Riddim, Deathstep, Darkpsy, Minimalcore… ces mots vous paraissent peut-être étranges, pourtant ils rythment les sorties nocturnes de nombreux jeunes strasbourgeois, et ce chaque weekend ou presque. Pour vous, c’est peut-être le même boomboom assourdissant qui passe en vélo sous votre fenêtre à 5h du matin, mais pour eux, ça veut dire beaucoup.  Au risque de vous surprendre, que ce soit pour la dubstep ou la psytrance, il en existe différents sous-genre. Ces courants musicaux seront représentés dans leur diversité dans le festival de l’association 1518.

La bassmusic infecte la scène nocturne de tout part, jusqu’à envahir même des boîtes de nuit « commerciales ». Après la soirée « Epidemics » la semaine dernière, c’est à croire que le thème de la « toxicité » fait partie intégrante de cette branche de la musique électronique. Ce weekend, l’association 1518 revient en terrain conquis et lance son premier festival au Molodoï : L’InFest. Pour l’occasion ils mélangent deux de leurs concepts de soirées, Contagion et Psychose. En gros, le vendredi, c’est dubstep et le samedi c’est psytrance. Pour l’occasion, ils invitent quelques artistes étrangers qui ne sont jamais venus à Strasbourg, aux styles bien particuliers. Et nous, on vous offre des places et des boissons.

Pour cette première édition, le vendredi, jour de dustep, on a le droit à Code : Pandorum, un de maîtres de ce que certains appellent Deathstep, un genre touchant, où des voix de chorales ou des notes de musique classique se mêlent à des grosses vagues de basses pour un rendu brutalement épique.

1518, les anciens d’Arnicalious, pionniers de la dubstep à Strasbourg

Il sera accompagné du français Ganon, bien connu du monde du dubstep (pour un français c’est plutôt rare), étant donné qu’il a signé dans deux des plus gros labels du genre: Circus Records (Flux Pavillon, Rusko, Doctor P, Funtcase, Cookie Monsta…) et NeverSayDie (Midnight Tyrannosaurus, Soloman, Coffi, 50 Carrot, P0gman, Bar 9…). Des djs habitués de la scène locale seront également de la partie, notamment de l’écurie Toxic Squad ou 1518, pour compléter l’offre musicale avec de la riddim et de la drum’n bass. Une scénographie importante est prévue avec « beaucoup de lumières et un écran LED pour un effet brutal. » Bref, ça va suer au Molodoï.

 Tu aimes le bruit des transformers quand ils font l’amour? C’est comme ça que les païens décrivent la dubstep. Ça donne ce genre de sonorités industrielles cisaillantes ma gueule.

Vendredi dubstep, samedi psytrance 

Le lendemain, il faudra se remettre de ses contusions et de sa gueule de bois, pour repartir un peu plus en douceur et planer sur de la psytrance. C’est l’italien Gonzi, un artiste aux sonorités saccadées, sombres et délirantes, assez attendu des fans strasbourgeois, qui assure la tête d’affiche. Il est entouré lui aussi de la fine fleur de la scène locale, avec des représentants de TPN et toujours de 1518… mais aussi du suisse John Blake, membre des Psypotatoes. Ce collectif suisse mettra en place la déco du samedi, avec la touche typique de ce genre de soirée, éléments fluo, canopées, lycra etc…

Déco psytrance par psypotatoes/ Cré[email protected] stansmithphotographie

Notez les délicates envolées psychédéliques glissées entre le cœur du rythme sombre, obsessionnel et introspectif. Corrosif même. Du bon « boomboom » comme diraient tes parents.

Alors? Une soirée pleine de jeunes tatoués plus ou moins sobres avec des écarteurs aux lobes qui se dandinent violemment sur du gros son qui t’explose à la figure, ça te tente?

On te fait gagner 2×2 places avec ticket boisson pour se réhydrater après les pogos. Pour les autres, c’est 8€ par soirée en caisse du soir.


Pour se faire c’est comme d’hab’ :

Les gagnants seront annoncés sous le post et contactés en MP par un membre de l’équipe.


> Festival Infest par 1518 <

Vendredi 22 et Samedi 23 février

Au CAJ Molodoï, rue Ban de la Roche

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here