Avec un taux de chômage autour de 7%, Strasbourg compte plus de 23 000 chômeurs. Et parce que trouver le secteur qui nous correspond, se rapprocher des entreprises et se montrer sous son meilleur profil est loin d’être simple, on a concocté une petite liste non-exhaustive de quelques-unes des portes auxquelles toquer, pour mettre toutes les chances de son côté !




Pôle Emploi

Ça peut sembler évident, mais beaucoup de Strasbourgeoises et de Strasbourgeois à la recherche d’un emploi zappent cette étape. S’inscrire à Pôle Emploi permet certes, d’avoir accès à des offres d’emploi, mais aussi d’ouvrir des droits pour toucher le chômage.

Dans le coin, il y a cinq agences : à la Petite France, quartier Gare/Laiterie, au Neudorf, à Hautepierre et à la Meinau. Mais avant toute chose, l’inscription peut se faire directement en ligne, muni des justificatifs requis. Un rendez-vous en agence sera ensuite proposé pour qu’un conseiller explique l’ensemble des services auxquels Pôle Emploi donne accès, notamment comme l’espace personnel et pour définir clairement le projet professionnel du candidat.

Et pour celles et ceux qui ont entre 16 et 25 ans, la structure propose un parcours personnalisé : le Contrat d’engagement jeunes (CEJ). Pendant 6 à 12 mois, la personne consacre 15 à 20h par semaine à sa recherche en participant à différentes activités comme des ateliers, des formations ou encore des immersions en entreprises. Un conseiller dédié lui est attribué et ce, jusqu’à ce que celle-ci trouve un emploi. Selon ses ressources, le participant à ce programme intensif peut percevoir une allocation allant jusqu’à 500 euros par mois.

© Nicolas Kaspar / Pokaa


La mission locale

Autre option dont vous avez sûrement déjà entendu parler : la mission locale. Dans toute l’Eurométropole, il y a six antennes ouvertes quotidiennement et dans lesquelles il est possible de se rendre, sans rendez-vous. Une précision cependant, en dehors de certains projets spécifiques, la mission locale s’adresse aux jeunes qui ont entre 16 et 25 ans. Pour s’inscrire, il suffit de téléphoner ou de se rendre sur place aux horaires d’ouverture. 

Ensuite, un rendez-vous avec un premier conseiller sera programmé, pour comprendre les différents services proposés par la Mission Locale et pour créer un dossier à son nom. À partir de là, un conseiller référent sera dédié au jeune en fonction de ses besoins. Son rôle ? Proposer un accompagnement personnalisé, ponctuel ou régulier en fonction de la situation. On peut alors avoir accès à des offres d’emploi, obtenir des infos sur les différents types de contrats, de l’aide pour améliorer son CV ou rédiger une candidature ou même s’entraîner au difficile exercice de l’entretien d’embauche avec un conseiller.

Pour trouver l’antenne la plus proche de chez soi et ses horaires, c’est par ici !


Les pôles d’insertion dans les centres sociaux culturels

Certains centres sociaux culturels disposent aussi de pôles d’insertion qui sont ouverts à tout le monde. C’est le cas de celui de l’Elsau, de Hautepierre, du Neuhof, de Koenigshoffen, de la Meinau, ou encore de l’Escale à la Robertsau. Chaque CSC a ses spécificités et peut proposer des services différents.

Le CSC du Neuhof par exemple, porte le projet DACIP, qui fête ses 10 ans cette année et qui encadre environ 80 jeunes par an. Le CSC de la Robertsau quant à lui, propose des ateliers collectifs de préparation aux entretiens, du coaching, mais aussi une aide aux démarches administratives et des ateliers numériques gratuits. Alors que le CSC de l’Elsau organise des ateliers pour rédiger son CV, des lettres de motivation ou encore simuler des entretiens. Pour faire son choix et trouver le service qui convient le mieux, rendez-vous directement sur place, où un membre pourra répondre à vos questions.

Centre socio-culturel de la Montagne Verte
© Florian Crouvezier / Pokaa


Tess Lab

On t’en avait déjà parlé il y a peu sur Pokaa, l’association Tess Lab, implantée à Hautepierre et créée par les deux frères Hakim et Azedine El Hadouchi, accompagne les jeunes et en particulier ceux qui habitent dans les quartiers prioritaires de la ville (QPV) dans leur recherche d’emploi.

L’objectif, c’est de révéler le potentiel de chacun en développant ses soft skills, comme la confiance en soi, la créativité, l’intelligence émotionnelle, ou encore la capacité à résoudre des problèmes.

Pas moins de 70 jeunes ont déjà été suivis par Tess Lab depuis deux ans. Pour en savoir plus ou directement candidater, il suffit de joindre l’équipe par mail via le formulaire de contact.

Séance d’échange et d’entraînement à Tess Lab © Document remis


Les agences d’intérim

Pour celles et ceux qui sont prêts à accepter des missions courtes ou qui veulent découvrir différentes entreprises, les agences d’intérim peuvent être la bonne option ! Parmi les plus connues à Strasbourg, il y a Manpower, Adecco ou encore Supplay, mais il en existe plein d’autres. Et certaines sont d’ailleurs spécialisées dans un domaine d’activité, donc mieux vaut les privilégier, si on a déjà une petite idée de ce qui pourrait nous correspondre.

En proposant des missions très différentes, qui peuvent ne durer qu’une soirée ou bien plusieurs semaines d’affilée, les agences permettent de découvrir de nombreux milieux. L’idéal, c’est de se rendre directement sur place et de se créer un profil avec l’un des conseillers présents.


Retravailler Alsace

Même si elle est aujourd’hui ouverte à tous les types de profils, l’association Retravailler vise à l’origine les femmes pour les accompagner dans leur recherche d’emploi. Créée par la sociologue Evelyne Sullerot, la structure s’appuie sur la méthode du bilan de compétences. Ce dernier est donc le point de départ de l’accompagnement proposé par les conseillers.

Une fois effectué, Retravailler propose des ateliers-conseil, des immersions en entreprise, ou encore un accompagnement individuel et collectif pendant deux mois. La plupart des programmes proposés sont d’ailleurs pris en charge par Pôle Emploi. Pour en savoir plus, ça se passe au 9 rue Jacob Mayer à Strasbourg, où l’antenne locale est ouverte du mardi au vendredi, de 8h15 à 12h et de 13h30 à 16h30, ou bien par mail à l’adresse suivante : [email protected]


Unis vers le Sport

Encore une structure locale dont on t’avait déjà vanté les mérites. L’association Unis vers le Sport encourage l’insertion par le sport. Chaque année, 60 à 80 jeunes entre 16 et 29 ans sont accompagnés durant six mois pour leur permettre de trouver un emploi grâce au sport.

Les participants peuvent suivre des ateliers de développement personnel, de coaching et participer à des événements sportifs et des animations notamment grâce à des partenariats avec certains clubs locaux. Pour en savoir plus, il suffit de se rendre au 30 Quai des Bateliers à Strasbourg et le lieu est ouvert du mardi au vendredi de 9h à 17h ou d’écrire via le formulaire de contact.

© Unis vers le sport – Document remis

Tu n’as pas trouvé chaussure à ton pied dans cette liste ? Pas de panique, Strasbourg regorge de structures destinées à faciliter l’insertion professionnelle. Pour les retrouver, n’hésite pas à consulter la carte interactive mise en ligne par la Ville et l’Eurométropole, qui réunit l’ensemble des services proposés dans le coin.



*Soutenu mais non relu par l’Eurométropole et la Ville de Strasbourg.

1 commentaire

  1. Et l’Apec !! Ce n’est pas que pour les cadres en poste, c’est aussi pour ceux qui en recherchent un un post et pour les diplômés à partir de Bac+3.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here