Phil, 30 ans, directeur artistique à la Popartiserie.

► Ce que tu aimes à Strasbourg ?

Pour aller boire un verre, j’aime bien aller chez Jeannette et les Cycleux. Le Phono et le Mudd aussi, ça change souvent d’ambiance.
J’aime bien… J’adore la Krutenau ! Le brunch du Diable Bleu et le Wawa, la place est cool et la déco pas mal du tout.

En dehors de la Krut, j’aime beaucoup l’Orangerie. Juste pour s’y balader, se poser dans l’herbe et boire un coup. On respire.

► Ce qu’il te manque/t’énerve à Stras ?

Manger et sortir à n’importe quelle heure ! Beaucoup de villes l’ont déjà acquise et Strasbourg n’a pas encore cette culture « vie H24 ».
Je finis souvent le boulot après 22h, du coup j’ai souvent l’impression d’être chronométré si je veux me faire un resto ou me poser dans un bar avant de rentrer dormir.

► Comment vois-tu Strasbourg dans 3 ans ?

Wouaw. C’est une question vraiment ouverte !

J’espère qu’il y aura encore plus de choses à faire. J’ai toutefois légèrement peur que Strasbourg devienne trop touristique et qu’on y perde un peu notre côté « ville à taille humaine ».
Du coup, dans 3 ans, j’espère qu’on aura pris la bonne direction et qu’on restera sur des découvertes sans pour autant perdre une partie de ce qui nous définit.
L’arrivée des grandes chaînes et l’uniformité qu’elles nous apportent ne devra pas prendre le dessus sur la facette atypique de notre ville.
Bref, je croise les doigts pour que l’on devienne métropole, mais pas trop non plus.

► Un peu plus léger : c’est quoi ta musique du moment ?

The National – Graceless.

Je l’écoute depuis pas mal de temps c’est récurent, mais c’est la première musique qui me vient à l’esprit quand tu me poses cette question.

► Tes actus du moment ?

Comme toujours, des expos, des concerts et des évènements en tout genre !

En octobre, on sort une nouvelle expo avec un thème imposé : Les Contes de Fées. Il y aura 15 street artistes invités.

Le 12 novembre, on lancera également un festival musical qui aura lieu à la Popartiserie tous les 6 mois.
Le concept c’est de jouer avec guitares et voix uniquement. On veut sortir les musiciens locaux de leur zone de confort en leur soumettant ce petit challenge.
On vous en dira bientôt plus.


Vous pouvez suivre Phil et la Popartiserie sur les réseaux pour ne rien manquer de leurs actus :

« Génération Strasbourg » : comprendre la démarche en cliquant ici.

Photographie : Maria Fernandes
Texte : Vivien Latuner

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here