L’après-midi de ce mardi 5 avril, ce n’était pas la fameuse Schneider Aventinus, ni la délicieuse Erdinger qui coulait à flot à La Kulture, mais bien le sirop de grenadine.

Ce n’était pas non plus les habituels étudiants, jeunes actifs et trentenaires qui occupaient les chaises du bar, mais bien des jeunes collégiens venus tout droit de Franche Comté.

Rassurez-vous, La Kulture ne s’est pas transformée en centre aéré, mais cette expérience pourrait peut-être lui en donner envie…

Il y a quelques mois de ça, Élise et Rémi, professeurs d’arts plastiques et de mathématiques au collège Les Hautes Vignes à Seloncourt, ont eu l’idée un peu barge d’emmener leurs élèves à Strasbourg pour une journée de médiation culturelle autour du street Art. Et Après quelques mois de persévérance, de négociation et de réflexion, leur bébé allait enfin voir le jour. Il est 8h du matin, et les voilà enfin dans le car, direction Strasbourg.

IMG_0981

Après un parcours initiatique dans le quartier gare, à la découverte des graffs et autre fresques d’artistes, les 26 collégiens ont visité l’hôtel Graffalgar, dont les chambres sont à elles seules des œuvres d’art. Mais la journée sera courte, et nos jeunes ont de la route, c’est donc sans plus attendre que leurs professeurs les accompagnent vers la dernière étape de la journée, vous l’avez compris : La Kulture !

Et oui, car comme vous le savez peut-être, le caveau de la Kulture a été entièrement graffé par une petite dizaine d’artistes peu après son ouverture. Après une petite pause, une grenadine et une présentation du lieu par Antoine, son créateur, nos 26 jeunes ont donc enfilé un masque, et sont descendus au caveau où deux graffeurs -Chemss et Monsieur Tête- présents pour l’occasion, laissaient libre cours à leur créativité. Très vite, les jeunes se sont intéressés à nos deux compères et commencèrent à poser une multitude de questions. La suite, vous la connaissez sûrement, il n’a pas fallu 5 minutes avant qu’un premier jeune attrape une bombe, et commence à se laisser aller frénétiquement sur les murs du caveau. Et ce n’était pas une mince affaire de les stopper 20 minutes plus tard, vous pouvez me croire.

Bon, soyons sincère, le caveau y a perdu des plumes ! Et on ne voit plus grand-chose du travail de nos amis graffeurs, mais quelle importance ? Que vaut un mur contre les rires et l’enthousiasme d’une bande d’ados heureux ?

IMG_0967

A cette époque où l’accès à la culture n’est pas une évidence pour tous, on ne peut que saluer l’effort de ces deux enseignants.  En effet, dans un contexte où l’art de la rue peine vainement à redorer son image et où on laisse Yann Moix nous parler de rap, une telle démarche ne peut être accomplie qu’armé de valeurs, de convictions et de passion, et ca c’est beau ! En plus d’être une leçon de médiation culturelle, cette démarche reflète aussi un réel engagement éducatif de la part de ce collège, qui s’est donné les moyens de proposer une alternative aux enseignements classiques. Et dieu sait que toi aussi tu aurais préféré avoir l’opportunité de taguer un « rpz 67 » en cours d’arts plat, plutôt que de coller des herbes dans un cahier (oui oui on l’a tous fait).

Aller à la rencontre de l’Art non-conventionnel, en rencontrer ses artistes, pratiquer à leurs côtés, échanger, transmettre, partager, créer du lien…Si c’était ca le pari d’Élise et Remy, alors ils l’ont gagné haut la main.

14H30 pétantes, j’ ai vu repartir ces jeunes excités comme des puces, remerciant chaleureusement  leurs professeurs ainsi que l’équipe du bar, parlant déjà de s’acheter une bombe de peinture à leur retour. Quant à moi, je suis resté là béat, et me suis dit que La Kulture n’avait jamais si bien porté son nom.


18591_10203642315453506_2598413460305544194_nSAMY DRATTE

Du simple apéro à la grosse teuf, en passant par une petite expo, tout est prétexte pour sortir de chez moi.


IMG_0942IMG_0963IMG_1007IMG_0952IMG_0950IMG_1032IMG_0984IMG_0990

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here