Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

4 histoires d’horreurs alsaciennes pour Halloween

27.1k Lectures
Publicité
Publicité

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Des monstres aux fenêtres, des bonbons à outrance et quelques pipis dans la culotte…

Ça y est, nous sommes le 31 octobre et Halloween c’est déjà ce soir !

Pour s’acclimater et se plonger dans l’ambiance angoissante le plus tôt possible, je vais vous raconter quelques histoires parmi les plus horribles et mystérieuses d’Alsace.
Fermez le verrou de votre porte à double-tour.
Installez-vous confortablement sous votre couette.
Bonne lecture.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title= »Le diable et la place de la Cathédrale » color= »custom » accent_color= »#dd6b13″][vc_column_text]

DSF0330-dhodho-strasbourg-cathedrale-nuit-nb-1920x1187
Crédit : dhodho.net photos

Avez-vous déjà remarqué le vent place de la cathédrale à Strasbourg ? 
Quelque soit la saison ou l’heure à laquelle on y passe, le vent est toujours plus fort ici qu’ailleurs.

Une ancienne histoire raconte qu’une fois la cathédrale enfin achevée, la renommée de sa magnificence parvint jusqu’aux oreilles du Diable.
Curieux, il décida d’aller la visiter en empruntant le vent en guise de monture. Arrivé aux portes de l’édifice, il abandonna son destrier. Mais à peine eut-il pénétré à l’intérieur que la splendeur des lieux le terrassa de jalousie. Foudroyé, réduit à néant, il n’en sortit jamais.

Et devant le portail, le vent est toujours là à l’attendre, faisant tourbillonner les jupes des passantes et s’envoler les chapeaux des messieurs quand il ne souffle pas un air glacial au coeur de l’hiver. D’ou le nom donné : le vent du diable.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title= »L’hôtel abandonné de Sélestat  » color= »custom » accent_color= »#dd6b13″][vc_column_text]

8574420165_91c7625904_b

Si vous avez déjà roulé sur le RN83, vous connaissez sûrement cette bâtisse.

À l’abandon depuis les années 70, il s’agissait d’un hôtel qui finalement n’a jamais été exploité.
Pourquoi personne ne l’a reprit ou démoli ? On dit que les lieux seraient hantés.

Depuis des années, l’endroit a été squatté et tous ce qui pouvait être volé a disparu. Pourtant, dans une pièce se trouve un tas de chaussures et de boîtes de fer de plusieurs mètres de diamètre. Etrange.

Certains personnes pensent qu’une secte satanique organisait ici des messes noires dans les années 80.
D’autres, qu’une jeune femme est morte sur place et que son fantôme hante toujours la bâtisse. On pourrait l’apercevoir certains soirs à la fenêtre du dernier étage.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title= »Le pont du Corbeau » color= »custom » accent_color= »#dd6b13″][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]Strasbourg-Pont_du_Corbeau_(5)[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]Strasbourg-Pont_du_Corbeau_(2)[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_column_text]

Chaque jours, des milliers de strasbourgeois l’empruntent sans même connaître son terrible passé…

Situé entre la place Gutenberg (OKLM) et celle d’Austerlitz, le pont du Corbeau est aujourd’hui un axe de passage très fréquenté avec un beau point de vue sur les quais.
Pourtant, au Moyen-Âge, l’endroit y avait un tout autre usage.
On l’appelait alors « le pont des Supplices » et ce dernier était le lieu désigné pour les exécutions publiques.

Les condamnés à mort par noyade, notamment les accusés de parricides et d’infanticides y étaient enfermés dans un cage, laissés quelques jours à la vue de tous, puis plongés dans l’eau.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title= »L’Oeil de la sorcière » color= »custom » accent_color= »#dd6b13″][vc_column_text]

Christian-SCHILLING_Oeil-de-la-sorciere-de-nuit_lightbox

Située à Thann, dans le Haut-Rhin, l’Oeil de la sorcière est un lieu atypique aux nombreuses histoires fantaisistes.

Je vais vous raconter celle qui m’a le plus marquée.

À la fin du Moyen-Âge, une sorcière vivait dans une grande tour sur les hauteurs de Thann.
La sorcière faisait des expériences et c’était les habitants de Thann, toujours plus terrifiés, qui en payaient les conséquences. Régulièrement, des villageois disparaissaient sans ne jamais réapparaitre.
Un soir d’orage, tous les habitants du village décidèrent de surmonter leur peur et d’aller tuer la sorcière. S’armants de fourches et de torches enflammées, ils montèrent la colline pour atteindre la tour.

Arrivés sur place, ils découvrirent que la tour avait été complètement détruite par l’orage et que la sorcière ne causerait plus jamais de torts : son corps était écrasé sous les blocs de pierres.

On raconte qu’aujourd’hui encore, la sorcière fait des apparitions. Une lueur colorée s’échappent certains soir des ruines.


[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title= »La grotte des nains à Ferette » color= »custom » accent_color= »#dd6b13″][vc_column_text]

69218784

La Grotte des nains est un lieu mélangeant légende et mystère à Ferrette, dans le Sundgau.

La légende raconte :

« Il y a fort longtemps vivait ici le peuple des nains. Ils vivaient éternellement jeunes avec un très joli visage et de beaux yeux. Visiblement ils étaient très riche, car ils se montraient toujours très bien vêtus. Tous leurs instruments et outils étaient en argent du plus fin.
Ces nains se plaisaient à faire du bien à tous les gens de la contrée. A l’époque de la fenaison et des vendanges, ils quittaient leur monde souterrain et venaient aider les villageois. Ils n’acceptaient aucun paiement pour leur besogne et profitaient de toutes les occasions pour offrir aux humains de magnifiques présents. Ils soignaient les malades, consolaient les infirmes, s’occupaient des enfants, etc. Les paysans les invitaient à toutes les fêtes.

Une chose pourtant intriguait les humains, surtout les commères : hiver comme été, quelle que soit la tâche accomplie, partout et tout le temps, les nains portaient de longues robes allant jusqu’au sol et cachant leurs pieds. Un jour, des jeunes filles, ne maitrisant plus leur curiosité, décidèrent d’en avoir le cœur net.
Par une nuit sans lune, elles allèrent étendre devant l’entrée de la grotte, une couche de sable fin ou de cendre ( les versions de la légende diffèrent sur ce point ). Elles se cachèrent en attendant le lever du jour. Dès le départ des nains, elles se précipitèrent vers leur piège et découvrirent le secret des nains. Le sol était couvert de traces de pattes palmées comme celles des oies ou des canards. Elles en rirent si fort que les nains les entendirent. Comprenant la ruse et la moquerie dont ils faisaient les frais, ils entrèrent tristement dans leur monde souterrain et en fermèrent à tout jamais la porte. Plus personne ne les vit et les humains, depuis ce jour, sont seuls pour effectuer leurs tâches. »

(Texte : lieux-insolites.fr)


[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title= »Le lac souterrain de la cathédrale » color= »custom » accent_color= »#dd6b13″][vc_column_text]

IMG_3555

Avez-vous déjà entendu parler du lac sous la cathédrale de Strasbourg ?

On raconte que, jadis, on accédait à un lac par un passage tout au fond de la cave d’une maison située juste en face de la cathédrale (les suppositions se tournent vers la Boutique Culture).
De cet accès remontait, dit-on, des bêtes étranges avec des yeux flamboyants, venues tout droit de l’enfer. On pouvait également entendre, remontant du souterrain, des bruits de rame comme si un pêcheur circulait sur ce lac.

De nos jours, des gens affirment encore entendre par des nuits calmes des clapotis sur la place du Château.

(Texte : scribium.com)
Pour en savoir plus sur le lac, cliquez ici.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator][vc_column_text]

JOYEUX HALLOWEEN LES MORTS

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

4 histoires d’horreurs alsaciennes pour Halloween

Commentaires (7)

  1. Superbe article. ..
    Dommage il manque le crime commis à Elsenheim mais ce n’est pas à une légende mais une histoire vraie vraiment terrifiante

  2. salut! Super article (qui n’aime pas les histoires?), Juste une précision, le pont corbeau porte ce nom car une fois les noyer remonter, les corbeaux arrivaient pour manger les parties tendre!

  3. Je ne vois pas ce que le crash du Mont St Odile a à voir dans cet article. Il s’agit d’un dramatique accident et je trouve qu’il est de mauvais genre de l’avoir mélangé avec des histoires de fantôme.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !