Créé en 2018 par deux étudiantes strasbourgeoises rentrées du Canada, le FemFest est un événement qui vise la démocratisation des études féministes, déjà popularisées au Québec, auprès du public français. De ce mercredi à vendredi, deux conférences, deux cinés-débats et une soirée-concerts exposeront ainsi toute la pluralité, et la complexité, des perspectives féministes actuelles, d’un point de vue scientifique avant d’être militant. L’occasion idéale pour s’informer sans forcément se penser avec ou contre.

De ce mercredi 13 à ce vendredi 15 mars 2019, le FemFest rempile pour une nouvelle édition, la deuxième du festival universitaire depuis sa création. Projet solidaire propulsé par Unis-Cité, l’événement imaginé par les amies étudiantes Myléna Jehl et Sara Coulibaly a ainsi su trouver sa place auprès des strasbourgeois, visiblement séduits par la perspective scientifique des études féministes. Car si en France, le féminisme est encore souvent perçu comme étant indissociable du militantisme, outre-Atlantique ce pan de recherches universitaires porte un regard critique sur les rapports sociaux de sexe à travers le prisme des sciences, menant l’enquête sur les causes objectives des injustices perçues sans prosélytisme.

Bande-annonce du documentaire « Screaming Queens » de Susan Stryker

« Une sensibilité particulière au monde », selon les mots des deux organisatrices, qui se révélera comme l’an dernier sur trois jours par le biais de deux conférences, deux projections suivies de discussions et d’une soirée-concerts « FemFestive » au Molodoï. Ce mercredi, c’est la sociologue des médias Karine Espineira, aussi membre de l’Observatoire des transidentités, qui ouvrira le bal en déroulant le fil du féminisme depuis les émeutes de Stonewall, premier exemple de lutte LGBT, jusqu’aux transféminismes intersectionnels actuels ; conférence suivie par la projection du film « Screaming Queens » de Susan Stryker, qui revient sur les émeutes de Compton, pré-Stonewall. Jeudi, c’est la sociologue Jules Falquet qui fera le lien entre Monique Wittig, figure féministe, et les perspectives décoloniales d’Abya Yala, avant la projection du documentaire hybride « Born in Flames » de Lizzie Borden, qui retrace la constitution de bataillons d’auto-défense féminins.

La bande-annonce du documentaire hybride « Born in Flames » de Lizzie Borden

De quoi s’échauffer sérieusement pour la soirée-concerts de vendredi soir, où cinq groupes, parmi lesquels la chorale LGBT d’Alsace Pelicanto, l’inclassable Nygel Panasco, les rappeuses de l’antenne « Art & Miss », le duo post-punk King’s Queer, et enfin le trio électro MAL.E.S, encourageront les spectateurs à cirer le parquet du Molodoï. Une conclusion festive pour ce festival universitaire, qui veut faire connaître les théories féministes, plurielles, en donnant la parole aux femmes qui les étudient.

***

FemFest, festival féministe universitaire
2e édition du 13 au 15 mars 2019
J1/J2 : Conférences et projections gratuites sur inscription @ Institut Lebel
J3 : Soirée-concerts à 5€ @ Molodoï

1 commentaire

  1. Bonjour, quelqu’un pour me dire comment contacter les deux étudiantes pour un projet svp ? Myléna Jehl et Sara Coulibaly

    Merci. Corine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here