Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité
Canne de combat en compétition

Strasbourg : ils s’affrontent à la canne de combat, ce sport qui mêle boxe et escrime

1.2k Lectures
Publicité

Parce que Strasbourg regorge de sports confidentiels, insolites et passionnants, Pokaa continue sa série de découverte des sports méconnus à Strasbourg et aux alentours. Aujourd’hui, partons  à Schiltigheim découvrir la canne de combat, un sport au croisement de l’escrime et de la boxe, dont les origines remontent au 19ème siècle.

Un sport qui mêle boxe et escrime ? Mais quelle drôle d’idée ! Pourtant, c’est l’esprit de la canne de combat, un sport aussi impressionnant que méconnu dans nos contrées. Origines, qualités et viviers de champion(ne)s alsacien(ne)s : cette activité insolite a pourtant de quoi se faire connaître.

Publicité

On est donc parti à la rencontre de Mickaël Wenger, président du Club de canne de combat et bâton de Schiltigheim pour qu’il nous en dise plus.

Canne de combat entraînement
© CCS (Canne de Combat Schiltigheim) - Document remis

Un sport dont les origines remontent au 19ème siècle

Commençons au commencement. Les origines de la canne de combat remontent au 19ème siècle. Et, comme son nom l’indique, c’est un sport de combat, aux dimensions sociales : « Ça provient des bourgeois parisiens qui se baladaient avec leurs cannes pour ne pas se faire détrousser dans les rues de Paris. La discipline s’est ainsi développée en moyen d’auto-défense, en même temps que la savate et de la technique de bâton, arme du paysan ».

Ainsi, le sport s’est intégré au sein de la Fédération française de Savate Boxe Française et DA, où l’on retrouve plusieurs disciplines du même genre, et où la canne de combat reste la pratique principale.

Par la suite, le sport connaît son apogée au début des années 1900 : « Pour rentrer dans la police parisienne il fallait notamment faire de la canne de combat », détaille Mickaël Wenger. Néanmoins, après la Première Guerre mondiale,  le sport tombe en désuétude : « Le sport sort des radars parce que tous les maîtres ou presque sont morts au champ de bataille ».

Finalement, dans les années 1970, ces techniques d’auto-défense sont codifiées, afin que la discipline corresponde à une pratique sportive sans risque. Et le club de Schiltighiem perpétue cette pratique, depuis les années 1980.

Canne de combat entraînement
© CCS (Canne de Combat Schiltigheim) - Document remis

Un sport au croisement de la boxe et de l’escrime

Maintenant que l’on a présenté le sport, passons aux choses sérieuses. Concrètement, comment se déroule un combat de canne ? Mickaël Wenger explique : « Le but du jeu est d’enchaîner un certain nombre de techniques pour toucher des zones bien définies : tête, flanc, jambe. On a trois juges autour de l’aire de combat, une sorte de ring, qui comptent les touches marquées ». On a donc de fortes ressemblances avec de la boxe ; pas étonnant que la canne de combat soit sous le giron de la Fédération française de boxe.

La pratique possède également des similarités avec l’escrime, notamment avec le casque grillagé sur la tête. Il faut dire qu’une canne de châtaignier de 95cm pour combattre, ça a autant de classe qu’un sabre ou un fleuret. Néanmoins, la canne de combat a également ses propres spécificités : « La spécificité par rapport à l’escrime, c’est la façon d’appréhender l’assaut. On se déplace en trois dimensions autour de l’aire de combat. En plus, lorsqu’un tireur réussit une touche, on peut continuer le combat. Et enfin, on est autorisé à faire des figures spectaculaires ».

Canne de combat entraînement
© CCS (Canne de Combat Schiltigheim) - Document remis

« Pour un sport de combat, c’est tout de suite plus aérien »

Le côté spectaculaire est l’un des gros plus de la canne de combat selon Mickaël Wenger : « On a des attaques qui sont codifiées, que l’on pense donc assez rigides. Mais assez rapidement, on se rend compte qu’il y a des déplacements possibles. Quand on prend de l’aisance, quand on ne réfléchit plus à la technique, on peut commencer à développer son style. En fait, on a une certaine sensation de liberté en le pratiquant ».

À tel point que chaque pratiquant(e) peut avoir son propre style : « Il y a certains tireurs, même si on ne voit pas leurs visages, qui ont un style particulier. Il y a vraiment différents styles alors qu’on fait le même sport ».

Avec cette liberté vient également l’aspect esthétique. C’est cet aspect qui a particulièrement séduit Mickaël Wenger lorsqu’il a débuté la pratique il y a 7 ans. Il développe : « Pour un sport de combat, c’est tout de suite plus aérien. Avec l’allonge que nous donne la canne, on a une distance de combat plus importante et donc on va armer nos techniques. C’est pour ça que, pour que la touche soit valable, il faut une grande amplitude dans le mouvement ».

Canne de combat en compétition
© CCS (Canne de Combat Schiltigheim) - Document remis

Un sport peu médiatisé en Alsace qui possède pourtant un réservoir de champion(ne)s

Malgré toutes les qualités que possède la pratique, elle reste très peu médiatisée au niveau local, et encore moins au niveau national. Pourtant, le club de Schiltigheim regorge de champion(ne)s, de France, d’Europe et même du monde. On peut citer Aurélie Schneider, multiple fois championne de France ou encore Karim Méchouar, une fois champion de France.

Mais c’est surtout Benjamin Latt qui rassemble tous les trophées. 4 fois champion du monde de canne de combat, 2 fois champion d’Europe et 10 fois champion de France, on est face à un des tous meilleurs palmarès alsaciens.

Pourtant, malgré ces titres, le club de Schiltigheim, comme beaucoup d’autres clubs en Alsace, a énormément souffert de la période Covid. En plus, il connaît aujourd’hui un renouvellement de génération de ses compétiteurs, ce qui l’a mis dans le creux de la vague ces dernières années. Néanmoins, si l’on en croit Mickaël Wenger, les choses redémarrent cette année : « Cette année, ça va beaucoup mieux, on va tabler sur 35 adhérents ».

Alors, si vous êtes intéressés par essayer, vous pouvez contacter le club par mail à [email protected] ou tout simplement aller sur place. Canne de combat, Savate Boxe Française ou encore canne de défense, la pratique originelle, vous pourrez trouver canne à votre main. Et pour toutes les infos complémentaires, vous pouvez aller sur leur site internet.

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Sport"

À la une

Strasbourg : ils s’affrontent à la canne de combat, ce sport qui mêle boxe et escrime

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Sport”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !