Choqué par des commentaires insultants sous un article en ligne parlant de menstruation, le photographe strasbourgeois David Zingraff a créé une série artistique pour « magnifier ce sang qui participe à la vie de tou.te.s, et ne doit pas être stigmatisant ».

« Je crois que c’était un article sur la coupe menstruelle. » Son crime ? Son image d’illustration, sur laquelle figure du sang brun plutôt que le liquide bleu habituellement utilisé pour représenter les règles. Les commentaires sont aussi nombreux que fleuris : « Beurk ! », « Dégueulasse. », « Et pourquoi pas une photo de caca tant qu’on y est ? »

David Zingraff est photographe. Genderqueer et féministe pro-sexe, son travail interroge les normes en se jouant des corps, des genres et des sexualités. Outré par ces réactions, il a voulu « faire quelque chose de toute cette violence » à l’encontre d’un phénomène naturel. Ainsi est née « Sacro-sang », une série artistique pour dédramatiser le sang menstruel :

« Pour briser le tabou autour du sang, il faut s’y confronter. J’ai donc imaginé une série d’empreintes de vulves réalisées avec du sang menstruel. C’est étonnamment esthétique, et chaque production est unique. Ça donne à voir une grande diversité de formes et donc de personnes qui ont leurs règles. »

Mais le tabou est coriace. Pour développer son idée, l’artiste a souhaité faire appel aux bonnes volontés : son post, publié sur un groupe étudiant strasbourgeois, est commenté 200 fois en une heure. Aux insultes crasses s’associent des menaces de mort : « Faut pas s’étonner que la peine de mort redevienne à la mode quand des gens comme ça ont droit à la parole ». Le post approuvé sera finalement supprimé par les modérateurs du groupe, dépassés. « C’était violent. Je pensais faire appel aux esprits brillants de jeunes ouverts et on m’a répondu qu’il ne fallait pas s’étonner que Daech fasse des attentats. Je suis persuadé que si je l’avais fait avec mon sang, on m’aurait « simplement » qualifié de taré, mais comme il s’agissait de sang menstruel, il fallait me punir. »

Des réactions violentes qui n’ont fait que convaincre David Zingraff de l’importance de sa série, dont il souhaite faire une exposition à terme. Pour cela, il recherche des participant.e.s. Chaque participation est anonyme et chaque participant.e est autonome, muni.e d’un kit composé d’un pinceau, d’une feuille et d’instructions.


« Sacro-sang »
Un projet de l’artiste strasbourgeois David Zingraff
http://davidzingraff.fr/sacro-sang

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here