Salut toi. Tu rêves d’installer une piste cyclable dans ta rue ? De redécorer ton quartier ? De financer un jardin partagé en bas de chez toi ? Ça sera bientôt possible de le proposer à tes concitoyens et peut-être de le voir mis en place par la Ville. Mercredi soir, à l’occasion de la « semaine européenne de la démocratie locale » (la SEDL du 15 au 21 octobre, 11e edition) , deux mesures phares qui visent à inclure les citoyens de plus en plus dans l’évolution de la ville ont été annoncées : un budget participatif et une plateforme numérique « de participation citoyenne ».

C’est le fruit du travail de plus d’un an entre une poignée d’élus, des agents de la ville et quelques citoyens engagés. Un « pacte pour la démocratie à Strasbourg » était décidé en avril 2017 lors de « Sommets citoyens » et confirmé en avril 2018 par le conseil municipal. A l’intérieur, une charte de valeurs et de directives pour diriger les expérimentations futures de la Ville dans le cadre d’une vie collective plus en lien avec les habitants. Un comité d’éthique est mis en place et pourra être saisi si jamais les citoyens estiment que la charte n’est pas respectée. Issues de cette charte et des nombreux ateliers qui ont eu lieu, deux grosses mesures ont été présentées à la presse et aux citoyens mercredi en fin d’après-midi par Chantal Cutajar, adjointe au maire en charge de la démocratie locale et de la politique de concertation.

Plateforme numérique et budget participatif d’1 millions d’euros

La première grosse annonce c’est ça : un budget « participatif » d’1 million d’euros a été voté récemment au conseil municipal. A hauteur en moyenne de 100 000€ par quartier, la Ville propose de financer des projets déposés et votés par les citoyens. Vous avez jusqu’au 9 décembre pour déposer un dossier de projet et vous pouvez vous faire aider par vos mairies de quartier. Les services de la ville étudieront les critères et la faisabilité de tous les projets déposés et ils seront ensuite visibles sur la plateforme numérique à partir du 18 février, date à partir de laquelle les citoyens pourront voter pour les projets, qui seront réalisés à partir d’avril 2019. Un camion de la ville devrait se balader dans les différents quartiers courant novembre pour parler de ces deux outils et promouvoir l’opération auprès des habitants.

La deuxième, c’est la « plateforme numérique de participation citoyenne ». Un grand nom pour un site web qui permettra à tout un chacun de commenter et de participer aux projets de la ville, voire même de proposer ses idées. Les conseils de quartiers auront également leur propre espace et un espace commun entre eux pour une meilleure communication, pour voir toutes les concertations et pour qu’ils puissent plus facilement proposer leurs projets.

En tant que citoyen inscrit sur le site strasbourg.eu, vous pourrez proposer et signer des pétitions (réponse de la Ville à partir de 500 signatures et du conseil municipal à 2800 sur 6 mois), voir les différents projets/initiatives proposés ou en cours de construction et y participer ou encore en proposer vous-mêmes, notamment pour le premier outil, le budget participatif…

100 000€ en moyenne par quartier pour vos projets

« Il y a une forte demande de co-construction de la part des citoyens. Il va falloir que nous l’entendions. » – Chantal Cutajar

La SEDL, c’est aussi deux projections-débats. Une a eu lieu hier en présence de l’équipe de l’émission DATAGUEULE (Henri Poulain, Julien Goetz et Julien Lapoix) pour leur film « Démocratie(s) ». L’autre est une projection de «  Demain, tous crétins ? » de Sylvie Gilman et Thierry De Lestrade, suivi d’une conférence/débat sur les perturbateurs endocriniens avec la présence notamment de Corinne Lepage, ancienne ministre de l’environnement. L’évènement est censé participer à la réflexion de la ville autour des pesticides et des perturbateurs endocriniens, réflexion qui pourra aboutir à un rapport qui servira également à l’échelle nationale et européenne. C’est CE SOIR à 18h30 à la Salle des Congrès du Centre Administratif, 1 place de l’étoile.

Enfin, ce samedi 20 octobre, un autre projet prévu sur le long terme sera lancé. Il s’agit des « assises sur le rôle de l’étranger.e dans la cité ». L’objectif : mieux comprendre et améliorer les liens avec les personnes étrangères pour les inclure et les intégrer dans la vie de la ville. La réflexion autour de ce sujet devrait aboutir dans 1 an à un livre de propositions, à peu à l’instar de la méthode employée pour construire la plateforme numérique et le budget participatif. Rendez-vous à 9h à l’Hôtel de Ville.

Pour plus d’informations, et pour participer, c’est par ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here