En 2018, Strasbourg comptait 4 700 logements loués en AirBnB, selon l’Observatoire AirBnB – organisme indépendant récoltant des données pour « comprendre l’AirBnBsation des villes françaises ». Soit 12 logements pour mille habitants en moyenne. Si les particuliers sont de plus en plus nombreux à mettre des appartements sur des plateformes de location courte-durée, ils sont aussi souvent confrontés à une logistique pas toujours simple à gérer. Partant de ce constat, Julien et Eric ont créé Straslodge, une entreprise de conciergerie proposant tout un ensemble de services pour faciliter leur activité.


Il est 10h dans le quartier des Halles. Le rideau métallique de l’agence Straslodge vient tout juste de se relever, mais Julien est déjà à son poste derrière le comptoir d’accueil, les yeux rivés sur ses deux téléphones. Pour le jeune PDG de ce service de conciergerie et gestion de location de courte durée, la journée commence toujours par un checking des arrivées et des départs. Bilan de ce vendredi : cinq entrées, quatre sorties. « C’est dans la moyenne, détaille le co-fondateur de l’entreprise. Pendant le marché de Noël, les ponts ou la saison estivale, on peut monter jusqu’à une quinzaine d’arrivées par jour.« 

Vers 10h30, c’est le point ménage sur les logements libérés le jour-même. Une fois ce recensement effectué, Julien envoie un message à tous les arrivants, pour préciser l’horaire de remise des clés. Et c’est toute une logistique qui s’enclenche. Emmanuella, l’une des deux agentes d’entretien salariées, passe à l’agence récupérer les sacs de linge de maison, lavés et préparés dans la buanderie au sous-sol, puis enfourche le vélo cargo électrique de l’entreprise pour faire le tour des logements à nettoyer – majoritairement situés en centre-ville.


Des formules de gestion adaptée aux besoins

Fondée il y a cinq ans, Straslodge gère aujourd’hui la location courte-durée de 22 biens strasbourgeois, via AirBnB et Booking : « Avant le Covid, on en avait une quarantaine, explique Julien. La pandémie a fait beaucoup de mal à l’activité touristique strasbourgeoise« . « Nous proposons des formules avec ou sans engagement » continue le gérant. La première comprend l’accueil personnalisé des locataires, le ménage du logement et sa gestion.

« On s’occupe de la création de l’annonce et de la mise en place du Channel manager, poursuit le PDG. C’est un outil informatique qui nous permet de gérer les locations en simultané sur les deux plateformes. Un particulier doit jongler entre les deux, se reconnecter à chaque fois sur l’une pour signaler que des dates ont été bloquées sur l’autre. Le risque, souvent, c’est la double réservation. Et il faut alors se justifier sur l’annulation du séjour auprès de la plateforme, des locataires… » Le Channel manager permet d’éviter ce genre de déconvenues, et facilite les choses lorsque le propriétaire souhaite poser des dates pour occuper son logement.

© A.Me / Pokaa

La gestion simultanée sur les plateforme évite également les « tarifications erronées ». C’est-à-dire les prix trop bas au regard du marché, sur une période donnée – comme pendant le marché de Noël par exemple. « Un particulier qui souhaite louer son bien parce qu’il a un emprunt va vouloir qu’il soit réservé très rapidement et va avoir tendance à proposer des tarifs moins élevés que la moyenne. Ce n’est pas forcément une bonne stratégie« , détaille Julien.

La formule avec engagement s’élève à 18% du prix de chaque nuitée, auquel il faut rajouter les frais de ménage. Celle sans propose des offres à la prestation, en fonction des besoins des propriétaires. Ce peut-être juste le ménage ou la remise des clés. « Mais on reste disponibles pour des conseils sur la gestion du bien s’il y a besoin« , pondère Julien. Sa phrase à peine terminée, le téléphone sonne. Il s’agit précisément d’un propriétaire ayant choisi de faire appel à Straslodge pour diverses prestations sans en confier la gestion. « Il avait besoin d’aide pour son annonce« , explique le PDG, quelques minutes plus tard.

Straslodge possède une buanderie en sous-sol pour la préparation du linge de maison. Une fois nettoyés, les draps sont répartis dans des sacs. Un par logement, qui sera ensuite acheminé par vélo cargo électrique. L’agence s’occupe également du réassort d’un certain nombre de produits pour les logements, si les propriétaires en font la demande. Liquide vaisselle, lessive, thé ou café facturés à prix coûtant.

© A.Me / Pokaa


« C’est un métier avec beaucoup de contact humain »

La gestion proposée par Straslodge va toutefois bien au delà de la validation des réservations. L’agence possède tout un carnet d’adresses d’artisans locaux auxquels faire appel en cas de souci – dégât des eaux, problème de serrure, d’électricité… Julien est également sur le pont tous les jours de la semaine pour répondre aux locataires « sur les plateformes, ou par téléphone. S’il y a des problèmes de chasse d’eau, de porte bloquée, ou de wifi auquel ils n’arrivent pas à se connecter… « 

Parfois, il se déplace directement. « Pendant le couvre-feu, deux étudiantes ont loué un des AirBnB que nous avions en gestion pour organiser une énorme fête façon projet X. La police est venue. Je suis rentré de vacances pour me rendre sur place et leur expliquer à quel point ce qu’elles avaient fait était problématique. C’est quelque chose que l’on peut faire parce qu’on travaille au niveau local. Il y a une vraie proximité avec nos clients et nos locataires que n’ont pas des entreprises parisiennes qui développent ce genre de service en région. C’est un métier avec beaucoup de contact humain.« 

15h, à l’agence. Beyza ferme la porte avant de filer sur sa trottinette électrique en direction des quais. Alternante en communication et marketing, elle est chargée d’accueillir deux locataires allemands pour un AirBnB situé au bord de l’Ill, près du Pont aux Corbeaux. La jeune femme grimpe les quatre étages pour vérifier que tout est en place avant l’arrivée des visiteurs. Du thé et du café sont à disposition. Les fiches donnant le code wifi et quelques consignes sont bien en évidence sur la table. Ainsi qu’une feuille suggérant quelques endroits où sortir à Strasbourg. Dernier tour de la pièce. Ouverture des fenêtres pour rafraichir le séjour – qui offre une très belle vue sur la flèche de la cathédrale.

Après un petit quart d’heure d’attente – due à une petite difficulté à trouver le bon immeuble – les locataires se présentent finalement devant l’entrée. L’accueil se fait en anglais et Beyza gravit une nouvelle fois les étages pour présenter l’appartement et toutes ses commodités. Ils resteront quatre jours et n’auront qu’à déposer les clés sur la table avant de claquer la porte en partant.


Straslodge

4 rue du travail / 07.69.52.43.34
Site Internet / Page Facebook


*Article soutenu mais non relu par Straslodge.

1 commentaire

  1. Bonjour Pokaa ! Je pense que pour le coup, vous avez fait une grosse erreur de journalisme en conseillant a vos lecteurs un service au mieux mauvais, au pire dangereux. Même si l’article est sponsorisé, je pensais que vous vous renseignais avant de faire un article. J’ai utilisé straslodge pendant des années en n’étant pas satisfait mais indulgent avec leurs erreurs (ménage mal fait et pleintes de mes voyageurs avec désactivation de l’annonce par Airbnb car trop de pleintes sur le ménage) jusqu’à ce que un dégât des eaux non signalé et non réparé correctement de leur part depuis des semaines provoque un début d’incendie, un changement de serrure en me prévenant après coup, une dame du ménage qui viens avec son bébé et son chien … Jamais pro, toujours a l’arrache, parfois d’une négligence coupable. J’ai parlé à d’autres propriétaires, mon cas est la norme et pas une exception, c’est aussi pour ça que ils sont passé de 40 à 22 appartements…
    Je vous conseil d’enlever votre article. Vous pouvez me contacter si vous voulez la liste de tout ce qui m’est arrivé avec eux ^^

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here