Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

À Strasbourg, un gang de lapins organisés et sans peur sévit dans les parcs de la ville

39.2k Lectures
Publicité
Publicité

Voilà près de deux ans qu’ils se retrouvent en bande dans les parcs et les espaces verts strasbourgeois. Accompagnés de leurs maîtres, ils sortent au moindre rayon de soleil et broutent tout sur leur passage. On a fait la rencontre de celle qui est à la tête de ce surprenant gang de lapins, qui fait de plus en plus d’adeptes à Strasbourg. 


C’est Lucie, une Strasbourgeoise de 22 ans en service civique à l’association Lianes et qui compte travailler dans la médiation animale qui a initié ces sorties un peu spéciales. Elle-même maîtresse d’une lapine nommée Eggy, – “Parce qu’elle est ronde et blanche comme un œuf. Et puis ça ressemble un peu à Iggy Pop, donc ça tombe bien c’est une rock star.” – elle commence à la promener dès ses six mois.Je voulais vraiment pas avoir un lapin en captivité, en cage. Je voulais la balader, qu’elle puisse visiter Strasbourg avec moi explique-t-elle.

© Doc remis / Lucie

Au cours de ces promenades, la jeune femme remarque que de nombreux propriétaires de chiens se donnent rendez-vous. Elle envisage donc de décliner l’idée, mais pour les lapins : Je me suis demandé s’il y avait d’autres excentriques comme moi qui promènent leur lapin à Strasbourg.

Lucie publie alors plusieurs posts sur des groupes Facebook locaux. Résultat : une cinquantaine de personnes rejoignent un groupe Messenger, transformé depuis en groupe Facebook, il y a quelques semaines. “J’ai eu énormément de retours de personnes qui promenaient déjà leurs lapins et d’autres qui y songeaient, mais qui n’avaient pas encore osé franchir le pas.” se souvient-elle.


Un lapin dans la ville

Dès que la météo le permet, Lucie sort Eggy et invite les membres du groupe à la rejoindre. Généralement, c’est le cas toutes les semaines : “Eggy en tout cas, elle a vraiment pris l’habitude et pour d’autres dans le groupe c’est la même chose. Quand ils ne sortent pas pendant plusieurs jours d’affilée, ils sont un peu frustrés.” Et si mieux vaut éviter la pluie, les membres du gang sont parfois affublés de petits manteaux pour se protéger du froid. Leur terrain de jeu ? Les parcs strasbourgeois comme l’Orangerie, la Citadelle, le parc du Heyritz ou encore celui de la Meinau. Selon Lucie : “Le but, c’est vraiment qu’ils soient au vert. Ils mangent et broutent de l’herbe, ça leur fait du bien. Ça m’est aussi arrivé d’aller à la forêt de la Robertsau avec Eggy.

D’après la future médiatrice animale, ces escapades sont particulièrement bénéfiques pour les lapins : “Maintenant, je dis vraiment à tout le monde : sortez vos lapins ! (rires) Déjà, ça les dépense physiquement. Puis en balade, je vois qu’elle est vachement à l’aise par rapport au début. Elle va partout, elle va voir les gens, elle va chercher des câlins, etc. [Ça leur permet] d’apprendre à appréhender le monde qui les entoure et par conséquent être moins peureux au quotidien. On me demande souvent comment ma lapine est si à l’aise dans toutes les situations et je réponds : « c’est parce qu’elle a déjà tout vu et tout fait ! » Autrement dit pas de secret, pour avoir un animal sûr de lui dans toutes les situations il faut l’y habituer.À chaque sortie, Lucie voit aussi les évolutions stupéfiantes des autres lapins du groupe, qui prennent confiance au fil des balades.


Des rencontres, pour les lapins et leurs humains

Ces sorties, c’est aussi l’occasion de faire des rencontres entre humains qui partagent déjà un même centre d’intérêt. Depuis la création du groupe, un noyau dur d’une dizaine de personnes se retrouve très régulièrement. On a pu nouer des amitiés, alors on passe juste un bon moment ensemble, on se raconte notre semaine, parce qu’on commence à vraiment se connaître.” raconte Lucie. Parfois, le groupe reste 1, 2 ou même 3h dehors, équipé de couvertures et installé dans un petit coin d’un parc : “Des fois, on fait un pique-nique, on prend à boire à manger et les lapins restent dans une zone autour de nous au bout de la laisse.” 

Et les lapins aussi font connaissance. D’après la créatrice du groupe, certains ne se lâchent plus et donnent même l’impression d’avoir eu le coup de foudre. Et si les membres du groupe évite de croiser la route de chiensil y a vraiment un rapport de prédateur et de proie entre les deux, on ne sait jamais ce qu’il peut se passer”, il est déjà arrivé que des chats se joignent à la promenade. On a déjà eu quelques chats dans le groupe, baladés au harnais. Ils faisaient leur balade dans leur coin. En général, lapin et chat ça fonctionne plutôt bien” détaille Lucie.

***

Pour suivre les folles aventures d’Eggy, c’est par ici !
Et pour rejoindre le gang, ça se passe sur Bunny Meetings Strasbourg !

***



Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

À Strasbourg, un gang de lapins organisés et sans peur sévit dans les parcs de la ville

Commentaires (6)

  1. La liberté au bout d’une laisse, génial. Pauvre bête, deja tourner en rond dans une cage et maintenant ça. Et pour sûr il y a 80% de chance que vos lapins proviennent d’animalerie.
    C’est juste la nouvelle lubie des personnes frustrées qui n’ont pas de chien.
    Faites un lâché de lapins dans un champ, redonnez leurs une liberté.

    • 1. Les lapins vivent en liberté comme des chats, et sont parfaitement capables d’aller à la litière. C’est le cas des miens.
      2. Beaucoup adoptent en refuge
      3. Les lapins domestiques ne sont pas fait pour la vie sauvage, leur anatomie et leur physiologie n’est pas adaptée. Les relacher c’est les condamner à une mort certaine et peut-être même douloureuse.

      Vous semblez très ignorant sur la question, ce n’est pas grave en soi, mais du coup évitez de vous exprimer et d’insultes les gens comme si vous aviez une quelconque expertise, parce que ce n’est pas le cas. Vous passez pour un idiot là.

    • Une liberté sous le signe d’être attaqué par prédateurs, tués par des chasseurs ou contracté des maladies mortelles.

      L’espérance de vie d’un lapin dans la nature est de 2 ou 3 ans, en captivité on peut monter à 15 ans.

      Je sais de quoi je parle j’en possède.
      Mon lapin vie en total liberté, pas de cage, il possède des jouets, des tunnels, des cabanes, des tapis et doudous.

      Il a une alimentation adaptée à son espèce, vaccinés et suivi régulièrement par un vétérinaire NAC.

  2. La palme de l idiot du village décerné à Jean jean … Mais c est typique des beaufs avec leurs toutou … Encore que ce pauvre canidé a surement + d estimé pour les autres que Jean jean …

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !