Près d’un an après les élections municipales qui ont amené Jeanne Barseghian à la mairie de Strasbourg, les électrices et électeurs étaient appelés aux urnes ce dimanche 20 juin, pour un double scrutin : le premier tour des élections régionales et départementales. Avec une abstention record dans le Grand Est, les élections régionales ont été les premières à livrer leurs résultats. On fait le point.


À lire ou à relire : À Strasbourg, les 20 et 27 juin, c’est les régionales. À quoi servent ces élections ?

L’abstention, grande vainqueur des élections, et encore plus en Alsace

Le premier enseignement de ce dimanche d’élection, c’est que, encore une fois, l’abstention a été énorme. Contrairement aux municipales de 2020, marquée également par une participation très faible, le problème des régionales/départementales est cette fois-ci plus structurel que conjoncturel. En d’autres mots : le covid n’a pas fait autant peur qu’en 2020 pour se déplacer, c’est davantage que ces élections n’intéressent que les « initiés ». Le tout, dans un climat de défiance envers la politique et les élus qui la font.

Toute la journée, les chiffres de la participation ont donné le vertige : à 12h, le taux de participation était de 12,22 % en national, 11 % dans le Grand Est et de 9,63 % dans le Bas-Rhin. À 17h, il était de 26,72 % en France, contre 23,04 % dans la région Grand Est et 19,52 % dans le Bas-Rhin, soit moins d’un électeur sur 5 ! Par ailleurs, selon une estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, qui doit encore être affinée dans la soirée avec les résultats, l’abstention nationale s’élèverait à 66,1%, contre 50,09 % en 2015. Le Grand Est fait même figure de mauvaise élève puisque, toujours selon les mêmes estimations, l’abstention s’élèverait à 70,08 % dans notre région !


Dans le Grand Est, Jean Rottner en tête, devant le RN et les Verts

Après les derniers dépouillements, achevés juste avant minuit dans le Grand Est, c’est Jean Rottner, le candidat LR et actuel président du Grand Est, qui arrive en tête avec 31,44% des voix. Il devance largement le candidat RN Laurent Jacobelli, qui obtient 21,71%. En troisième position, la candidate écologiste Eliane Romani, en alliance avec le PS et le PCF, obtient 13,92%. Petite surprise : la candidate de la majorité LREM Brigitte Klinkert dépasse à peine les 10 %, avec 10,64%. Jean Rottner a déjà décidé qu’il refuserait toute alliance pour le second tour. De son côté, Brigitte Klinkert a décidé de se maintenir.

Sous cette barre, qui autorise la liste à se maintenir au second tour, se trouvent Aurélie Filipetti à gauche avec 8,34% et à l’extrême-droite Florian Philippot avec 7,17%. Si Florian Philippot a annoncé ne pas vouloir de fusion au second tour, probablement avec Laurent Jacobelli, Aurélie Filipetti et Eliane Romani vont sans doute s’entendre pour mener une liste commune au second tour, pour une gauche unie.

Enfin, Martin Meyer pour Unser Land obtient 3,71 %, tandis que Louise Fève pour Lutte Ouvrière arrive à 2,65 % et Adil Tyane obtient 0,42 %.

© Nicolas Kaspar/Pokaa

À Strasbourg, ce sont les Verts qui gagnent

Pour finir dans le détail, dans notre ville, les résultats ont été quelque peu différents que ceux du Grand Est. Selon les chiffres de la Ville, qui comptent d’ailleurs les votes blancs, c’est la liste écologiste d’Eliane Romani qui sort en tête au premier tour, avec 26,61 %. Suivent ensuite Jean Rottner avec 24,69 %, puis Brigitte Klinkert à 14,93 % et Aurélie Filipetti à 12,77 %. Le RN n’est qu’en cinquième position, avec Laurent Jacobelli à 10,44 %. Une preuve supplémentaire de l’ancrage plus à gauche de notre ville par rapport à l’Alsace, et même toute la région.

Ce qui n’es pas différent du Grand Est en revanche, c’est bien l’abstention qui a dominé cette journée électorale. Avec 29,23 % de participation seulement, les Strasbourgeoises et les Strasbourgeois ne se sont que très peu intéressés à cette élection.

Alors finalement, que retenir de ce premier tour des élections régionales ? L’abstention abyssale dans la région Grand Est a clairement fait les affaires du président sortant Jean Rottner, plus connu par les électrices et les électeurs susceptibles de se déplacer. Le candidat LR sort finalement largement en tête devant l’extrême-droite, le poussant à ne pas chercher d’alliance avec Brigitte Klinkert, tandis que les écologistes, avec leurs probables nouveaux alliés de gauche, viseront à aller chercher une vraie opposition au futur conseil régional.

Il ne reste désormais plus qu’à attendre le second tour, théâtre d’une quadrangulaire qui réservera sans aucun doute des surprises. À la semaine prochaine !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here