On vous l’expliquait en juillet dernier : la mise en service du GCO a été reportée par la justice, après trois ans de combat par des associations de défense de l’environnement. Ce projet d’autoroute de 14 kilomètres, désormais terminé, ne peut donc pour l’instant pas accueillir de voitures. Néanmoins, une date importante arrive en ce début de semaine : ce mardi 16 novembre, la cour d’appel de Nancy rendra son verdict et annoncera si le GCO peut ouvrir avant la fin de l’année. De son côté, Vinci communique à outrance sur sa nouvelle autoroute. Une pratique que dénonce de nombreuses associations.


Le 20 juillet dernier, les opposants aux GCO ont enfin eu gain de cause. Après trois ans de combat et de dénonciation, le tribunal administratif de Strasbourg leur a donné raison, même si cette victoire avait comme un goût amer. Concrètement,  le tribunal a jugé l’étude d’impact réalisée par Vinci et ARCOS incomplète, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, de nombreuses mesures de compensation suite au déboisement, comme l’interdiction de destruction des espèces protégées et des oiseaux rares, se révèlent insuffisantes. En outre, l’information donnée concernant « la description des hypothèses de trafic et leur incidence sur la fréquentation de l’A35 » a également été jugée incomplète. Rappelons tout de même que l’argument majeur des pro-GCO, jusqu’au sommet de l’ancienne direction de l’Eurométropole, était que la nouvelle autoroute allait limiter les bouchons.

Quoiqu’il en soit, ce jugement a eu quelques conséquences. Premièrement, l’État, et donc la préfecture du Bas-Rhin, avait désormais dix mois pour rédiger de nouveaux arrêtés, afin de régulariser la situation et faire mieux qu’il y a trois ans. Pendant cette période, le GCO ne pouvait donc pas être mis en circulation, et ce jusqu’en mai 2022.

Alors que l’ouverture était enfin prévue pour début 2022, Vinci devait encore donc patienter. Sauf qu’il est tout à fait possible que le GCO soit ouvert aux voitures avant cette date. En effet, Vinci a déposé un recours en référé après la décision du tribunal administratif de Strasbourg. Concrètement, cela signifie qu’après une audition le 10 novembre, la cour d’appel de Nancy rendra son verdict le mardi 16 novembre. Les conséquences ? Le GCO, une autoroute à péage alors qu’il y en avait jusque là très peu en Alsace, pourrait ainsi être mis en service.

GCO, engins de chantier bien garés un dimanche © Paul Radisson


Une communication vitesse Formule 1… dénoncée vitesse grand V

En attendant, Vinci et sa filiale ARCOS ne se sont pas privés de rentabiliser leur autoroute vide. La semaine dernière, ce sont plus d’un millier de voitures de collection qui ont pu profiter de l’A355. En outre, le avant-dernier, Vinci organisait également des portes ouvertes, afin de présenter l’autoroute aux curieuses et curieux. Au programme : déambulation en vélos, rollers et trottinettes… et même en navettes. Venez comme vous êtes en somme. Avec en outre tout un parterre d’activités, dont des « présentations des dispositifs en faveur de l’environnement » selon leur site internet. En plus de cela, lors du week-end du 20/21 novembre, deux associations, les Randonneurs de Strasbourg et le Strasbourg vélo club, ont eu l’idée de réaliser une randonnée à vélo sur le GCO. Un façon conviviale de profiter d’une autoroute vidée de ses voitures pour les associations organisatrices.

Un point de vue pas tout à fait partagé sur les réseaux sociaux, et encore moins par les associations opposantes au GCO. À ce sujet, pour s’opposer à ce qu’elles nomment « le GREENWASHING de l’entreprise VINCI sur le contournement Ouest de Strasbourg, qui ne sera JAMAIS une autoroute écologiquement vertueuse », elles ont appelé samedi dernier, le 13 novembre, à une manifestation proche de la gare de péage du GCO à Ittenheim.

Demain se joue un combat important dans la lutte contre le GCO. La cour d’appel de Nancy rendra son jugement par rapport au recours d’ARCOS/Vinci. Victoire des opposants au GCO et quarante-douzième contretemps pour Vinci ? Ou alors victoire de ces derniers et mise en place de l’autoroute à péage sans avoir fait les modifications nécessaires ? Ou juste encore une autre étape dans le conflit opposant les deux camps ? Verdict bientôt.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here