L’élection présidentielle se déroulera dans moins d’un an, les 10 et 24 avril prochains. Des échéances qui s’annoncent plus que mouvementées à l’échelle nationale, au sein d’une société de plus en plus polarisée. Le désintérêt pour la politique grandit de jour en jour, et peu semblent prêts à y accorder à nouveau de l’importance. En local néanmoins, des personnes essayent de nous redonner goût au débat. C’est le cas de Deb’acteur, un projet de sensibilisation à la démocratie participative, créé par un Strasbourgeois. Ça arrive dans notre ville pour une première session, qui a comme sujet la prostitution.



Le projet Deb’acteur a été initié par Tom Pittau, au mois de juin de l’année dernière. À la suite d’une expérience à Nuit Debout à Dijon en 2016, le jeune strasbourgeois commence à réfléchir à un moyen de reconnecter les gens à la chose politique. Comme il l’explique : « On est tous légitimes à avoir un point de vue et une opinion. La démocratie est un bien commun qui nous appartient. De notre vision à nous, la démocratie c’est un héritage et on est responsable de ce qu’elle advient aujourd’hui et demain. »

Deb’acteur est politique par nature. Loin d’être un gros mot, c’est même un choix assumé : « Deb’acteur, c’est la volonté d’engager les citoyennes et citoyens dans leur vie politique, leur faire vivre une expérience ludique, agréable et démocratique pour développer le lien avec la politique. » Une façon de reconnecter les gens avec la politique, mais différemment. « On parle d’indifférence, de rejet de la politique, d’abstention. Nous, on souhaite faire renaître ce sentiment d’appartenance. »

© Tom Pittau – Document remis


Un sujet, du débat et de la bonne ambiance

Alors comment ça se passe ? Concrètement, vous y apprendrez le rôle d’un député, en étudiant en profondeur un sujet donné. Le tout en équipe : « On va découvrir une façon d’aborder et de questionner la politique de façon très engageante. Il ne faut pas que ce soit le débat pour le débat, mais plutôt de la compréhension du sujet en profondeur, l’échange et la rencontre. » Le tout, dans une ambiance bienveillante.

Un moyen de prendre du recul sur des sujets d’actualité. Un temps de réflexion qui nous manque parfois, étant souvent inondés d’informations à longueur de journées : « On a souvent tendance à commenter, décrypter l’actualité. Mais concrètement, prendre ça en main et proposer de nouvelles choses, on a du mal à le faire de façon sereine, surtout avec d’autres personnes qui n’auraient pas forcément les mêmes idées que nous. » Une bonne façon de se confronter aux autres et à leurs idées. Pour en définitive affiner son raisonnement et sa compréhension du sujet.

© Tom Pittau – Document remis


Une session à Strasbourg le 9 octobre prochain

Après des sessions à Paris et à Lille, Deb’acteur débarque à Strasbourg le samedi 9 octobre. Plus exactement, à 14h30 au Social Bar, situé au 69 rue du Faubourg-de-Pierre et dont on te parlait ici. La thématique de la journée : la prostitution. Tom Pittau développe : « On aura une proposition de loi libérale qui aura pour but de transformer les travailleurs/travailleurs du sexe en auto-entrepreneur et de légaliser le tout sous ce régime-là. » D’ailleurs, pourquoi ce sujet en particulier ? « La prostitution est une question qui parle de la domination masculine, du conditionnement du corps, des rapports entre genres. Une question d’actualité, et un sujet de société est un sujet où on pouvait tous et toutes avoir une opinion, pour rendre les sessions plus accessibles. »

À ce sujet, si vous redoutez de ne pas avoir assez de connaissances pour débattre, pas d’inquiétudes : « Il faut juste un état d’esprit curieux, agréable et ouvert. J’envoie généralement une revue de littérature qui prend 15 minutes à lire, un panel d’extraits d’articles pour avoir un premier niveau de connaissance. On a également des personnes compétentes qui pourront répondre aux questions que les participants pourraient avoir, pour apporter des éclairages et mieux comprendre le sujet. Afin d’accompagner au maximum nos apprentis députés, pour ensuite se positionner. »

Deb’acteur permet de se réapproprier un domaine trop souvent tenu éloigné des citoyens. C’est également un bon moyen de réfléchir, de se poser et de se confronter à des avis pas toujours semblables aux nôtres. Pour apprendre, approfondir nos raisonnements et finalement faire un pas de plus vers l’autre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here