Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Strasbourg prend des mesures pour aider les familles les plus précaires

0 lecture
Publicité
En temps de crise, les inégalités ont davantage tendance à se creuser qu’à se réduire. Cela se ressent encore plus en cette période de confinement, où la situation dans une maison avec jardin ou celle dans un appartement de 3 chambres avec 5 personnes n’est pas tout à fait la même. Point de culpabilisation, si vous vivez bien entre vos quatre murs, au contraire, c’est bien de mesurer la chance que l’on a. Néanmoins, cela ne signifie pas pour autant laisser les personnes les plus démunies sur le carreau. C’est pourquoi, en plus des associations qui font un sacré travail sur le terrain, la ville de Strasbourg met en place quelques mesures pour venir en aide aux populations les plus touchées par la crise.

Des bons alimentaires pour les familles les plus démunies

La première mesure a été prise la semaine dernière : les familles figurant dans les deux tranches les plus basses du quotient familial, bénéficieront d’un chèque alimentaire de 90 euros par enfant pour la durée du confinement. Une mesure pour aider les familles les plus précaires, selon Paul Meyer, adjoint au Maire chargé notamment du commerce, joint par téléphone : « On a pensé aux familles les plus précaires : on a des milliers de petits Strasbourgeois qui mangent à la cantine selon des tarifs sociaux, un ou deux euros, trois à quatre fois par semaine, ce qui est important en termes d’équilibre alimentaire mais aussi financier pour les familles. »

© Coccinelle d’Alsace

Cette mesure concerne en effet 5039 familles, pour un coût total de 450 000 euros. Les premiers chèques devraient arriver la semaine prochaine, par voie postale. Il y aura, pour certaines familles, également un suivi avec une assistante sociale. « La semaine prochaine, plus de 5 000 familles vont recevoir ces chèques alimentaires, utilisables dans tous les magasins. On a voulu qu’ils soient utilisables dans tous les commerces et pas seulement les producteurs locaux parce que ces familles populaires ont parfois des problèmes de mobilité ou d’absence de services de proximité. »

Par ailleurs, il est important de noter que les maraudes continuent, grâce au travail associatif. Tout comme les douches publiques, qui sont désormais accessibles depuis le 6 avril, avec par exemple l’espace La Bulle, situé rue Fritz-Kiener, qui permet aux sans domicile fixe, de bénéficier de douches et de toilettes. Et pour plus d’informations sur comment aider les plus démunis avec la Ville, suivez ce lien.

Des demandes pour suspendre et/ou moduler les loyers dans les logements sociaux

En plus de ces initiatives citées ci-dessus, la Ville, par l’intermédiaire de deux élus, a appelé à la modulation voire à l’annulation des loyers pour les plus démunis au sein des logements sociaux. Paul Meyer explique sa démarche : « Le but c’est d’amortir la crise et réduire les difficultés sociales. Cette modulation ou annulation des loyers pourraient s’effectuer selon plusieurs critères. Par exemple, quelqu’un qui vit dans un logement social et qui demande depuis deux ans de changer de logement. Ou alors pour ceux qui sont dans des appartements dont le nombre d’habitants est plus grand que le nombre de chambres. Pour ceux qui sont victimes d’insalubrité et de nuisances, ou encore selon le quotient familial du ménage. Dans tous ces cas-là, il faut qu’il y ait modulation voire annulation. »

Cet appel a par la suite été suivi par Robert Herrmann, président de l’Eurométropole, envers les bailleurs, publics comme privés, cette fois-ci pour les étudiants souffrant de la précarité. Ces étudiants, dont on vous racontait l’histoire ici, étaient déjà extrêmement tributaires d’un emploi pour survivre en même temps que leurs études. Et se retrouvent ainsi sans revenu, dans un logement souvent exigu et dans l’impossibilité de rejoindre leur famille. En temps de crise et sans revenu, leur situation s’aggrave encore.

https://www.facebook.com/RobertHerrmann67/posts/1898981500238162?__xts__[0]=68.ARCcRkyXg-wKE7NB4tA3qwct3eV2xJbTjC0zW6he5ga0UyDmR2-hANQf3nK52b3PNh-lIXwcTU12m7O_QuJyHXZ4CQP2LeORYPb1HmFneVodNIYsvou2xeC8bfBo5W8bz533EZKKLn1VDj2fvJlUdbPqOftRxoq2kOapz7joGR9GuhYRqCCnd7G35lp8a2i6iZkSKQ28cfrbq5GuyqoLKtku-

Dès lors, ce sont deux appels différents et complémentaires qui sont lancés par la Ville et l’Eurométropole, et qui attendent encore un arbitrage de la part du Maire.

Strasbourg ne reste donc pas les bras croisés pour ses populations les plus démunies en ces temps de crise de coronavirus. On espère que l’appel aux bailleurs portera ses fruits et qu’il ne restera pas sans issue, de manière à ce que la pression puisse quelque peu s’enlever des épaules des populations les plus précaires de notre ville.

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

Strasbourg prend des mesures pour aider les familles les plus précaires

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !