Avec la venue de Thérapie Taxi pour leur concert à la Laiterie, j’ai rencontré Renaud, Adé et Raph pour une interview qui, des 15 minutes initialement prévues, est passée à 1h 30 de grand n’importe quoi. Retour sur une soirée complètement dingue avec un groupe qui ne se prend pas au sérieux, la tête dans l’atmosphère, tout en gardant les pieds sur terre.

C’est à la Laiterie que le rendez-vous a été donné. J’arrive à 18h, des personnes font déjà la file devant la salle. Le groupe est en train de faire ses balances, Raph est couché sur la scène, en jogging blanc et chaussettes, Adé commence les premières paroles de PVP. Visiblement, ce soir, « j’aimerais que tu couches avec lui » leur donne un peu de mal. Nous nous retrouvons dans les loges, pour discuter un peu. Renaud dessine, Raph checke son insta et Adé fume sa cigarette assise sur le rebord de la fenêtre. L’interview n’aura finalement jamais l’air d’une interview, puisqu’on parlera d’eux, de moi, de nos kiffs ciné, de Céline Dion, de jogging taché, du second groupe d’Ilan le batteur, tout ça dans une ambiance de salle de classe.

C’est votre deuxième fois dans cette salle de concert ?

Thérapie Taxi : Oui c’est notre deuxième fois à la Laiterie mais la première fois c’était au club, là on passe dans la grande salle. Et on revient le 24 mars.

La date est déjà complète.

Thérapie Taxi : Ah ouais? C’est ouf ! Il est dingue le public strasbourgeois, je ne sais pas d’où nous viennent tous ces fans dans le coin !

Il y a des gens qui font la file depuis un moment devant. Que des filles.

Raph : Ouais il y a beaucoup de filles, ça c’est parce que je suis beau gosse.

Moi je pense que c’est parce que tout le monde veut être au premier rang en sachant que de temps à autre tu fais monter des gens pour les embrasser.

Adé : Ouais voilà.

Raph : Regarde les gens sur insta comme ils sont marrants, je lui dit on s’en fout de ta vie, il répond c’est quoi vos prénoms ?

Vous êtes horribles.

Raph : Elle nous envoyait des vidéos de sa vie.

Adé : Y a des gens parfois ouais, leur petit déj, leurs fringues tout ça …

Vous devez recevoir pas mal de messages, mais vous ne répondez pas à tout le monde, si ?

Raph : Si, regarde je répond, parce qu’Adé a décidé de plus s’en occuper du tout, et Renaud n’a pas le droit, il est interdit.

Adé : moi de temps en temps j’y vais, mais quand il y a une meuf qui m’envoie une photo de ses chaussures bah je ne sais pas quoi répondre.

Raph : Bah tu dis je m’enfous de ta vie. Parfois on reçoit des messages d’amour parfois des messages pas intéressants, parfois des messages intéressants qui sont pas des messages d’amour, ça dépend de ce que je poste. Mais c’est vrai que c’est un travail à plein temps, ça m’amuse un peu.

C’est pas ce que je vous souhaite, mais si tout s’arrête, tu ne recevras plus tous ces messages,  tu le vivras comment ?

Raph : Bah mal, merci de le souligner. Je vais me sentir mal , mais bon ce ne sera pas la première fois dans ma vie.

Il va réecrire à tout le monde, c’est bon je m’enfous pas de ta vie enfait !

Raph : Je le vivrais peut-être pas si mal que ça, je m’y prépare depuis longtemps. Si tu veux pendant 6 mois je n’ai pas eu de smartphone, Instagram m’amuse beaucoup, j’aime bien leur parler comme si c’était mes potes, je suis un peu boulimique, je rattrape le temps perdu. Puis quand t’as rien à faire c’est cool. Tu peux créer des liens avec les gens avant même le concert.

Crédit photo: Lisa Hunzinger

Vous utiliseriez quoi comme mot pour décrire ce qu’il vous arrive en ce moment ?

Raph : Bah là chiant, avec les balances qu’on vient de faire… (rires) Non, c’est chouette, c’est très très bien.

Adé : Moi j’aurais dit fort, parce que fort ça peut être en bien et en mal, c’est juste fort.

Raph : Ça peut être château aussi.

Renaud : C’est mon prochain groupe: Château fort, de la musique médiévale.

Comment tu présentes des titres comme « Salope » à tes parents ?

Raph : Bah moi mes parents, ils la passait dans les repas de famille.

Adé : Je crois qu’on a pas trop des parents coincés. Ma mère n’aime pas trop cette chanson, mais elle ne m’a jamais dit que c’était bien ou pas bien, elle a juste dit, parce que c’était au tout début, qu’elle avait peur que ça nous grille direct, en mode c’est hyper dangereux comme premier truc. Et elle n’avait pas tort ma mère.

Raph : Bah si elle avait tort.

Adé : Ça aurait pu, mais au final c’est cette chanson qui a attiré les regards sur nous, mais c’était plutôt fondé comme crainte.

C’était couillu.

Raph : Bah ouais mais en même temps c’était une période où on était dos au mur, les gens en avait plus grand chose à foutre de nous, enfin ils en avaient jamais vraiment eu quelque chose à foutre de nous avant, mais c’était une période de transition où moi j’ai proposé ce truc en disant: »Est ce qu’on y va ? » Quand j’ai proposé le titre j’ai dit: « Est ce que tout le monde est ok avec ça ? » Parce que je comprend qu’on ai pas envie de chanter ça, mais oui c’était couillu et en même temps c’est jouer un peu avec les codes.

Adé : Au final là tu vois dans la réédition, il y a des morceaux qui étant donné que j’ai déjà fait « Salope » voilà je m’enfous maintenant, mais si j’étais d’abord allé voir ma mère en disant:  » alors voilà j’ai une chanson où je parle de frotter une bite sur ma bouche », au final je trouve ça plus dur que d’insulter quelqu’un tu vois. Vis à vis de tes parents. C’est chelou.
Mon grand père il kiffe notre musique.

Raph : Puis on s’enfout un peu tous. Ça reste des chansons.

Vous êtes tous assez jeunes …

Adé, Raph: Pas Renaud

…Comment on vit un succès aussi fulgurant ?

Raph : Je sais pas si ça dépend de l’âge , chacun le vit à sa manière,

Adé : Moi ça dépend des jours et des situations, des fois ça me saoule. Ça fait 24 h que je suis là à Strasbourg, j’étais chez une pote et on se balade, et je me suis dit trop bien, personne m’a checké, juste ce matin une meuf m’a prise en photo. Et Renaud tout à l’heure, j’arrive et il me dit : « Oh y a plein de gens qui m’ont dit qu’ils t’avaient vu dans la rue. » Sauf que moi j’ai pas vu qu’ils m’avaient vu tu vois et ça c’est chelou.

Mais tu préférerais que les gens viennent tous te voir ?

Adé : Je sais pas… Non, Non, mais c’est bizarre.

Raph : Ce qu’elle décrit là ça peut rendre un peu paranoïaque.

Adé : Ouais, c’est que tu te dis putain je suis avec ma pote et si ça se trouve j’ai des crottes de nez. Les gens ils me regardent et je les ai même pas vu. Je suis pas maquillée.

Raph : Qu’est ce qu’on s’enfout je vois pas le rapport.

Adé : Je déteste ma tête quand je ne suis pas maquillée, mais la journée j’ai la flemme et puis c’est pas bon pour la peau.

Oui le fait de savoir qu’on a été observé sans le savoir peut être perturbant, t’aurais très bien pu être entrain de te gratter le cul.

Adé : Mais ouiii voilà ! Ça va on a pas encore les paparazzis.

Raph : Regarde moi là je suis complètement crade mes cheveux partent en couille.

Oui je suis d’accord.

Raph : Bah merci.

Adé : Y a des boloss qui font des roues arrière dehors.

Vous êtes beaucoup ensemble, vous pouvez me citer un défaut et une qualité de chacun des autres membres ?

Raph : Mais tu sais que ça c’est une question qui peut nous faire partir en couille là hein, c’est pas une très bonne question, c’est le genre de truc qu’on va se dire entre nous, quand tu passes autant de temps avec des gens c’est un équilibre à tenir.

Adé :  Renaud c’est quand même un gros connard, ça je l’ai jamais dit, je te lâche une exclu.

Crédit photo: Lisa Hunzinger

Si demain vous organisez votre propre festival de musique vous invitez qui ?

Raph : Trop de monde, ce serait chant-mé.

Adé : Si on est tous programmateurs ce serait très varié.

Renaud :  Mais non chacun fait une journée. On commence à 16h le vendredi vas-y tu mettrais quoi en mode chill?

Raph :  Bah je mettrais bien les Papooz. Ce qui m’intéresserait trop c’est comment tu places les groupes et pourquoi tu fais passer celui là avant celui là.

Adé : Tu met Pépite, tu met Clara, une scène chill en mode plage, parce qu’évidemment il y aura un point d’eau. Amarula Café Club évidemment.

Raph: Mais c’est sûr qu’en fin de soirée, moi je met un Agar Agar, Contrefaçon, quand il fait bien nuit et que tout le monde est bien énervé.

Renaud: Vitalic. Gesaffelstein juste pour le kiff.

Raph : Ah non non pas Gesaffelstein. Ah aussi je met le Camion Bazar, tu sais ils ont juste un stand à coté pour ceux qui veulent écouter un peu de disco house. Moi je mettrais bien Corinne, je l’ai vu y a pas longtemps et ça groovait un max, donc ça a 20 h c’est cool. A 20h pour faire un peu danser les gens ils font un bon rappeur aussi. Bah Orelsan c’est bien, mais on aurait pas les moyens de se le payer.

Adé : Si mais il vient parce que c’est un pote tu vois! Il nous fait un prix d’ami ! C’est sûr qu’il viendrait, on lui dit : « oooh t’es trop mon frère. »

Raph: Ah si je sais on met Bagarre !!!! Juste après Corinne et on met Inüit parce qu’ils sont trop bons aussi. Et le lendemain matin,  tu met Basile di Manski pour redescendre de ta D. C’est trop bien. Terrence Parker aussi, on fait venir Terrence Parker avec son phone.

Renaud : La nuit trop tard Jon Hopkins. Et Nils Frahm.

Adé: Avec Rone après! Il me faut Rone à un moment hein.

Raph : Juliette Armanet il nous la faut aussi juste après Basile di manski, pour le réveil du matin et juste pour que je puisse la voir enfin. Et on programme Fishbach pour que je puisse la rencontrer.

Adé : Mais oui, en mainstage, histoire de la mettre bien, un petit caviar et tout.

Raph: Et là elle me parle pas, je n’existe pas ; elle te pécho devant moi.

Adé : Elle te dit: « Tu peux me ramener du PQ ? ».

Renaud :  On fait revenir Manau exprès pour l’événement !

Raph : Je suis trop chaud et à 21 h quand tout le monde est au max on met Kyo à fond.

C’est quoi les interdits ?

Adé : Manau, Camille, Stupeflip, Calogero. Kyo c’est cool. A un moment tout s’arrête, panne de courant et là y a des flammes qui sortent, des paillettes et là Céline !

Raph: Céline Dion qui arrive en hélicoptère.

Renaud : Et là y a l’ange Tina Turner et puis Whitney Houston qui la porte !

Raph :  Elle est morte Whitney Houston ? Mais non Whitney Houston elle est trop pas morte.

Bah si.

Raph: Ah ouais ?! Ah merde. J’avais raté l’info.

Adé: Elle est partie sur une overdose.

Renaud:  Ah et Aretha Franklin aussi.

Adé: Céline Dion parce que c’est une pote tu vois

Du coup on fait ça au bord de la mer ?

Adé : Ouais en Corse ! Et il faut aussi des arbres pour que les festivaliers arrivent à survivre.

Si ca n’avait pas marché dans la vie vous seriez partis sur quoi ?

Renaud : Vétérinaire.

Raph: CPE, je dis ça parce que j’étais pion, et ça aurait été une bonne planque.

Adé: Moi je ne sais pas, parce que c’est venu au moment où j’aurais dû faire un choix.

Si vous pouviez emmener quelque chose de Strasbourg chez vous ?

Adé: En visitant la ville j’ai trouvé ça trop beau, on avait rien vu la dernière fois, et la Petite France c’est trop beau. Y avait une super ambiance, c’est pas très grand, c’est tranquille, y a personne, il faisait beau.

Ouais bah ça c’est en ce moment parce qu’en été c’est rempli d’allemands.

Raph: Oh je déteste les allemands.

Renaud: Moi je viens d’Alsace, ma maman vit à Wittelsheim prés de Mulhouse ! Je connais surtout Mulhouse mais je suis peu allé à Strasbourg.

A quel moment ça t’es venu à l’esprit de prendre des filles dans le public et de les embrasser?

Raph: Alors déjà ce n’est pas toujours des filles. En fait la chanson s’appelle « Bisous tendres » et la première fois qu’on la faite c’était à Nantes, et ça m’est venu comme ça, j’ai pris une fille ou deux pour danser sur la scène et c’est des trucs qui arrivent. Tout le monde en a fait tout un truc mais en réalité ça a dû arriver trois fois qu’on s’embrasse vraiment, mais puisqu’une fois ça s’est passé au Solidays…

Adé: Et que ça a été relayé sur Public.fr ( rires). L’info a tourné. A la base l’idée c’était pas de se rouler des grosses pelles, l’idée c’était de se faire des bisous.

Raph :  Les derniers temps je le fais moins parce que j’ai entendu plein de trucs gavants du style des gens qui se montent des histoires pas possibles et qui créent des polémiques, y a des gens que ça choque, mais voilà ça se passe parfois, ça s’est passé une fois on s’est dit ah c’est marrant.

Therapie TAXI – Bisous Tendres

Voilà, on était beaux, on était plein d'amour, c'était notre premier été de festivals et vous l'avez rendu mémorable. Bisous tendres sur chacunes de vos joues, de vos bouches et de vos cous.

Publiée par Therapie TAXI sur Dimanche 9 septembre 2018

Y a que toi qui le faisait non ?

Adé:  Non une fois y a une meuf qui m’a embrassé alors que javais rien demandé (rires) j’étais entrain de jouer et elle a fait Adéééééé et elle a collé sa bouche sur la mienne, mais non moi c’est pas tout à fait ma passion d’embrasser des inconnus.

Raph: On se laisse la surprise de ce qu’il peut se passer. Plus les gens sont motivés et plus on est bons en général. Ici c’était chouette la dernière fois, le public est super fun. J’ai aucun doute sur le fait que le public va être bien ce soir.

 

Du coup ça pécho maintenant ?

Raph: Ah bah y en a un pour qui ça a changé la vie.

Renaud:  Bah ouais moi je suis moche. D’habitude y a personne et là je sais pas pourquoi Strasbourg, d’un coup « ah si tu veux on se voit ce soir », après y en a une autre « si tu veux on se voit ce soir. » Woooow calmez vous. Et c’est le genre de plan où a la fin tu finis tout seul dans ta chambre.

Adé: Bah pour moi pas du tout, je fais en sorte que non aussi, y a que des meufs de toute façon, si j’étais lesbienne ce serait un festival. C’est surtout des meufs qui me parlent. Des meufs fans.

Raph: J’avoue que j’en profite un peu. Une relation un peu sérieuse que j’ai eu c’est quand même venu sur insta avec ça. Mais après ça n’a pas vraiment changé ma cadence sexuelle. C’est des possibilités. En fait c’est bizarre. C’est pas du tout naturel.

Adé: J’imagine. Moi je me retrouverais devant un mec complètement fan je serais trop gênée, tu sais le mec en mode tout pour te plaire.

Raph: On voit déjà toi comment t’es ouf devant Rone. T’as un coté starification et t’as aussi que quand t’aimes un artiste t’es toujours un peu impressionnée. Du coup tu fais attention à tout. La personne elle est limite tétanisée.

Adé: Tu pars d’une base qui n’est pas saine. Moi souvent je reçois des je t’aime, ça me fait rigoler.

Raph: Moi par exemple Fishbach je l’ai jamais vu, je suis quand même amoureux, ça arrive des choses comme ça. Après je te rassure avec nous le truc est vite désamorcé, ils se rendent vite compte qu’on est juste des petits cons.

Un livre ou un film qui vous a marqué ?

Raph: Climax et Sauvage. Faut pas le voir autrement qu’au ciné. Tu connais Gaspar Noé ?

Ouais j’adore Gaspar Noé, ce mec est incroyable. Enter the Void, irréversible, Love.

Raph et Renaud: Alors vas-y putain fait pas chier, c’est son meilleur film, moi j’ai toujours été très mitigé, j’aimais sans aimer mais Climax c’est une œuvre cinématographique, c’est un truc que je n’avais jamais vu avant.

Renaud: C’est une expérience.

Raph: Si t’aimes Gaspar Noé, c’est de loin son meilleur film. Et au ciné ! Sauvage en revanche pas besoin de le voir au ciné.

Un petit mot pour votre public strasbourgeois ?

Thérapie Taxi: On les aime beaucoup ! On a un très bon souvenir de notre date en mars, donc on a d’office de l’affection pour eux puisqu’ils remplissent nos salles à chaque fois et qu’ils sont chauds. A priori c’est ce qu’on demande à notre public. Vive l’Alsace libre. Strasbourg c’est joli !

Vos projets pour la suite?

Renaud: La réédition qui sort en novembre. Et une tournée qui continue jusqu’à décembre. Puis mars/avril. Et évidemment on revient cet été.

>> Propos recueillis par Emma Schneider <<

Merci à l’équipe de la Laiterie et de Thérapie Taxi pour leur accueil.


Finalement, après un concert complet et survolté, qui a fait suer les murs de la Laiterie. Nous avons débarqué avec Thérapie Taxi et une trentaine de personnes, à une adresse laissée par des personnes du public. Ce sont des gens endormis et en pyjama qui ont fini par nous ouvrir en mode « on aurait jamais cru que vous alliez venir » et par nous accueillir pour un after dont chaque personne présente se souviendra. Les quelques mots qui me viennent pour résumer ce moment sont: électro à fond, gens sur les tables, alerte apéro, avion Barbie, mots doux sur les murs, police, amende, « vous foutez tellement le bordel qu’on était pas sûrs que l’immeuble tienne », suivie d’une sombre histoire de « cependant », de Beethoven et de gel douche printanier. Une chose est sûre, Thérapie Taxi sait faire kiffer son public.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here