Le Hohwald est un petit village niché entre montagnes et forêts, dans un patrimoine naturel exceptionnel. Dès le début du XXème siècle, il est choisi comme lieu de villégiature par une multitude de personnalités venues de toute l’Europe, ce qui explique la présence de magnifiques maisons de maître, dont la villa Mathis, typique du style Art déco des années 30. Située entre 600 et 1100 mètres d’altitude, le village compte plus 120 kilomètres de sentiers balisés, faisant de lui un véritable paradis pour les randonneurs. C’est donc sans hésitation que nous avons choisi d’y chercher la fraîcheur en ce jeudi férié effleurant les 30 degrés. Allez, viens, on t’emmène avec nous.
© Emma Schneider

Depuis le camping municipal du Hohwald, il suffit de suivre les rectangles rouges, tout le long d’un sentier étroit qui mène à la cascade. À cette période de l’année, la verdure prédomine, les arbres sont recouverts de mousse, le soleil filtre entre les feuillages, on entend le bruit de la rivière se mêler au chant des oiseaux. Le lieu est magnifique même si nous n’avons visiblement pas été les seuls à choisir de nous réfugier en forêt en ce jour férié. Après moins d’une heure de marche nous atteignons la cascade, de toute beauté dans son écrin de nature. D’une hauteur de chute de 20 mètres, elle sinue ensuite à travers bois dans un tintement cristallin offrant au lieu un aspect apaisant et rafraîchissant. Dérivation de l’Andlau qui prend sa source à côté du Champ du Feu, elle est accessible toute l’année et séduit à chaque saison.

© Emma Schneider

Des groupes d’amis et des familles se dispersent autour des tables de pique-nique installées au pied de la cascade tandis que d’autres déjeunent sur des rochers en bordure de rivière permettant aux enfants de crapahuter les pieds dans l’eau. Après une petite pause apéro, nous décidons pour notre part de continuer notre randonnée jusqu’au col du Kreuzweg afin d’être plus tranquilles. Et ça ne loupe pas : une fois la cascade dépassée, nous voilà seuls sur les sentiers. Une dizaine de minutes de marche plus tard, nous nous retrouvons hors de la forêt sur une route élargie qui offre une vue dégagée sur toute la plaine. Des vaches paissent tranquillement dans les champs de pâquerettes, des petites fermes dispersées proposent du fromage à la vente, tandis qu’une auberge à la terrasse ensoleillée nous donne bien envie de revenir par ici lorsqu’il lui sera permis de rouvrir. Plus loin, nous croisons des daims, pas farouches pour un sou qui viennent grignoter dans le creux de nos mains.

© Thomas Schlaeder
© Thomas Schlaeder
© Thomas Schlaeder

Arrivés au col du Kreuzweg, nous reprenons un sentier dans la forêt afin d’atteindre le haut d’une clairière située à l’orée du bois, qui nous permettra de nous installer pour pique-niquer dans un cadre particulièrement bucolique. La vue est magnifique et c’est avec appétit que nous attaquons sandwichs, tomates cerises, fraises et autres douceurs tout en dorant au soleil. Les fleurs des champs embaument l’air, confortablement installés dans l’herbe, nous profitons pleinement et sans pression du temps qui s’écoule tranquillement.

© Thomas Schlaeder
© Thomas Schlaeder

Une fois repus, nous reprenons la route à travers forêt. Une petite heure de crapahutage joyeux qui nous mènera au village du Hohwald et à la jolie église protestante où nous avions garé la voiture en arrivant. Le Hohwald dégage une atmosphère paisible, nous passons devant le pédiluve du village qui invite à se déchausser. Installation connue sous le nom de « Kneippanlage », le pédiluve est associé aux découvertes de l’Abbé Kneipp, célèbre pour sa méthode de bien-être mêlant hydrothérapie, phytothérapie et diététique. Un dernier escalier nous mène aux portes de l’église et voilà notre randonnée terminée. Chacun se sent rasséréné, la nature nous a permis de déconnecter et de nous retrouver entre amis le temps d’une journée, sans obligations, aucune. Une parenthèse qui fait du bien, dans un cadre idéal qui invite à profiter des choses simples.

© Emma Schneider

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Pas trop de pub. Merci. Car les autochtones aimeraient passer des week-end tranquilles !
    Vive le confinement ! Quelle tranquillité sans ces promeneurs du dimanche très bruyants et qui ne respectent pas la faune et la flore ! En cette période on reste sur les sentiers et on ne vient pas piétiner les près vouaient à être fauchés et où actuellement la faune se réfugie notamment pour donner naissance à leurs petits…! Mais tous ces promeneurs du dimanche viennent ici pour se défouler et ne respectent rien car sont dans l ignorance et ont des comportements inciviques ! Et de grâce tenez vos chiens en laisse !!! La loi s applique aussi ici. A bon entendeur salut !!!

  2. Tout d’abord merci et félicitations pour votre reportage,… à un détail prêt. Vous ne montrez pas vraiment l’exemple en vous promenant dans les prés et en vous y installant pour pique-niquer. Non seulement ces prés sont des propriétés privées mais en agissant ainsi vous mettez en péril la biodiversité qui y élit domicile. Les forestiers coupent suffisamment d’arbres et laissent assez de souches pour que vous trouviez des assises qui vous permettent de casser la croûte confortablement en admirant les champs fleuris sans les piétiner. Ceci dit, nous sommes heureux de partager avec vous nos paysages magnifiques, notre air pur, et nous aimerions bien vous faire profiter du silence de notre lieu de vie,…si vous laissiez vos mobylettes du dimanche, vos flat 6 ou V8 au garage ou à l’extérieur du village, car depuis le 11 mai les week-ends et jours fériés sont redevenus notre enfer. Nous ne vous emmerdons avec nos tracteurs en ville, alors pourquoi venez vous nous assourdir avec vos bécanes ??? Si vraiment vous avez besoin d’écouter et de faire écouter les décibels de vos engins allez vous éclater sur les autoroutes allemandes ou sur un circuit, mais si vous aimez la nature comme nous , venez chez nous en chaussures de rando. ou en vélo. Vous partagerez ainsi non seulement nos paysages, notre air pur mais aussi les chant des oiseaux et des grillons dans les champs, ou le silence de la forêt. Àlors bienvenue chez nous … à condition de respecter notre village, notre environnement et ses habitants.

  3. Les deux premiers Week-end après le déconfinement sont passés. Et bon nombre de personnes ont profité de notre belle nature. Nous insistons sur le respect de l’espace naturel et de la réglementation. Des manquements à ces consignes ont été observés. Vous trouverez ici un communiqué de presse (2 images) conjoint du Club Vosgien, de l’Office National des Forêts et des Communes Forestières d’Alsace. Pour le bien de tous et de la forêt, merci de bien vouloir respecter ces recommandations. La surveillance sera renforcée par les services compétents et tout manquement sera sanctionné…. (extrait facebook Le Hohwald)
    cf pages facebook Le Hohwald pour les comportements à adopter quand vous venez ici. Merci de les respecter !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here