Cette année, la SIG a fini le championnat à la 7ème place de Betclic Élite, et est passée tout prêt d’éliminer Monaco, finaliste du championnat. Une belle saison pour le 12ème à 15ème budget du championnat, qui doit néanmoins viser plus haut pour aller tutoyer le haut du panier. En ce sens, une salle agrandie et de qualité aiderait. Et c’est pourquoi le projet d’une nouvelle salle du Rhénus est si important. Après des années et des années de tergiversation, il semblerait bien que le projet sorte enfin des cartons pour 2024. C’est en tout cas ce qu’a annoncé l’Eurométropole le 27 juin dernier.


La rénovation et l’extension du Rhénus a longtemps ressemblé à un serpent de mer pour les différentes municipalités strasbourgeoises. Les travaux de la nouvelle salle de basket de la SIG auraient dû débuter en juin 2019, voire à l’automne, mais comme souvent, cela a pris du retard. Résultat ? Après de nombreux rebonds, en mars 2021, les travaux n’avaient pas débuté, comme on vous en parlait ici. D’ailleurs, plus d’un an après, ils n’ont toujours pas démarré. À tel point qu’on se demande si ce « projet innovant et majeur pour le rayonnement sportif de notre territoire », selon Pia Imbs, allait un jour aboutir. Mais il semblerait qu’un panier décisif ait été inscrit les 27 et 28 juin dernier.

En effet, comme l’ont annoncé Pia Imbs et Vincent Debes, vice-président chargé des sports, le permis de construire a enfin été délivré il y a quelques jours. Une étape cruciale dans un projet qui n’a eu de cesse de jouer les prolongations. Parce qu’il ne faut pas oublier que le projet de la SIG Arena est un projet privé accompagné par le public. Ainsi, l’Eurométropole subventionne le projet à hauteur de 7,8 millions d’euros, la Région à hauteur de 5,9 millions et enfin la CEA à hauteur de 3,4 millions. Par ailleurs, et c’est là une autre étape importante, l’Eurométropole a annoncé autoriser la signature, avant la rentrée, d’un bail emphytéotique administratif de 50 ans. Concrètement, l’entreprise SIG Arena exploitera le lieu, en échange d’un loyer reversé à l’Eurométropole. Mais attention : cette exploitation se retrouve soumise à certaines conditions de performances énergétiques, types d’événements et sur l’offre commerciale.

© Nicolas Kaspar/Pokaa


8 500 places, plus de transports en commun et plus de vert : un projet qui évolue

C’est l’information principale de la conférence de presse du 27 juin dernier : le projet de la nouvelle salle du Rhénus a beaucoup évolué. Premièrement, en termes de coût : il coûte désormais 46,1 millions d’euros, contre 40,2 auparavant. La cause de la hausse des matières premières. Ensuite, les Strasbourgeoises et les Strasbourgeois pourront ainsi profiter d’une salle de 8 500 places, plus en phase avec le projet Archipel 2, repris en main par la municipalité strasbourgeoise. On pourra ainsi profiter d’un parvis de plein-pied, digne de recevoir des événements européens et sportifs, comme le demandait Pia Imbs et Jeanne Barseghian. La nouvelle entrée sera orientée vers l’Allemagne et les institutions européenne, tandis qu’une zone végétale de 40m sera présente. On peut également mentionner la construction d’une salle annexe pour l’entraînement, qui sera également adaptée aux dimension de handball.

Par ailleurs, le bâtiment devra également être mieux isolé ainsi que plus respectueux de l’environnement. Pour cela, il est prévu de réduire l’impact carbone, de mettre en place des panneaux photovoltaïques, mais également une meilleure isolation thermique et phonique. Pour terminer, l’Eurométropole a également promis un réel travail sur les mobilités douces. Cela passera par une meilleure accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, une amplification de la sécurité et le gardiennage des vélos et un cadencement plus élevé des trams et des bus dans le style de ce qui se fait à la Meinau, « pour ne pas avoir un quartier saturé et pollué ». Quant à savoir si des garanties existent quant aux subventions allouées, puisque le projet repose sur un gros emprunt du privé, les collectivités affirment qu’elles sont « regardantes » et qu’elles ont une « lisibilité sur les garanties ». En somme, quelque peu de langue de bois.


Une rencontre gagnée au conseil de l’Eurométropole

Si le projet semble enfin se trouver sur de bons rails, il fallait que l’Eurométropole gagne une autre bataille le 28 juin. Et non des moindres : celle du conseil. Mais comme la Dream Team de 92 à son époque, l’Eurométropole a gagné sans réellement transpirer, faisant voter son accompagnement du projet par un score de 87 à 3. Les seules voix dissidentes ont été celles des communistes, qui ont regretté un investissement sur le sport spectacle, ainsi que le projet de « naming ». En effet, la nouvelle salle du Rhénus portera le nom du Crédit Mutuel, qui avait renoncé il y a quelques années de construire de nouveaux bureaux dans le quartier Archipel.

Finalement, si la date des travaux n’a pas encore été précisée, la mise en exercice du nouveau Rhénus est prévue pour la rentrée 2024, entre juin et septembre. Mais, sans doute échaudé par les nombreux blocks pris depuis le début du projet, Vincent Debes n’a pas pu s’empêcher d’ajouter que « peut être l’ouverture sera repoussée un peu, vers 2025 ».

Après des années et des années d’inertie, il semblerait bien que le projet du nouveau Rhénus prennent enfin son envol. Les étapes importantes commencent à être franchies et, s’il reste encore de nombreuses rencontres à disputer, on a l’impression que le projet va dans la bonne direction. En espérant que les travaux débutent rapidement, et que la nouvelle salle soit un slam dunk.

1 commentaire

  1. Pour savoir si le projet « de travaux » est à jour, il faut consulter le marché public à ce sujet, s’il est déjà paru où non. Je crois que le marché de maîtrise d’œuvre a déjà été réalisé il y a quelques mois après le recrutement d’un employé dédié à SIG ARENA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here