Ce vendredi encore, ils étaient plus de 200 au NHC à se réunir pour une minute de silence. Mais cette fois-ci, la maire de Strasbourg Jeanne Barseghian s’est glissée dans la foule accompagnée de son adjoint à la Santé Alexandre Feltz, pour apporter son soutien aux soignants qui alertent sur la situation critique de l’hôpital public.


C’est le quatrième vendredi de mobilisation pour les personnels hospitaliers des hôpitaux publics de Strasbourg. Une fois encore au Nouvel Hôpital Civil, ils étaient nombreux et nombreuses à se retrouver ce vendredi 14 janvier sur le parvis pour respecter une minute de silence tous ensemble. L’objectif ? Alerter sur leurs conditions de travail, le manque de moyens et de personnels.

manifestation soignants nhc 14jan 2022
© Caroline Alonso / Pokaa


Selon Jeanne Barseghian : “S’il y a une année où ça peut bouger, c’est bien cette année


Pour la première fois depuis le début de la mobilisation, la maire de Strasbourg a pris part au rassemblement accompagné de son adjoint à la santé Alexandre Feltz. Arrivée un peu avant 14h, elle a pris le temps d’échanger avec les organisateurs du mouvement au NHC. En face d’elle, la néphrologue Dorothée Bazin-Kara pointe notamment le manque de personnel : “Le gros manque, c’est au niveau des infirmières. C’est le cas partout, mais dans le public, le déficit est plus important que dans le privé. C’est une question d’attractivité. On n’a pas de marge de manœuvre, les gens qui sont là, on ne fait rien pour les garder.

Jeanne Barseghian explique être venue pour manifester son soutien “en tant que maire et présidente du conseil de surveillance des Hôpitaux universitaires de Strasbourg.” Elle ajoute :C’est un soutien à manifester pour l’ensemble du service public. en faisant notamment référence aux enseignants et aux personnels de l’Éducation qui étaient également dans la rue hier à Strasbourg pour réclamer plus de moyens.

D’après la maire de Strasbourg : “La mobilisation doit se poursuivre et on sait qu’elle se poursuivra. On est dans une année électorale, cette voix doit être entendue par les candidats. S’il y a une année où ça peut bouger c’est bien cette année. Médecin généraliste de profession, Alexandre Feltz rejoint les propos de la maire en précisant qu’un changement structurel est nécessaire et qu’il faut changer le mode de fonctionnement de l’Hôpital public.


Un mouvement qui prend une ampleur nationale

À 14h, Sébastien Harscoat, praticien hospitalier aux Urgences prend la parole devant plus de 200 participants rassemblés : “Vendredi dernier une vingtaines d’hôpitaux étaient venus grossir nos rangs en participant à la mobilisation. Cette fois encore ils sont nombreux à nous avoir rejoint.Des dizaines d’hôpitaux de toute la France ont annoncé participer pour la première fois au mouvement ce vendredi.

manifestation soignants nhc 14jan 2022
Sébastien Harscoat, praticien hospitalier aux Urgences prend la parole.
© Caroline Alonso / Pokaa

Cardiologue aux Urgences, Floriane Zeyons, participe à la mobilisation depuis le début et se réjouit que le mouvement prenne une ampleur nationale : “Il y a des nouveaux centres hospitaliers qui rejoignent le mouvement et des patients aussi. Quelques-uns m’ont dit qu’ils seraient présents. On ne voulait pas appeler à un rassemblement de nos patients compte tenu du Covid, mais on a eu des preuves de soutien.

Dans un contexte politique de campagne électorale, la praticienne hospitalière dit être consciente quele timing politique fait qu’il y aura sûrement des effets plus tard. Même si elle avoue : “La situation est tellement grave, que si on nous propose déjà quelque chose demain, on le prend !” Elle espère bien que le sujet se fera une place sur le calendrier électoral et s’invitera dans les débats :Je ne pense pas que les gens peuvent se permettre de ne pas savoir ce que le candidat pour qui ils veulent voter va faire pour l’Hôpital public.

Ce samedi, les Gilets Jaunes appellent également à manifester en faveur de l’Hôpital public à 13h30 au départ de la place Kléber sous la bannière suivante : « L’hôpital en urgence vitale : les moyens, les embauches, c’est tout de suite !« 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here