Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Du théâtre classique au post-apo : le TNS fait sa rentrée pour notre plus grand plaisir

43 Lectures
Publicité

« Donnez-moi une raison de vous croire« , nous interpelle le TNS (Théâtre national de Strasbourg) en ouverture de sa nouvelle saison théâtrale. Une rentrée qui se fait en deux spectacles, deux créations de son cru : avec le premier, précédemment cité et le second, THE SILENCE. On te propose un petit plongeon dans sa saison.


Seul théâtre national français implanté en province, le TNS accueille également en son sein une école de théâtre de renom : l’École supérieure d’art dramatique. Celle-ci, fondée en 1954, qui a déjà vu passer plus de 800 élèves (en jeu, mise en scène/dramaturgie, scénographie/costume et régie/création), propulse chacun de ses « Groupes » dans la vie professionnelle, à l’issue du diplôme. C’est ainsi que l’on retrouve le Groupe 46 (diplômé cet été) avec leur production de fin d’études : Donnez-moi une raison de vous croire.

« Donnez-moi une raison de vous croire » © Jean-Louis Fernandez


Monté par le metteur en scène et musicien Mathieu Bauer et adapté par Marion Stenton – dramaturge récemment diplômée –, le spectacle part du dernier chapitre d’un texte inachevé de Franz Kafka : L’Amérique. La dramaturge nous plonge dans le Grand Théâtre de l’Oklahoma, dans les affres de la bureaucratie, dans un « labyrinthe kafkaïen ». Nous découvrons « d’un côté, les questionneurs, les mesureurs méticuleux, inquisiteurs, les gestionnaires et leur sémantique administrative désarmante, de l’autre, les demandeurs, les témoins, les ventres vides, leur langue heurtée, inquiète, les accents de l’urgence, le tremblement du trac, les inflexions rageuses de la nécessité ».

Spectacle musical, Donnez-moi une raison de vous croire s’inscrit dans le festival Musica, coproducteur de la pièce. Les douze élèves comédiens et comédiennes seront ainsi accompagnés d’un orchestre, dirigé par le compositeur et guitariste Sylvain Cartigny (cofondateur de la Compagnie Sentimental Bourreau aux côtés de Mathieu Bauer dont il a déjà composé nombre de spectacles). …Pour en prendre plein les oreilles, ce sera dès le 23 septembre.

À (re)lire : On s’est faufilé dans les couloirs de l’école du Théâtre National de Strasbourg


THE SILENCE : les questions d’un fils

Auteur associé du TNS depuis 2015, l’écrivain allemand Falk Richter nous revient avec une nouvelle pièce, un texte autofictionnel et politique qu’il met lui-même en scène : THE SILENCE, deuxième spectacle de cette rentrée. Un seul-en-scène interprété par le comédien Stanislas Nordey (et actuel directeur du TNS).

« THE SILENCE » © Jean-Louis Fernandez

On y découvre un fils au chevet de son père décédé, à la recherche de réponses. L’auteur se confronte à sa propre histoire, « au traumatisme lié au silence familial ». Sur scène, images filmées et récit intime se répondent ; et partant du personnel, parlent du général, en « interroge[ant] les conséquences du patriarcat sur les êtres et les sociétés ».

Falk Richter y aborde la question des crises sanitaire, écologique et économique, en se demandant « comment échapper à la tentation du retour à l’autorité et au normatif, au fantasme d’un leader fort qui nous sauverait ? ». Au regard de la montée de l’extrême-droite dans nombre de pays européens, on est en droit de se poser la question. …Trouvera-t-on des réponses auprès de THE SILENCE ? Pour le savoir : rendez-vous au TNS, dès le 1er octobre.


Des saisons au TNS

Après un été fort rempli avec Sa Traversée de l’Été (qui propose des spectacles gratuits et hors les murs dès juin), le TNS reprend sa saison théâtrale dès septembre avec pas moins de 18 spectacles. Du classique revisité comme avec Iphigénie une réécriture d’Euripide par Tiago Rodrigues au plus contemporain, avec Berlin mon garçon par Stanislay Nordey, avec un texte de Marie NDiaye (Prix Goncourt 2009 et artiste associée du TNS) ou Nostalgie 2175 une pièce futuriste et semi-post-apocalyptique de l’écrivaine allemande Anja Hillin (et mise en scène par Anne Monfort).

« Nostalgie 2175 » © Christophe Raynaud de Lage



En parallèle, s’inscrit également L’Autre Saison « dont le principe est la gratuité et l’éclectisme », au travers de rencontres, lectures et petites formes. Dans le cadre de cette dernière, le TNS annonce déjà La Taïga court (du 4 au 9 novembre), une pièce sur le dérèglement climatique, montée par les quatre metteurs en scène des Groupe 46 et 47 qui en livreront, chacun, leur interprétation. Et ce sera gratuit : une raison de plus pour qu’on y court.


TNS – Théâtre National de Strasbourg

1 Avenue de la Marseillaise
Site internet
Programme complet de la saison 2022-23


Donnez-moi une raison de vous croire
Du vendredi 23 septembre au samedi 1er octobre (relâche lundi 26)
Tous les jours à 20h (sauf le dimanche 25 à 16h)
+ d’infos
L’événement Facebook


THE SILENCE
Du samedi 1er au samedi 8 octobre (relâche lundi 2)
Tous les jours à 20h (sauf le samedi 8 à 16h)
+ d’infos
L’événement Facebook


*Article soutenu mais non relu par le Théâtre national de Strasbourg.

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Sorties"

À la une

Du théâtre classique au post-apo : le TNS fait sa rentrée pour notre plus grand plaisir

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Sorties”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !