À toi, le nouvel arrivant qui met les pieds à Strasbourg pour la première fois de sa vie. Toi le néophyte, le débutant qui ne sait pas ce qui l’attend : bienvenue dans la capitale française du vélo (et c’est pas moi qui le dit, c’est la Fédération française des usagers de la bicyclette, qui classe Strasbourg en tête dans son palmarès des meilleures villes cyclables de France*). Ici tu vas vite le comprendre : le vélo est roi du bitume, roi des pistes, roi sur le trottoir. Et le piéton a intérêt à faire gaffe à ses angles morts s’il ne veut pas y laisser la vie.

Vélo, l’enfant-roi

Un culte qui va trop très loin

Strasbourg est comme un cœur qui déverse à chacune de ses pulsations un flot continu de cyclistes. Mais ce sont des électrons libres : s’ils forment un essaim, c’est pour mieux se séparer au prochain carrefour, à la prochaine rue. Trêve de blabla, ça fuse dans tous les sens quoi !

Bon ok, je force peut-être un peu le tableau, mais au cas où tu ne l’aurais pas compris, le vélo à Strasbourg, c’est un mode de vie, une philosophie, une idéologie ! Au point qu’on a changé la formule : adieu métro boulot dodo, ici c’est vélo boulot dodo.

Et comme de plus en plus de villes en France, on a un notre collectif local « Vélorution Strasbourg » qui organise fréquemment des rassemblements à vélo. Souvent pour défendre  la place de ce mode de transport dans l’aménagement urbain mais pas que ! On se mobilise autour de sujets de tout poil : lutte anti-GCO, urgence climatique..etc.  Bref, le vélo à Strasbourg est aussi un moyen d’expression et de visibilité politique. (Oui, la roue tourne va tourner !)

©Vélorution
©Vélorution

Et dans le même genre, la ville organise des évènements uniques en France : comme la véloparade nocturne qui a lieu chaque année (c’est-à-dire une promenade festive et « déjantée » dans les rues de Strasbourg) et même un festival consacré au vélo qui avait lieu ce week-end ! Oui, le délire va très loin. Ils sont fous ces strasbourgeois.

Vélos et piétons : le choc de la rencontre

Blague à part, d’après les chiffres de la Communauté urbaine de Strasbourg, l’Eurométropole compte 121 000 déplacements à vélo par jour sur 1 596 000 déplacements au total pour la CUS.

Forcément devant cet engouement massif tu imagines bien que les zones communes aux piétons et aux cyclistes sont de vrais champs de bataille urbains. Avec l’expérience, tu apprendras à les éviter, ou à les traverser avec prudence. Vélo est enfant de bohème qui n’a jamais jamais connu de loi (surtout pas le code de la route). Alors prends garde à toi sur l’avenue de la Victoire, aux arrêts de tram Observatoire et Université. Ce sont LES points sensibles de rencontre piétons/cyclistes qui te vaudront de belles sueurs froides. Idem pour le centre-ville qui est un vrai terrain miné. Ne t’y aventure qu’avec une bonne dose de préparation psychologique petit soldat. Tu comprendras vite pourquoi…

Slalom entre les piétons, vitesse vertigineuse à hauteur des stations de tram, usage des trottoirs pour remonter les files de voitures, respect tout relatif des feux de signalisations : tu frôleras la crise cardiaque devant certains comportements cyclistes… Puis tu auras peut-être des petites frayeurs comme ça… du genre MANQUER DE PERDRE UN ORTEIL EN ETANT RASÉE D’UN PEU TROP PRÈS. Même si il y a souvent plus de peur que de mal, cela n’inspire pas confiance pour déambuler sereinement dans les artères de la ville.

Bref, le nombre d’accident corporels impliquant des cyclistes en 2017 a certes baissé (d’après les chiffres de l’adjoint au maire en charge des mobilités alternatives, nous sommes passés de 105 en 2016 à 86 en 2017), mais pas de quoi se reposer sur ses lauriers.

Et alors, chapeau bas si tu arrives à tracer ta route sans te faire klaxonner. Parce que l’usage largement abusif de la sonnette de vélo est un indispensable chez tout cycliste strasbourgeois qui se respecte. Vélo n’a jamais connu de loi te dis-je. À Strasbourg, tu te feras engueuler à coup de sonnettes sans savoir pourquoi. Souvent. C’est la base. Suffit que la piste cyclable soit ensevelie sous une montagne de feuilles mortes, que tu aies le malheur d’y poser tes petons et que manque de pot, (parce que la poisse et toi êtes de vieilles bonnes copines) un cycliste aigri vienne à passer par là et c’est fini ! (Sens-tu l’expérience traumatisante suinter de ces mots ?)

Spoiler alert : quand on vient d’une région, d’une ville où la culture du vélo est moins implantée qu’à Strasbourg, on a pas toujours les bons réflexes à adopter. Malheureusement vélo-enfant-de-bohème est insolent et souvent totalement dépourvu de patience envers les p’tits nouveaux qui encombrent sa route.

Bon. Ok, on râle et on fait plein de généralisations excessives. En fait quand toi aussi tu auras goûté aux joies de pédaler les cheveux au vent, tu t’y mettras forcément. Parce que c’est quand même le transport le plus cool de l’univers. (Mais oublie pas que tu as été piéton dans une vie antérieure). On te laisse avec le mot de la fin prononcé par Monsieur Zola.

Signée une adepte du vélo parmi tant d’autres.

« J’aime la bicyclette pour l’oubli qu’elle donne. J’ai beau marcher, je pense. A bicyclette, je vais dans le vent, je ne pense plus, et rien n’est d’un aussi délicieux repos. »

(Les annales politiques et littéraires, volume 27)

*Enquête révélée en mars dernier, effectuée à l’automne 2017. 113 000 personnes ont répondu à un questionnaire en ligne pour décrire la pratique du vélo dans leur ville. Toutes ces données ont permis à la Fédération des Usagers de la Bicyclette d’établir un classement où Strasbourg obtient 4,1 votes sur 6.

9 COMMENTAIRES

  1. cela fait 20 ans que je suis cycliste à strasbourg (putain déjà…) et le trafic velo est devenu assez dingue par endroit aujourd’hui. Dans certaines zones à risques à certaines heures (grandes arcades en journée,…) les cyclistes, dont je fais partie, devraient être obligés de mettre pied à terre et pousser le velo, cela se fait à Copenhague dans les rues piétonnes très fréquentées et c’est plus apaisant.

  2. L’usage du klaxon abusif… Hum c’est surtout une question de sécurité ! Les piétons sont souvent tête en l’air et ne remarquent pas qu’ils sont sur la piste cyclable, et changent de direction sans regarder.
    Et oui piler à vélo est dangereux pour le cycliste. Donc traverser une piste cyclable sans regarder ou quand le cycliste n’a pas le temps physiquement de s’arrêter c’est dangereux (et c’est en continu que des gens font ça).

    Bien-sûr pleins de cyclistes roulent n’importe comment, mais pour être à la fois piéton et cycliste, c’est clairement sûr le vélo qu’on est le plus en danger, on doit faire ultra attention à tous ceux qui ne regardent pas leur environnement. Le nombre de gens (à pieds et à vélo) qui sont sur leur portable en continu est affolant et tellement dangereux !
    Les cyclistes doivent respecter les trottoirs c’est certain qu’il faut travailler là-dessus. Mais il faut aussi que les piétons respectent les pistes cyclables. C’est dans les deux sens.

    Ensuite il y a des aberrations dans les zones de rencontres cités. Il faudrait securiser et differencier les espaces. Pour que les piétons et les cyclistes puissent se déplacer en sécurité.

    Et on ne parle même pas des voitures qui refusent sans cesse les priorités quand ils ont un cédez-le-passage pour traverser une piste cyclable, ou qui ouvrent les portières sans regarder.

    Sincèrement, je réitère je ne nie pas la débilité et dangerosité de pleins de cyclistes. Mais prenez votre vélo tous les jour, en respectant le code de la route, et vous verrez à quel point c’est dangereux d’être cycliste.

    PS : les piétons qui critiquent les vélos qui grillent les feux… Hum c’est pas comme si les piétons respectaient les deux rouges et les passages piétons donc faut pas être de mauvaise fois non plus.

    • Vous avez tout résumé….et se plaindre à la fois de ne pas entendre un.velo….de risquer de se faire frôler et du klaxon avertisseur du vélo qui veut simplement dire au piéton par essence sans rétro…attention j arrive derrière vous…..et surtout n ayez pas la splendide idée de changer de trajectoire au dernier moment…c est à ça qu’ on reconnaît le nouvel arrivant …

    •  » c’est clairement sûr le vélo qu’on est le plus en danger »
      alors oui, plus de 60 % des accidents mortels à vélos est à responsabilité du cycliste . faut apprendre à rouler un jour.

      je vis au centre de strasbourg, les vélos c’est n’importe quoi, faut vraiment être courageuse ou aveugle pour faire passer les cyclistes comme victimes de la circulation.
      aucun respect des piétons, des personnes fragiles, les passages piétons on en parle pas, vous ne vous arrêtez jamais, toujours à essayer de passer devant ou derrière le piéton pour finir par se faire ramasser pas une voiture car on grille les priorités.
      les zones ou vous n’avez pas le droit de circuler ( austerlitz ) tout le monde s’en fout et ça permet d’user de la sonnette.

      j’ai perdu des amis à vélo, et ils étaient responsable il faut le dire.
      alors dire que les cyclistes peuvent griller des feux car les piétons le font c’est d’une maturité et d’une intelligence affolante.
      j’espère ne jamais vous croisez sur la route, le trottoir ou une piste cyclable vu le danger que vous semblez être.

  3. l’avantage à Copenhague c’est qu’il y a des axes rapides pour traverser le centre…ce qui fait cruellement défaut à notre ville, quand on est à Neudorf, traverser le centre en direction place des Halles est un sacré bourbier. Il manque un espace correctement délimité permettant de traverser le centre ill

  4. D’accord pour tout sauf pour la sonnette, qui n’est pas un klaxon et qui ne remplit pas ce rôle. Comme pour le tram qui l’utilise aussi, la sonnette sert à annoncer l’arrivée d’un véhicule que le piéton n’entendait pas venir autrement. Alors à ceux qui s’offusque de l’usage de la sonnette, allez donc vous faire renverser quand vous déambulez en zigzag sur la piste cyclable les yeux rivés au smartphone.

  5. C’est vrai que c’est la jungle pour les pietons! Petite précision, le klaxonne n’est pas toujours fait pour raler mais surtout pour prévenir de notre arrivé souvent dans le dos du piéton. Un changement de direction est vite arrivé!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here