Le festival s’est lancé cet après-midi avec un programme… haut en couleurs

Le FARSe, ou festival des arts de la rue de Strasbourg, s’est lancé cet après-midi à 16h, malgré les craintes météorologiques (alerte orange). Entre clowns, cirque, théâtre et autres formes artistiques diverses et variées, le programme s’implante au cœur de la ville pour faire sourire ou intriguer touristes, curieux et passants. On y a fait un petit tour pour vous montrer ce à quoi ça peut ressembler… attention, nudité colorée (et quelques spoilers).

On avait prévenu…

Le FARSe, c’est 27 compagnies de spectacle pour plus d’une cinquantaine d’heures d’art de la rue. Ça se passe dans toute la ville, de la Presqu’île Malraux au Musée d’Art Moderne avec une programmation pour les petits et les grands. Hier, on aurait pu voir par exemple un spectacle d’un duo clownesque « L’arbre à vache ». Dans leur spectacle, nommé BOB, transports en tout genre, un ouvrier en bleu de travail ouvre des cartons en guise de chapeau magique pour sortir des objets farfelus comme des légumes ou des explosifs.

Il les transforme au choix, invite des spectateurs à jouer avec lui, avale des rasoirs, recrache des fils ou encore fait mine de chercher maladroitement une radio qui s’active de manière surprenante. Un peu farceur (ça tombe bien… pour le FARSe LOL), quelques soupçons de magie et des bonnes tranches de bonnes humeur pour une recette qui fonctionne, captant efficacement l’attention des spectateurs présents en nombre sur la place de l’Etal.

Le temps d’une petite heure de spectacle et c’est le prochain qui vient directement à nous. La déambulation « Les gens en couleurs » arrive depuis la place d’Austerlitz. Comme son nom l’indique très simplement, ce sont des gens, en couleur, qui se baladent dans la rue. Ni plus, ni moins. Enfin presque. Les comédiens jouent à l’improviste avec leur environnement, se fondant dans la foule ou ressortant pour se coller avec des éléments de la rue tels des caméléons humains.

Humour, improvisation et spectacles artistiques en tout genre

Dérangeant, drôle, beau, curieux, choquant, sans intérêt, révolutionnaire… on aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou pas du tout? Plutôt team « ça interroge notre rapport à la foule, aux autres, aux corps et aux couleurs » ou plutôt team « caca art contempo-rien avec mes impôts » ? Ce qui est sûr, c’est que la compagnie perturbe et intrigue au vue de la foule qui suit et des réactions des passants surpris.

Les comédiens suivent silencieusement sans trop insister des personnes aux habits ayant la même couleur que leur peinture corporelle. Arrivés place de la Cathédrale pour la deuxième fois, des ouvriers équipés de scies leur préparent un étrange mélange. Les personnages colorés deviennent statues et sont fixés par une mousse qui se gonfle et se solidifie. Quelques instants plus tard, ils sont embarqués en tracteur. Oui en tracteur.

Voilà un bref aperçu de ce qui se passe au FARSe cette année. Bien sûr, il y a plein d’autres choses à découvrir comme un tango enflammé, des acrobates, de la jongle ou du théâtre de rue…. on vous montre tout ça dans quelques jours. Pour les tout petits, un espace et des activités sont organisées sur la Presqu’île Malraux. La Cour du FARSe, elle, est toujours à l’école maternelle Louis Pasteur. Le spectacle le plus attendu est probablement celui de clôture du festival: des éléphants mécaniques vont parader dans les rues. Une bonne partie des spectacles qui ont eu lieu hier sont rediffusés aujourd’hui ou demain. Pour tout renseignement supplémentaire, direction le site du FARSe, ici.


FARSe, festival des arts de la rue de Strasbourg

du 09 au 11 août

Horaires et lieux variables

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here