avec la nouvelle Maire – sont restés courtois et relativement lisses, Jean-Philippe Vetter a décidé de mettre un peu d’animation dans l’ambiance feutrée du conseil municipal.

Mot après mot, phrase après phrase, le candidat Les Républicains s’est positionné comme le futur agitateur de la vie municipale. Accentuant par exemple sur le fait qu’avec 21 000 Strasbourgeois ayant voté pour elle, Jeanna Barseghian est « un Maire minoritaire ». Volonté de le faire ou non, il n’a pas cessé de mettre « Maire » au masculin. Il a également fait part de son inquiétude par rapport au chantier du Stade de la Meinau, du futur rayonnement de Strasbourg et du fait qu’il faudra également tenir compte des idées du groupe d’opposition pour ces six prochaines années.

La composition du conseil municipal. En rose : les socialistes. En vert : les écologistes. En jaune : l’alliance LREM/LR.

Si la forme pouvait laisser penser qu’il était toujours en campagne et en opposition frontale – une position qu’il a exercée constamment durant ces élections municipale – le fond est plus intéressant : il se place clairement dans l’opposition pure et dure, contrairement à Alain Fontanel. L’opposition passera donc par lui, ou en tous le cas c’est ce qu’il se souhaite. Une chose est sûre : avec lui, on ne s’ennuiera sans doute pas lors des prochains conseils municipaux.

L’élection des adjoints

Après ces petites passes d’armes plus ou moins cordiales, le temps était venu d’élire les 19 adjoints à la Maire. Petite précision : il n’y aura plus d’élus dits « de quartier ». Une seule liste a été déposée et, là encore, la décision a été votée à 54 voix pour et 11 abstentions. Petite particularité, pour la première fois depuis 1965, des conseillers municipaux seront du Parti Communiste. Un argument de choc pour les spécialistes de la pastèque. Voici donc la nouvelle équipe municipale :

Premier adjoint : Syamak Agha Babaei. Numéro deux sur la liste écologiste et élu sortant, il est notamment vice-président de l’Eurométropole en charge de l’habitat. Sachant que ça a bien bétonné pendant la municipalité sortante, c’est à signaler. Cette fois-ci, il sera en charge des questions budgétaires et financières, des marchés publics et des principes et orientations de la politique des achats.

Deuxième adjointe : Suzanne Brolly. Elle sera en charge de la ville résiliente, du plan local d’urbanisme, de la création et de l’entretien des espaces verts, de la police du bâtiment, du logement, du développement de l’habitat participatif. Elle a aussi une délégation aux animaux dans la ville.

Troisième adjoint : Marc Hoffsess. Il sera en charge de la transformation écologique du territoire et est l’élu du quartier Robertsau/Wacken.

Quatrième adjointe : Floriane Varieras. Elle sera en charge de la ville inclusive, ce qui signifie qu’elle s’occupera des solidarités, soutien aux personnes vulnérables, lutte contre la discrimination. Elle sera également l’élue en charge du quartier Gare.

Cinquième adjoint : Joël Steffen. Il sera en charge du commerce, de l’artisanat et du tourisme.

Sixième adjointe : Carole Zielinski. Elle sera en charge de la démocratie locale et des initiatives et participations citoyennes.

Septième adjoint : Alexandre Feltz. Il sera en charge de la santé publique et environnementale.

Huitième adjointe : Hülliya Turan. Elle sera en charge de l’éducation et de la petite enfance. Elle est également l’élue du quartier de l’Elsau.

Neuvième adjoint : Pierre Ozenne. Il sera en charge des espaces publics partagés, des foires et marchés, de la voirie. En outre, il sera également l’élu du quartier de Koenigshoffen.

Dixième adjointe : Nadia Zourgui Saada. Elle sera en charge de la tranquillité publique, de la police municipale, de la prévention, de la médiation, de la gestion des crises, de l’aide aux victimes et de la relation avec les cultes.

Onzième adjoint : Guillaume Libsig. Il sera en charge de la vie associative, des animations urbaines, de l’émancipation de la jeunesse, de l’éducation populaire, ainsi que du quartier de Cronenbourg.

Douzième adjointe : Anne Mistler. Elle sera en charge des arts et des cultures, de la définition et de la mise en oeuvre des politiques artistiques et culturelles.

Treizième adjoint : Benjamin Soulet. Il sera en charge de l’équité territoriale et de la politique de la ville.

Quatorzième adjointe : Julia Dumay. Elle sera en charge des relations européennes et internationales.

Quinzième adjoint : Hervé Polesi. Il sera en charge de la coordination des élus de quartier.

Seixième adjointe : Christelle Wieder. Elle sera en charge des droits des femmes et de l’égalité des genres.

Dix-septième adjoint : Owusu Tufuor. Il sera en charge des sports et des équipements sportifs et de loisirs.

Dix-huitième adjointe : Céline Geissmann. Elle sera en charge de la ville numérique et innovante et d’une mission temps. C’est l’adjointe qui vient de la liste #Faire Ensemble, qui avait misé sur la transition numérique.

Dix-neuvième adjoint : Abdelkarim Ramdane. Il sera en charge de l’Etat civil, de l’accueil des populations et des services funéraires.

Plusieurs enseignements sont à tirer de cette nouvelle équipe : tout d’abord, sur ces 19 adjointes et adjoints, seulement quatre auront été élus lors de la dernière mandature. C’est donc un véritable renouvellement qui s’est opéré dans cette nouvelle équipe, un renouvellement accompagné par un rajeunissement conséquent des équipes municipales. En effet, ni Alain Jund ni Marie-Dominique Dreyssé, des anciens rompus aux combats municipaux, ont des postes d’adjoint. C’est sans doute partie remise pour l’Eurométropole, où les affrontements avec la droite – on reste en Alsace tout de même – promettent de jolies passes d’armes. Vivement le 15 juillet…

Quid de la position du sport sous une mandature écologiste ? © Nicolas Kaspar

Ensuite, on peut aussi voir que ni la culture ni le sport ne sont vraiment considérés comme importants au vu de la position des adjoints au sein de la liste. Cela ne va pas rassurer le domaine culturel et sportif, généralement assez frileux à des mandatures écologistes. À eux de prouver le contraire.

La déclaration de l’état d’urgence climatique

Il est presque 20h quand Jeanne Barseghian fait la lecture de la Déclaration d’état d’urgence climatique, une annonce qu’elle avait prévue depuis maintenant un petit moment. On vous expliquait ce qui se tenait derrière cette expression symbolique ici. Le premier conseil municipal de notre nouvelle Maire pouvait désormais se terminer.

C’était donc un samedi chargé qu’a vécu Jeanne Barseghian pour son intronisation. Une alliance, un conseiller municipal incisif qui veut incarner l’opposition et la formation d’une nouvelle équipe. Pas de doutes : la vie politique strasbourgeoise commence maintenant, pour les six prochaines années. Et ne vous inquiétez pas, on sera là pour vous en parler…

1 commentaire

  1. Einstein avait dit:  » Deux choses sont infinies, l’univers et la bêtise humaine, mais pour l’univers je n’en suis pas sûr. »
    Tout est dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here