Pizza, raclette, fondue, burger, nouilles chinoises, indien, tacos et j’en passe : on commence tous à faire un peu le tour des grands classiques à se faire livrer, et on aurait bien envie d’un peu de changement. Toi qui scrolle depuis dix minutes sur les applis de livraison sans savoir quoi commander, ce petit conseil grassouillet du soir est pour toi.


À cette heure précise, tu es peut-être en train de te perdre dans les méandres des applis de livraison de repas à domicile. Il y a tellement de choix qu’on ne sait plus trop où donner de la tête. Pourtant, il existe encore des spécialités méconnues qui sortent de l’ordinaire ou qui changent un peu de nos classiques. Après le poulet frit de chez Out Fry ou le sandwich naan au poulet de chez B Mamaon vous emmène en Grèce avec le sandwich pita de chez Yamas.

Yamas, c’est ce petit resto grec assez discret, en place rue du Bains-aux-Roses depuis fin 2019. Cette brochetterie aux allures de kebab est spécialisée dans les plats grecs à prendre sur le pouce, comme dans n’importe quel fast-food qui se respecte. On y retrouvera des brochettes de poulet ou de porc, des mezzés, du kipiti, des beignets de courgette, ou le fameux sandwich qui nous intéresse aujourd’hui : le sandwich pita. Prenez un pain traditionnel bien chaud, garnissez-le de volaille française marinée au thym et au citron, mettez-y une bonne cuillère de sauce tzatziki maison, un peu de concombre, de tomates cerise et d’oignons rouges, finissez la préparation avec un filet d’huile d’olive extra vierge et le tour est joué. Vous obtenez un sandwich tradi (aussi appelé Gyros) qui fait du bien et qui change de l’ordinaire ! Le dwich + frites à l’origan + la sauce tzatziki maison vous couteront 13,50 €. Bon ap’ les amis !

Pour se laisser tenter —> c’est par ici <—

3 COMMENTAIRES

    • Bonsoir,

      En fait, le lien qui renvoyait vers B Mama était dans « c’est », le lien renvoyant à Yamas était dans le « par ici ». Désormais, toute la phrase « c’est par ici » renvoie vers Yamas 🙂

      Bonne soirée à vous,
      Nicolas Kaspar

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here